• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

StephanM

Je suis un expatrié d’origine allemande, vivant en France depuis bientôt 20 ans.
Formation scientifique, travail dans différentes entreprises en Allemagne et en France, quelques années de prof de lycée, formation artistique, danseur, quelques tentatives dans le net-art. Aujourd’hui inquiet sur l’évolution que prennent nos sociétés. Je souhaite apporter un complément d’informations sur l’Allemagne qui souvent est cité dans les médias en France comme un "exemple à suivre".

Tableau de bord

  • Premier article le 07/10/2008
  • Modérateur depuis le 05/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 9 25 103
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 8 6 2
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique












Derniers commentaires


  • StephanM 15 décembre 2014 09:47

    Merci d’avoir publié l’appel et d’en avoir parlé.

    En Allemagne il commence y avoir un vrai clivage entre les « grands méias » et leurs lecteurs.
    D’une part, on peut constater une forte pensée unique dans les pubilcations de journaux. Un grand nombre de commentaires de lecteurs qui ont un autre son de cloche que la sauce unique des médias (= les méchants Russes, les bons Américans - je force le trait), sont systématiquement refusés et non publiés. Certains journaux ont carrément fermé les commentaires, car trop de lecteurs les critiquaient. C’« était le »Spiegel online« (appelé SPON en Allemagne) qui a commencé la fermeture des commentaire, je crois. Les grands médias font une sorte d’invective contre leurs lecteurs qui »ne comprennent pas« ce que ces rédacteurs en chef leur expliquent. On pouvait le voir quand un avion s’est disloqué en vol dans l’espace aérien de l’Ukraine ; il a probablement été abbatu, mais par qui ?

    Pendant les toutes premières heures, sans savoir grand chose, il y avait déjà les gros titres en Allemagne du style »Il faut stopper Putin !« . Le gouvernement Allemand appellait aux »sactions économiques contre la Russie« etc. C’était pratiquement un réflexe de la part du gouvernement et des médias et beaucoup de gens s’en sont rendrus compte et exigaient une information plus proche des faits. (Si on ne sait encore rien on dit qu’on ne sait encore rien)

    Les grands médias, confortablement assis dans leur pouvoir d’expiquer le monde à leurs lecteurs, ne supportent pas que l’on puisse les critiquer, encore moins leur prouver par a + b que leurs articles étaient et sont parfois oriéntés ou érronés, même plus souvent que parfois. Ensuite c’est devenu une hostilité permanente entre consommateurs de médias et médias et depuis quelques temps, le sujet »les médias et les citoyens ne s’entendent plus« a évolué vers un conflit ouvert qui, lui, est traité - dans les médias. L’ampleur de ce conflit est telle que les médias ne pouvaient plus l’ignorer comme ils ont essayé de le faire. Les »journalistes alpha« jargonnent comme des politiques qu’il »faut plus de pédagogie...« , façon cachée de dire »vous êtes trop bêtes pour comprendre« et maintenant ça chauffe. smiley

    D’ailleurs, après cet appel des 60 anciens hauts politiques, scientifiques et autres personnages d’importance, il y a eu un contre-appel de 100 personnalités ( sur tagesspiegel.de )pour fustiger l’appel des 60 qui critiquent la politique de monté de tension vers une guerre économique contre la Russie. Les médias sont perçus plus comme une porte-voix du gouvernement allemand que comme un outil de journalisme et beaucoup de gens en ont marre.

    Intéressant à ce sujet l’histoire suivante : en Allemagne il y a une émission satirique à la télé (le ZDF, La 2, chaîne publique), »Die Anstalt« (= l’hôpital psychiatrique). Seulement dans cette émissions de satire politique, une critique forte du gouvernement, des politiques et des médias peut passer et les acteurs ne s’en privent pas. (un peu comme le Canard enchaîné version télé). Dans une des dernières émissions, l’équipe montrait des liens qu’ont des rédacteurs en chef de grands journaux avec des think-tank américains néolibéral à fond, de trusts, enfin toute la clique du grand capital aux USA qui tire des ficelles dans l’économie mondiale. Il y en avait un, le directeur de publication du journal »Die Zeit« , Monsieur Joffe, qui a des relations établies avec huit think-tanks, fondations, grands groupes etc, tous des lobbyistes néolibéraux aux US. Ces liens ont été montrés dans cette émission et M. Joffe a porté plainte pour »diffamation« (ou qqc comme ça) contre l’équipe de la »Anstalt« dans le but d’interdire à la chaîne télé de la diffuser. Et puisque les liens qui ont été montrés dans la »Anstalt" n’étaient pas des mensonges, M. Joffe s’est publiquement ridiculisé, la justice l’a débouté.

    Cet événement a fait beaucoup parler en Allemagne.

    Bonne journée.


  • StephanM 25 septembre 2013 06:41

    Merci pour l’article. Enfin les médias en France commencent à regarder de plus près ce modèle allemand, modèle qu’ils avaient tant loué depuis des années.

    Oui, 20% de la population active travaille dans le secteur des bas salaires. Où sont les chômeurs ? Ben, plus qu’un million de personnes qui travaillent sont obligés de « faire la manche » à la Bundesagentur für Arbeit (BA - Agence fédérale de l’emploi). Donc ils sont inscrits à la BA, percoivent un complément de leur salaire pour arriver au niveau du minimum social car leur salaire est en dessous - ce sont des travailleurs pauvres. En quelque sorte, ce sont des « chômeurs qui travaillent » pour quelques euros de l’heure. Ils ne peuvent pas vivre de leur travail et ils sont aussi inscrits à la BA et payés par la BA en complément ; seulement ils ont disparu des chiffres du chômages.

    Saviez-vous que les chômeurs de 58 ans et plus qui n’ont pas reçu une offre d’emploi par l’Anpe depuis un an sortent des chiffres du chômage ?

    Cinq million personnes perçoivent une allocation de la BA, travailleurs de bas salaires et chômeurs confondus ce qui ferait 11,9% de chômage si on les comptait tous. Dans vingt ans il y aura un nombre important de retraités pauvres si les réformes antisociales faites jadis par la « gauche » ne sont pas modifiées et je doute fort que l’on puisse attendre des réformes sociales sous le règne de Merkel. (liens sur des articles en allemand, désolé)

    Donc quand en France les « élites » vantent le modèle allemand, tous mes clignotants sont en rouge.


  • StephanM 28 juin 2010 18:17

    Bonjour,

    je comprends que vous soyez partagé sur la question. Il est vrai que les chômeurs ont aussi envie que leur dossier soit traité dans un délai raisonnable, et on pourrait espérer que la numérisation de tous les documents aide à une accélération. Mais ce n’est pas le sujet de l’article. L’article fait part d’un événement qui a eu lieu en Allemagne et pour lequel les médias allemands se sont intéressés. L’intérêt que l’événement a suscité est le problème qu’il pose en terme de respect de la sphère privée et de la protection des données. Le deuxième problème est que le secret de la correspondance est un droit garanti par la loi fondamentale allemande. (Le secret de la correspondance ainsi que le secret postal et de télécommunications est inviolable, article 10 GG) Alors le « projet pilote » l’a tout simplement « oublié ». 3ème problème : c’est une entreprise privée qui accède au contenu des lettres. Vu le nombre de scandales de données que l’on a pu voir en Allemagne tout cela n’est pas très rassurant. C’est cette information que j’ai voulu apporter en lange française.

    Merci pour tous vos commentaires !


  • StephanM 2 avril 2010 23:27

    Merci pour cet article clair, des faits, rien que des faits. J’en ai tellement marre des maquillages, du langage de bois, de la com’ sur ces sujets. La situation est suffisamment grave pour ne pas tergiverser.

    Pour souligner l’inadéquation et la faiblesse du nouveau pôle emploi face aux besoins réels, voici une copie de mon dernier avis de situation téléchargé dans mon compte sur le site pole-emploie.fr. Cet avis, fabriqué par le système informatique de pole emploi, est aberrant. Il m’atteste le droit à 9995 jours d’allocations journalières. ce qui correspond à 27 années d’allocation de chômage. Dans 27 ans je serai octogénaire.

    Je ne suis pas le seul à qui est arrivé ce type d’erreur. Cela fait peur quand on voit ça. Cela signifie que le système informatique de pole emploi peut nous sortir et attester n’importe quoi. J’aimerais bien connaîte les conditions de travail des informaticiens à popole, ça ne doit pas être la joie.


  • StephanM 7 mars 2010 11:05

    Merci pour l’article. On n’alerte jamais assez de cette obsession de fichage qui ouvre la porte à tous les abus, même si l’intention de départ ne paraît pas toujours mauvaise. En Allemagne il n’y a pas de fichier national de ce type, mais la ville/land de Hambourg a introduit un fichier qui ressemble à la base élève et qui en outre était croisé avec le registre de la mairie. (En Allemagne chaque résident doit faire enregistrer son lieu de résidence principal et secondaire dans une registre) Le croisement du fichier élève avec le registre permettait d’identifier les élèves sans papiers ce qui rendait possible par la suite l’expulsion de la famille. Pour cette « merveille », la responsable de ce fichier à reçu un BigBrotherAward (BBA) en 2007. (Traduction de la conférence de l’attribution de ce BBA sur mon blog)
    Dénonçons ce fléau de fichage à tout va.







Palmarès



Agoravox.tv