• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Supy

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 7 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Supy 11 octobre 2008 11:57

    Non, les entreprises ne pourraient pas remplacer les levées de capitaux en Bourse par de la dette, en tout cas pas dans de telles proportions : la dette, il faut la rembourser, à des taux d’intérêts plus ou moins élevés mais qui ponctionnent du cash, qui ne peut donc plus être investi.
    L’alternative à la Bourse, c’est ce que font de nombreuses PME : faire rentrer des investisseurs au capital, qui vont apporter de l’argent frais et les aider à se structurer dans leur développement. Mais ça a ses limites, notamment quand l’entreprise devient très importante : là, la Bourse devient incontournable.

    Quant aux financiers, la crise actuelle montre non pas que ce sont des parasites, mais au contraire qu’ils sont centraux dans l’économie (pour une partie d’entre eux) : sans crédit, pas ou peu d’investissements, sans investissements pas de développement ni d’emploi, sans emploi pas de consommation...
    Les banques sont indispensables au financement de l’économie...

    Ne mélangez pas l’agence bancaire du coin et ceux qui ont fait de la titrisation potentiellement pourrie : la première me semble vraiment nécessaire, les seconds beaucoup moins... et d’ailleurs, la purge a commencé !



  • Supy 11 octobre 2008 10:19

    Pourtant, ça me semble relativement simple : il y a un organisme public qui s’appelle Oséo et qui est en charge d’aider aux financements des PME.

    Aucune raison de passer par un autre canal !

    Quant à nos exilés fiscaux, je n’approuve pas leur comportement non citoyen et je trouve dommage qu’on ne les taxe pas au moment où ils s’exilent, mais ce ne sont pas des délinquants pour autant : ils profitent de la bêtise européenne, Etats incapables de s’harmoniser fiscalement pour éviter ça. Pourquoi payer plus d’impôts quand on peut y échapper légalement ?

    Prenons un exemple : un chef d’entreprise lillois vend sa boite. S’il reste en France, il va payer l’impôt sur la plus-value (29%) puis, chaque année, l’ISF.
    S’il traverse la frontière belge à quelques km de là, il échappera à l’ISF (pour la plus-value, je ne connais pas le régime belge).
    Et s’il veut faire mieux, il part en Suisse où il négociera son impôt annuel !!!

    D’ailleurs, ces exilés fiscaux ne sont pas que d’avides capitalistes : des gens comme E. Béart, apôtre des sans-papiers (en France) mais exilée en Belgique, s’y sont mis il y a bien longtemps !



  • Supy 10 octobre 2008 20:05

    quel rapport avec mon commentaire ?

    Je dis juste que vous vous trompez quand vous parlez de délinquants et de fraude... et que cette erreur vient du fait que vous vous attachez à la définition du mot amnistie.

    Mais sur le fond, d’accord avec vous pour dire que cette idée est ridicule, voire choquante, et que je ne vois pas en quoi ça luttera contre la crise !



  • Supy 10 octobre 2008 18:54

    Je pense que le mot amnistie fiscale n’est pas bien choisi dans le cas présent : contrairement à ce que dit l’auteur, ces "exilés fiscaux" ne sont pas des délinquants ni des fraudeurs.
    Ce sont "seulement" des gens qui se sont expatriés fiscalement pour ne pas payer d’impôts, un bon nombre en Belgique (et non pas dans un "paradis fiscal" tel qu’on l’imagine) comme par exemple Emmanuelle Béart...

    Ce n’est pas illégal... seulement très peu citoyen puisque les plus riches ne veulent pas participer à "l’effort de guerre" !

    Je suppose que M. Accoyer voulait plutôt dire que le rapatriement des sommes en question ne serait pas fiscalisé en France, ce qui n’a donc rien à voir avec une amnistie.



  • Supy 10 octobre 2008 18:36

    S’agissant du premier papier que je lis de vous, j’aurais du mal à dire si j’aime vos "écrits" ou non.
    Celui-ci en tout cas, clairement non pour les raisons évoquées.

    Mais si vous n’aimez pas les critiques (et si vous ne voulez pas débattre), ne vous faites pas de mal, n’écrivez pas...
     







Palmarès