• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Styria

Styria

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 17/12/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 10 87
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires


  • Styria Styria 6 novembre 2009 19:36

    L’article mélange niveau scolaire et droit d’entrée payant. Les barrières à l’entrée des études supérieures ne sont pas du tout un problème monétaire.

    > Fac : quasi-gratuité pour tous. Et pas d’autre choix pour ceux qui veulent être médecin, avocats, juristes, sociologues,.... L’université propose aussi d’autres filières concurrencées, elles, par le système prépa/grandes écoles ou iut.

    > Prépa / grandes écoles : beaucoup plus élitiste que la fac et mieux rémunérateur à la sortie (sans comparaison).
    L’entrée en prépa est gratuite et la sélection effectuée sur dossier. Tout le monde, de n’importe quel milieu social, peut s’y inscrire.
    La barrière à l’entrée est l’information : peu de gens de milieux sociaux défavorisés connaissent ces voies et y poussent leurs enfants. Deuxième barrière : la sélection par concours.
    => Il n’y a là aucun critère monétaire discriminatoire.

    Après la prépa, on peut entrer soit en école d’ingénieur (quasi-gratuite pour la plupart) ou de commerce (toutes payantes). Une fois une école intégrée, il est assez simple d’effectuer un emprunt à la banque pour financer ses études, son logement,... et encore une fois, quelque soit son origine sociale. Le prêt (en remboursement échelonné à partir de la fin des études) sera accordé sans diffculté car l’étudiant aura prouvé ses capacités à intégrer ladite école.

    Je schématise bien sûr un peu ; mais le problème est l’information. Les informations erronées (prépa/ écoles accessibles seulement aux plus fortunés) contribuent à transmettre cette désinformation. Le problème de la prépa n’est pas d’y entrer (je le répète, c’est GRATUIT) ; mais d’y rester (connaissances ; capacités de travail). l’argent n’a rien à faire là-dedans.

    PS : et ceci bien sûr à l’exception des écoles privés post-bac, qui, il faut le dire, sont peu reconnuse ou valorisées par les recruteurs, en comparaison avec des étudiants issus de prépa/école, ou IUT.


  • Styria Styria 5 novembre 2009 19:29

    OK, pas de problème : alors récupère cette énergie du vide avec tes petits doigts pour éclairer ta maison ! (ou nous éclairer ?)


  • Styria Styria 5 novembre 2009 14:56

    Ok, l’antithèse présente ses arguments.

    Mais ne réponde pas à la question : que fait-on en attendant ?
    Actuellement, l’énergie solaire, les éoliennes, l’hydraulique, la géothermie,... représentent quelle part de l’énergie produite ? Nada.

    Très belle contre-argumentation, bien rédigée, mais théorique.
    L’article parle d’information, donc de concret. Il ne s’agit pas seulement de financement (on trouve plein toujours du financement quand on veut) mais de nécessité et de capacité de production.


  • Styria Styria 5 novembre 2009 13:32

    Il me semble que l’article traite avant tout de la désinformation que font les médias sur le sujet ; et surtout du manque de connaissance des journalistes. Ces derniers ne font plus que « reprendre un potin » sans faire cette analyse :
    - description factuelle
    - analyse
    - commentaires / opinions

    L’auteur me semble exacerbé par le manque d’analyse des journalistes, qui, ces derniers temps, dénoncent le nucléaire sans rien y comprendre ni proposer d’alternative.

    Sans être grand scientifique, quelle serait la solution miracle pour produire de l’électricité propre en quantité suffisante ? Je propose :
    - réduire le gaspillage d’électricité : bureaux, villes,...
    - développer des énergies alternatives propres et durables : investissements en R&D
    - et en attendant, l’énergie la plus « propre » en terme d’émission de CO2 est le nucléaire : sécurisons les centrales (sur ce point, je suis d’accord avec l’auteur sur les autorités indépendantes de sureté) et occupons nous des déchets nucléaires.

    Je n’écris pas cet article pour tenter de retourner les anti-nucléaires, car je sais que c’est impossible. J’écris cet article face à la déferlante de contre-vérités et l’acharnement systématique des médias
    Merci pour ces informations éclairantes.

    Quelles autres solutions proposent les dénigreurs ?


  • Styria Styria 22 octobre 2009 21:31

    Le questionnaire envoyé aux salariés de FT est naturellement une parade publique à la campagne de dénonciation actuelle.
    Que fait un DG dont l’image est en train de dégringloler dans les médias ? Il essaie de redorer son blason ; de se rendre plus humain et proche de ses salariés.

    Ses réactions étaient donc attendues :
    - déplacement dans les agences où il y a eu des suicides
    - discours publics et mots de compassion dans les médias
    - arrêts temporaires des mutations (largement médiatisés)
    - discussion avec les syndicats et le CHSCT sur le sujet
    - et questionnaire aux salariés.

    On peut qualifier ce questionnaire de manoeuvre, c’en est évidemment une. Répugnante, non.
    Car qu’auriez vous dit s’il n’y avait pas eu de questionnaire : il ne s’intéresse pas aux salariés.

    - Si pas de questionnaire => Le DG ne s’intéresse pas au mal-être des salariés
    - Si questionnaire => C’est une manoeuvre répugnante !
    Soyez logiques et dites moi en toute franchise ce que vous attendiez de lui ?







Palmarès



Agoravox.tv