• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Stevo

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Stevo 28 janvier 2009 21:46

    Houria Bouteldja est une excellente intervenante dans les débats télévisuels. C’est une "bonne cliente", comme ils disent. Son association avait sa légitimité, et ce ne sont pas les "indigènes de la République" qui ont inventé le communautarisme et la culpabilisation victimaire des français dit "de souches", les "souchiens" pour Houria, bref, de la majorité oppressante (bourreaux des femmes, des juifs, des homos, des arabes, des noirs...). En revanche, je ne vois pas l’intérêt d’un parti politique. 



  • Stevo 19 janvier 2009 18:40

    http://www.yabiladi.com/forum/read-2-445682.html

    Et je me souviens avoir lu que Soral avait travaillé à "Entrevue", magazine créé et dirigé par Ardisson dans les années 90...

    Tu veux plus d’infos ? Demande lui : alain.soral@netcourrier.com



  • Stevo 18 janvier 2009 20:55

    J’ai moi aussi soutenu Dieudonné suite à son sketch chez Fogiel, mais il faut avoir l’humilité de dire qu’on s’est gourré. Le pauvre est tombé dans la paranoïa antisémite basique, il se shoote à l’antisémitisme. De plus, il est intrumentalisé par des idéologues d’extrême-droite (Soral, Chatillon, etc...). 

    Réfléchissez : Qu’est-ce qui insupporte le FN depuis 20 ans ? Les lois mémorielles et la loi Gayssot. Mais Le Pen a essayé de rester dans le cadre de ces lois, ne marchant que par petites allusions et quelques dérapages plus ou moins contrôlés. Mais là, pour une partie du FN, la dérive de Dieudonné est une aubaine : Une tête brûlée, un kamikaze, noir qui plus est, qui ose aller plus loin que les dirigeants du FN n’ont jamais osé aller ! (Pour l’anecdote, Le Pen n’avait jamais rencontré Faurisson, sachant ce que cette rencontre aurait pu avoir de nuisible. Ce n’est pas pour rien si aujourd’hui, c’est sa fille qui est consternée par cette pantalonade du Zénith : Elle a encore une carrière politique à mener, elle !).

    Certain s’en sont tiré à bon compte dans cette affaire, comme Thierry Ardisson :

    http://www.dailymotion.com/video/x1inv1_ardisson-dieudonne-asi_news

    Quand on sait qu’Alain Soral, instigateur du rapprochement Dieudonné / Le Pen, doit à Ardisson d’exister médiatiquement, et que le même Soral était un salarié de l’animateur, on peut se poser certaines questions !

    Dieudonné se rend-il compte que certains se sont servi de lui, ou est-il aveuglé par sa haine et sa rancune ?



  • Stevo 6 avril 2008 17:25

    Pour moi, pendant longtemps, Bashung est resté ce personnage très "années 80", avec ses airs de dandy rock ironique, chantant "Gaby" et "Vertige de l’amour", mais dont "l’oeuvre" restait mystérieuse. Au début des années 90, sa "Joséphine" et sa "petite entreprise" m’ont laissé cette image sympathique, qui avait le mérite de sauver l’honneur de la varitoche française.

    Puis, un ami m’a fait écouter l’album live "Confessions publiques". Là, soudain, je me suis pris en pleine gueule le charisme de ce bonhomme. Si j’ai cru un jour en l’expression "rock français", c’est en entendant Bashung scander à s’en briser les cordes vocales "Toujours sur la ligne blanche". A partir de là, j’ai voulu découvrir la discographie du bonhomme, son parcours, cahotique parfois, génial très souvent. Et j’ai découvert des merveilles cachées, inconnues à jamais du grand public, comme les albums "Play Blessures" (co-écrit avec Gainsbourg) et "Novice". J’ai même découvert l’album "Roulette russe", début de la collaboration avec le génial parolier Boris Bergman.

    C’est à ce moment qu’est sorti son plus grand chef-d’oeuvre : "Fantaisie Militaire". Des textes ciselés, des arrangements avant-gardistes sans être prétentieux, de l’audace, des mélodies, et cette voix, travaillée par des années de clopes et d’excès en tout genre. Je pensais alors que Bashung avait atteint là son sommet, qu’il ne pourrait plus me surprendre.

    J’avais encore sous-estimé l’artiste. "L’imprudence" est arrivé, avec ce parlé/chanté et ces musiques fantomatiques, ces textes torturés, profonds, envoutants, destabilisants, inquiétants, dérangeants... Comme "Play Blessures" 20 ans plus tôt, cet album ressemble à un suicide commercial assumé. Sauf qu’à présent, Bashung a un public fidèle, qui ne le lâche pas, au contraire, il reste fasciné par la capacité de cet homme à fuir des chemins tout tracés.

    Aujourd’hui sort "Bleu pétrole". Certains y verront un retours à un certain classicisme, et ils n’auront pas tort. En partie seulement. Car qui d’autre que Bashung pouvait donner cet aura, cette profondeur, à des titres comme "Tant de nuits", "Comme un légo", "Je tuerai la pianiste", que les radios ne passeront jamais, elles qui en sont encore à diffuser "Gaby" !

    Bashung est un vampire qui s’est abreuvé du talent des autres pour créer une oeuvre unique. Bergman, Gainsbourg, Fauque, Roussel, Manset, maîtres des mots, ont donné quelques choses qu’ils n’ont jamais donné par ailleurs en travaillant pour Bashung.

    Au fond, le rock français n’a jamais existé. Sauf Bashung.

     

     







Palmarès