• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Severa Maïusta

Severa Maïusta

D’origine italienne et française, Severa Maïusta, 52 ans, diplômée de géographie industrielle, est journaliste indépendante, spécialisée dans les problèmes d’aménagement de l’espace de la région nord méditerranéenne. Installée en Corse depuis 1993, elle travaille actuellement sur le développement des îles de l’archipel toscan et les flux économiques entre les deux rives du canal de Corse.

Tableau de bord

  • Premier article le 17/01/2006
  • Modérateur depuis le 28/04/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 13 5 228
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 10 7 3
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Severa Maïusta Severa Maïusta 29 février 2008 09:59
    Dans un communiqué adressé à l’Agence France Presse un groupe de 26 individus revendique...une bonne action et s’étonne du silence des médias.

    Le communiqué date du 20 février. Il a été faxé à 14 h précise à l’adresse du bureau de l’Agence France Presse à Marseille. Le fil des dépêches n’en parlera pas. 25 heures plus tard, seul le mensuel Corsica

    délivre l’information dans l’un des articles en ligne de son site internet. Mais le magazine corse prévient ses lecteurs, il s’agit d’humour noir : Il y a les groupuscules qui oeuvrent au noir, mais en toute lumière.

    A la manière de....

    Cette précaution prise, le mensuel Corsica n’hésite pas à publier l’intégralité du communiqué. La réthorique est clandestine et le pastiche de la dépêche AFP est évident :
    "Dans un communiqué adressé à l’Agence France Presse le 20 février un groupe de scripteurs, rassemblant 26 personnes dont 7 femmes, affirme être les auteurs des 30 nouvelles policières à paraître en juillet prochain sous le titre Noirs de Corse Piccule fictions. Cette action, revendiquée en faveur d’une Corse accessible à tous, est conduite, selon ce communiqué, au profit de l’association Handi 20 pour l’achat de matériel adapté aux personnes handicapées. Authentifié très vite par plus d’une dizaine de journalistes travaillant aussi bien en Corse que sur le continent, ce communiqué annonce la poursuite des actions du groupe : une adresse publique auprès des élus des 360 communes de Corse et une souscription au prix de 10 euros l’exemplaire. Selon les auteurs de ce communiqué, Noirs de Corse revendique déjà près de 300 victimes dont la liste est actualisée en permanence sur Internet. L’affaire a été confiée à la générosité de chacun."

    Un véritable élan contre le handicap

    Vérifications faites, le groupuscule qui oeuvre au noir dit la vérité : à peine lancée,

    la souscription

     en faveur de ce recueil de nouvelles policières dédiées aux personnes handicapées a déjà reçu le soutien d’un conseiller territorial de l’assemblée de Corse et de trois maires dont le président sortant de l’association des maires de Haute Corse. L’influent président du conseil général de Haute Corse, le maire de Bastia (radicaux) comme le député-maire de Biguglia (UMP) seraient eux mêmes tout à fait disposés à encourager ce projet solidaire. En Corse du sud, dans l’entourage même de la présidence de l’assemblée de Corse, on s’enthousiasme aussi pour cette belle intiative en faveur de l’accessibilité. Il se pourrait même qu’on en parle au Président et à la première Dame de France, s’ils viennent en Corse...

    L’été 2008 va connaître un phénomène éditorial inédit dans l’île la plus médiatisée de France

    affirme Ugo Pandolfi, porte-parole du groupuscule.

    Noirs de Corse pourrait bien être le polar qui se vendra le plus cet été au nord de la Méditerranée.

    Sur les silences de l’AFP, les responsables de

    Corsicapolar

    compatissent :

    les journalistes sont toujours débordés

    -expliquent-ils simplement.

    Il faut les comprendre. Et puis, il n’y a pas que l’AFP : ils nous restent Reuters, Associated Presse, CNN, France 24 et tous les médias citoyens aussi...Peut être même que la prochaine fois, on enverra une vidéo. Attendez un peu que Carla Bruni ou Georges Clooney encourage notre projet et vous verrez que les agences de presse vont parler de Noirs de Corse.


  • Severa Maïusta Severa Maïusta 7 janvier 2008 17:35

    Si cette initiative vous est sympathique, « bonne » dites vous, merci de la faire connaître autour de vous et d’y participer vous même. Je crois que la date limite pour l’envoi des manuscrits est fixée au 31 janvier. Cela dit, je comprend mal l’humour de notre ami poète : est-ce si difficile dès qu’il s’agit de certaines régions françaises d’éviter, quel que soit le sujet, les clichés éculés ? Les besoins des personnes handicapées (dont il est inutile d’amputer l’orthographe, fut ce pour faire court) sont immenses partout en France. Consulter, par exemple, pour en prendre la mesure, le travail du site http://www.jaccede.com/ La situation n’invite pas aux sarcasmes.


  • Severa Maïusta Severa Maïusta 4 août 2006 22:53

    Mea culpa ! Flupke et Gil ont raison : mon petit billet d’humeur est un peu trop rapide. Voilà ce que c’est que de vouloir écrire plus vite que son ombre et sans parvenir, de surcroit, à trouver rapidement une image des pages en question, destinées aux visas. Sur le fond, si fond il y a, c’est la présence (nouvelle) des régions dans la symbolique retenue pour l’e-passeport que je voulais souligner. Mettre aussi en paralléle les contraintes (standardisantes en effet) que l’e-passeport impose à l’image de soi et la vision éclatée (fédérée ou séparatiste) qu’il propose de l’image de la souveraineté nationale. D’où mon titre volontairement provocateur. Merci à tous de ces commentaires.


  • Severa Maïusta Severa Maïusta 2 août 2006 01:38

    Il y a en Corse, selon les derniers chiffres fournis par l’INSEE, 141 000 femmes sur une population de 273 000 habitants, soit seulement 132 000 hommes. Sur l’ensemble de la France métropolitaine qui compte 60 340 000 habitants, le nombre de femmes est également supérieur à celui des hommes : 31 022 000 femmes et 29 318 000 hommes. Il s’agit là d’un fait. Le relever n’a rien d’idéologique. Suggerer que dans la société civile comme dans un grand nombre d’entreprises publiques, la part des femmes à des postes de responsabilité n’est pas encore au niveau des réalités des statistiques démographiques, n’est pas un fait. C’est une évidence qu’heureusement un grand nombre de décideurs et de citoyens partagent. La loi sur la parité en politique, quoiqu’on en pense, est un signe évident d’une telle prise de conscience. Souligner, à propos de la société nationale de télévision France 3 que l’éventuelle nomination d’une femme à la tête de la télévision publique en Corse ne bouleverserait que des habitudes anciennes et des mentalités dépassées, ne me semble pas relever d’une quelconque « propagande féministe », mais plutôt d’une question digne d’intéret au moment où, pour la septiéme année du jeune XXI eme siécle, la Corse va se trouver être la seule des treize régions télévisuelles françaises à pouvoir tenter le défi d’une télévision locale de proximité. La seule vraie question qui mérite d’être posée, à mon sens, ne concerne pas le sexe de l’ange qui sera désigné. Alors qu’il est tout à fait inhabituel de laisser plus de huit mois vacante une telle place, la question est de savoir si le groupe France Télévision trouvera l’homme ou la femme susceptible de relever les défis ? Ou si, devant l’obstacle, le choix de France 3 se fera du côté de ces seniors de l’audiovisuel public qui ont tous, tels des sous préfets en tenue, ce terrible avantage de n’avoir jamais fait de vagues, nulle part ?


  • Severa Maïusta Severa Maïusta 20 juillet 2006 14:04

    Tout à fait d’accord. Umberto Eco nous a appris à distinguer l’Archéo TV, celle qui ouvrait une fenêtre sur le monde, de la Néo TV celle qui ne montre et ne regarde que son nombril.Son recueil de 1985 n’a pas pris une ride ! Titre : La guerre du faux.







Palmarès



Agoravox.tv