• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Simond

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 13/03/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 4 100
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Simond 10 août 2007 14:18

    La franchise ? Le mensonge.

    En vigueur le 1er janvier prochain, cette ponction s’élèvera à 50 centimes par boîte de médicaments et à 2 euros pour tout le « paramédical », notamment pour les transports en ambulance. Dans la limite de 50 euros par an et par personne.

    Seront épargnés les enfants de moins de 16 ans, les titulaires de la couverture maladie universelle et les femmes enceintes. Tout de même, 54 millions de patients vont devoir payer.

    En outre, de plus en plus d’experts s’alarment devant l‘augmentation du « reste à charge », c’est-à-dire les sommes qui ne sont pas remboursées aux malades par la Sécu et les mutuelles. Ce « reste à charge » est évalué à 400 euros en moyenne par personne.

    Ce qui, par foyer, se traduit par des dépenses de santé considérables et incontournables :
    - franchise médicale : 50 euros par an et par personne
    - reste à charge : 400 euros par an et par personne
    - total : 450 euros par an et par personne !!!

    Premier mensonge : Sarkozy a promis que cette franchise serait affectée à la lutte contre la maladie d’Alzheimer et aux soins palliatifs prodigués aux malades en fin de vie. Et de faire la morale aux Français, qui ne devraient pas chipoter sur 50 petits centimes (par boîte de médicaments) lorsque la dignité de leurs seniors est en cause.

    Un rappel : le 2 avril dernier, il avait précisé qu’elle alimenterait les caisses de l’assurance maladie : « Si l’assurance maladie est équilibrée, on baisse la franchise, si elle ne l’est pas, on l’augmente ».

    Dédier cette franchise à la lutte contre la maladie d’Alzheimer apparaît donc comme une belle arnaque. Aucune mesure n’est, à ce jour, envisagée pour réduire le trou de la Sécu (entre 6 et 7 milliards prévus cette année), les 800 millions d’euros attendus sur la maladie seront les bienvenus.

    Deuxième mensonge : remboursement ou non de cette franchise par les mutuelles. Dans un premier temps, le candidat Sarkozy avait martelé que cette franchise ne pourrait pas être remboursée par les mutuelles afin de « responsabiliser les assurés sociaux ». Puis, face à la récente levée de boucliers, il a souhaité qu’elle « puisse être prise en charge par les assurances complémentaires ». Un grand merci ! Mais voilà, et ça se sait moins, on devine pourquoi : dans le même temps, Bercy s’apprête à priver les mutuelles de leurs avantages fiscaux, au cas où elles accorderaient ce remboursement.

    Les familles aux revenus modestes retarderont donc les soins, avec les conséquences possibles sur la santé publique.

    La santé a un prix ! Avec la droite, elle devient un luxe hors de prix...



  • Simond 7 août 2007 18:02

    Les franchises santé, une escroquerie.

    La manœuvre de Nicolas SARKOZY et de Roselyne BACHELOT concernant l’instauration des franchises sur les soins des Français est une véritable escroquerie intellectuelle et sociale.

    D’abord le choix de la période. En annonçant ces mesures fin juillet, début août, sans doute espèrent-ils que la léthargie estivale et les vacances en cours éviteront les réactions. Une stratégie pour faire avaler la pilule. Ils ne sont pas à ça près, surtout en matière de santé !

    Ensuite, ils avancent des arguments faisant appel aux inquiétudes et à la compassion. Excusez du peu, ces efforts demandés à tous permettraient de financer :
    - le plan national pour le maladie d’Alzheimer
    - le plan cancer
    - la mise en place de lit de soins palliatifs qui manquent si cruellement.

    Et Sarkozy de déclamer : « Quel Français n’accepterait-il pas de donner deux euros pour ces grandes causes ». Sarkozy mué en animateur du Téléthon ?

    Financer ainsi les besoins sanitaires relatifs à ces maladies en augmentation permanente, ce n’est pas crédible.

    Etablir une véritable politique de prévention, investir dans la recherche, lutter contre des gaspillages inacceptables, tout cela engage des dépenses en face desquelles il faut bien mettre des recettes.

    Des moyens dignes de ce nom seront nécessaires et ce n’est pas en faisant des cadeaux fiscaux aux plus aisés (13 milliards d’euro, qui augmenteront la dette publique), et en instaurant des franchises sur les soins (qui pénaliseront les Français démunis) que la France parviendra à faire face solidairement aux conséquences de ces fléaux sanitaires.

    Mais surtout qu’on ne se moque pas des Français, qu’on leur dise la vérité. Qu’on ne prenne pas ces mesures aussi pénalisantes qu’inefficaces.

    C’est une question de volonté politique et de projet de société !



  • Simond 7 août 2007 16:39

    Les franchises santé, une escroquerie.

    La manœuvre de Nicolas SARKOZY et de Roselyne BACHELOT concernant l’instauration des franchises sur les soins des Français est une véritable escroquerie intellectuelle et sociale.

    D’abord le choix de la période. En annonçant ces mesures fin juillet, début août, sans doute espèrent-ils que la léthargie estivale et les vacances en cours éviteront les réactions. Une stratégie pour faire avaler la pilule. Ils ne sont pas à ça près, surtout en matière de santé !

    Ensuite, ils avancent des arguments faisant appel aux inquiétudes et à la compassion. Excusez du peu, ces efforts demandés à tous permettraient de financer :
    - le plan national pour le maladie d’Alzheimer
    - le plan cancer
    - la mise en place de lit de soins palliatifs qui manquent si cruellement.

    Et Sarkozy de déclamer : « Quel Français n’accepterait-il pas de donner deux euros pour ces grandes causes ». Sarkozy mué en animateur du Téléthon ?

    Financer ainsi les besoins sanitaires relatifs à ces maladies en augmentation permanente, ce n’est pas crédible.

    Etablir une véritable politique de prévention, investir dans la recherche, lutter contre des gaspillages inacceptables, tout cela engage des dépenses en face desquelles il faut bien mettre des recettes.

    Des moyens dignes de ce nom seront nécessaires et ce n’est pas en faisant des cadeaux fiscaux aux plus aisés (13 milliards d’euro, qui augmenteront la dette publique), et en instaurant des franchises sur les soins (qui pénaliseront les Français démunis) que la France parviendra à faire face solidairement aux conséquences de ces fléaux sanitaires.

    Mais surtout qu’on ne se moque pas des Français, qu’on leur dise la vérité. Qu’on ne prenne pas ces mesures aussi pénalisantes qu’inefficaces.

    C’est une question de volonté politique et de projet de société !



  • Simond 30 juillet 2007 05:16

    Au moment même où les infirmières bulgares expliquent à l’opinion publique horrifiée les tortures que Khadafi leur a fait subir pendant des années, on apprend qu’en échange de leur libération Sarkozy a proposé au colonel Khadafi, en plus de quelques avions de combat, l’accès au nucléaire en lui fournissant une centrale destinée, nous dit-on, au dessalement de l’eau de mer.

    Quoi de plus généreux que de fournir de l’eau douce à la population libyenne !

    Mais de qui se moque-t-on ?

    Qui peut croire que la dessalinisation nucléaire de l’eau de mer est une solution raisonnable pour les Libyens, alors qu’ils disposent de pléthore de pétrole et de gaz, sans compter l’énergie solaire pour dessaler, à bien moindres frais et surtout sans danger, leur eau de mer ?

    Qui peut croire un instant, pour un pays dont la consommation d’électricité n’atteint pas 15TWh, à l’intérêt d’un parc nucléaire alors qu’un seul réacteur EPR en fournit une douzaine ?

    En revanche, c’est pour Khadafi une occasion en or d’accéder au nucléaire, avec la caution de la France. On nous dira qu’il s’agit de nucléaire civil et que l’étanchéité avec le nucléaire militaire est garantie. Rappelons cependant :
    - qu’il suffit de disposer de déchets d’un réacteur nucléaire pour réaliser une jolie « bombe sale ».
    - qu’il est possible de retraiter l’uranium irradié et d’en tirer le plutonium nécessaire à la bombe. L’Iran en est l’illustration.

    Khadafi s’est-il acheté brutalement une conduite ? Les Libyens seraient incapables, au contraire des Iraniens, de parvenir à leurs fins ? Personne ne le croit ! Personne ne prétend qu’il n’y a aucun risque ?

    On atteint là les limites de l’exercice : il ne suffit plus de gesticuler et d’occuper à tout prix le devant de la scène médiatique.

    En acceptant ce troc honteux et irresponsable, nucléaire contre infirmières otages, Sarkozy expose la communauté internationale à des risques inconsidérés, et crée un précédent dangereux qui justifie d’avance le chantage et les revendications de tous les dictateurs de la planète.

    Mais que ne ferait-il pour l’image ?







Palmarès