• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

skyrl

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • skyrl 13 mars 2012 04:44

    Seule solution après 32 ans de politiciens qui nous promettent « Une Autre Europe », quitter l’Union Européenne et en refaire une autre, culturelle, universitaire et artistique uniquement, bâtie sur le Conseil de l’Europe.

    De François Mitterand à Jacques Delors et après le TCE, tous nous on promis une autre Europe alors que jamais les Français n’ont demandé à participer à tel mécanisme. Maastricht n’a réuni que 34% des élécteurs inscrits, réalisant un petit 51% des voix en sa faveur grâce aux abstentionnistes.

    Alors qu’aujourd’hui Seguin passe pour un prophète, l’Europe sociale qu’ils nous avait promis n’est jamais venu et ils nous ont imposés l’Euro sans qu’on le choisisse.

    La France, fidèle à son histoire, a été conjointement aux Pays-Bas la lumière des nations européenne en s’opposant à 55% (moins de 25% des inscrits favorables) au Traité Constitutionnel Européen le 29 mai 2005.

    Au lieu d’en tenir compte et proposer une autre constitution, voire une constituante, les gouvernants européens et des 27 états ont bafoué le suffrage populaire en imposant le TCE à travers Lisbonne, contenant tous les articles du TCE, mis dans un ordre différent.

    On observe le résultat aujourd’hui. Une Europe fascisante, des états à l’agonie, une paupérisation et un chômage en pérpetuel acroissement depuis 30 ans, le trucage des chiffres pour maintenir le mythe virtualiste de l’Europe de la Paix.

    Ce n’est pas l’Europe qui a fait la Paix, c’est la Paix qui a fait l’Europe.

    L’Europe est par ailleurs la nouvelle guerre, invisible et économique contre les peuples. 800 emplois industriels détruits tous les jours en France, 800 agriculteurs qui se suicident tous les ans en France. Et toujours le chômage, la précarité, plus de SDF, 12.000 suicides, des services publics à l’abandon, la plus mauvaise redistribution des richesses depuis 1914, le bloc continental ayant la plus faible croissance au monde... Voilà leur Europe !

    Et leur rêve d’« une autre Europe » cent fois entendu n’y changera rien : les pouvoirs que les nations des 27 ont transférés à l’UE ne leur laisse plus aucune marge de négociation, sous peine de se voir réprimander par le Conseil Européen, ses ministres, ou directement la BCE. Maintenant, ce MES et les 6pack/2pack qui l’accompagne légitimerons encore plus la casse sociale qui va s’opérer.

    « L’Europe procède d’un despotisme doux et éclairé » disait Delors. Vas-t-on attendre comme des vaux de passer à l’abattoir ? Après les Grecs, le Portugal, L’Irlande, L’espagne, L’italie, combien de plans sociaux (3° en France) avant de réagir et reprendre notre destin en main ?

    Qui pourrait incarner ce changement ? Il existe un homme, énarque et HEC, qui dénonce la construction européenne et propose de démocratiser la France, renationaliser, établir un quatrième pouvoir pour les médias, mettre en place le référendum d’initiative citoyen, interdire le cumul des mandats. Il reprend point par point le programme du CNR de 1944 et propose de remettre en place tous les filets de sécurité qui ont été patiemment pilonnés par les directives européennes, le MEDEF, le FEP (Syndicat des 90 plus grosses entreprises française), par les acteurs économiques lobyistes et politiciens de carrière pratiquant l’entrisme et faisant du parlement et des gouvernements leur cour des miracles, mais aussi et enfin par les syndicats jaunes qui sont financés par le CES (Confédération Européene des Syndicats, qui leur diffuse leur doctrine sur inéluctabilité de la réforme des retraites tandis qu’il font un raoult d’honneur pour simuler un rapport de force qu’ils ont perdus depuis longtemps).

    Tout ceci est un scandale, et un seul homme le dénonce, muselé par les médias pour qu’un minimum de français connaisse ses idées, et qui fait par ailleurs tribune régulièrement sur Agoravox. Le Saviez-vous ? Son mouvement l’UPR réunit déjà 1330 adhérent, 4900 sympathisants, 40.000 abonnés, plus d’un million de vues cumulées, sur ses conférences et vidéos. Il est le 8° parti politique de cette campagne dans le classement indexé Alexa, 9° sur twitter selon Atlantico, malgré le fait qu’il ne dispose d’une audience nationale que depuis une semaine, au prix d’un acharnement sans relâche pour obliger les médias à l’inviter.

    L’espoir à un nom : François Asselineau

    Venez découvrir cet homme, son programme et ses idées, pour comprendre « Qui Gouverne la France », « pourquoi l’Europe est comme elle est », « Pourquoi ne faut-il pas avoir peur de sortir de l’Euro » et les « 10 raisons de sortir de l’Union Européenne » qui vous révéleront les incroyables mécanistes de verrouillage démocratique de l’Europe, asservissant les peuples à une dette mécaniquement exponentielle.

    Mieux : Rejoignez les 220 bénévoles qui recherchent ardement les dernières signatures qu’il lui faut au plus tard vendredi 16 mars, pour porter ce débat du MES, de l’UE dans les médias grâce à la règle de l’égalité du temps de parole qui s’appliquera dès le 20 mars.

    C’est l’avenir de la démocratie et de vos droits sociaux qui est en jeu ! Pensez aux Grecs ! Réinformez-vous sur l’Union Européenne, ce Léviathan qui fait la guerre contre nos cerveaux.


  • skyrl 8 mars 2012 18:35

    Je pense hélas qu’il va falloir former les français à l’image, les apprendre à être critiques et discerner les symboles et les idées qu’on véhicule à travers les publicités, les séries TV, les émissions, les jeux vidéos...

    Une génération entière se fait manipuler sans qu’on lui explique ce qu’ose faire M.Asselineau. Ce type d’analyse use de correspondances symboliques (jeunesse, modernité, folkorisme, sacré...) associée à des émotions fortes : désir, agressivité, soumission, placidité.

    Corréler les deux et comprendre l’intentionnalité du message est un travail d’analyse et de déconstruction des messages, un travail critique de démontage d’une source conçue par les méthodes cognitives, de fabrication du consentement, d’identification, de reverse psychology, de désir/satisfaction, d’auto-suggestion. Regardez le travail d’acrimed pour commencer.

    C’est suffisamment peu subtil ici pour que l’Union européenne ne rentre même pas dans le débat ici et ait retiré d’elle-même son spot quand des associations vigilantes ont remarqué l’idéologie que véhicule ce clip.







Palmarès