• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

sven

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 48 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • sven 9 juillet 14:00

    Pour évaluer la physionomie de ce qui se passe au Vénézuela aujourd’hui, il est intéressant de revenir au documentaire « la révolution ne sera pas télévisée ». On y trouve d’une part la propagande style Goebbels (plus le mensonge est gros plus ça passe) quand on écoute la communication des USA nous indiquer que la destitution de Chavez était le fruit d’une révolte populaire et que ce ernier n’avait aucun soutien dans la population. On y voit aussi des éléments du « gouvernement » transitoire dont les allures et les comportements sont d’incroyables caricatures de Pinochet et de son gouvernement : ignares, minables aves les obligatoires lunettes noires.



  • sven 21 juin 15:24

    @Hieronymus, votre postition est étayée par quels faits ou documents ? A ma connaissance, quand Beria est venu au pouvoir en novembre 1938, si je ne m’abuse, il a réduit le nombre de prisonniers et de condamnés par un facteur supérieur à 100. Sur quoi s’appuient votre appréciation sur Béria ?



  • sven 5 mars 12:16

    @Louve il ne sert à rien de se couvrir d’un drapeau bleu-blanc-rouge pour dissimuler les massacres commis en Algérie, de la conquête à Sétif en 1945 ou même à Paris en 1961. Il faut surtout ne pas oublier que si on a perdu l’Algérie, c’est à cause de ceux qui ont trahi la France en refusant toute réforme (dont la nationalité française aux algériens). Ce sont les mêmes qui ont utilisé le terrorisme contre les français d’Algérie pour les obliger à partir. N’oublions pas que plusieurs centaines de milliers sont restés en Algérie, en toute sécurité et que bien plus auraient pu rester et éviter ainsi le triste sort qui a été le leur à leur retour.



  • sven 26 novembre 2016 12:03

    Ah les dictateurs constamment réélus, quelle plaie ! Quant aux qualificatifs genre « dinosaure » dans le titre, cela suffit à discréditer un article ; Arrêtons nous là !



  • sven 26 avril 2016 15:29

    Cet article est très intéressant surtout en ce qu’il cite un « holodomor » peu connu, celui du Bengale. La raison en est que, bien sur, la famine sert aussi la propagande et l’occident et les anglais ne sont pas prêts à reconnaître les famines qu’ils ont laissé se développer ou créées. Cependant en ce qui concerne l’holodomor ukrainien, je voudrais donner quelques précisions qui ne sont pas citées ici. 

    a)-la plupart des documents photographiques qui ont été produits pour étayer cette famine étaient en fait des documents datant de la famine de 1922 et des rapports de la Croix-rouge de l’époque. On le vérifie encore sur de nombreux sites web, mais ils sont remplacés maintenant le plus souvent par des « œuvres d’art » qui en sont inspirés. Pourquoi mentir quand ce n’est pas nécessaire ? C’est en fait cela qui m’a incité à m’intéresser à cette famine : le trucage des photos.
    b)- la Russie a connu entre le Xème siècle et 1932 une famine majeure tous les 4ans (voir travaux de M.  Tauger). Ce cycle de famines s’est interrompu après 1932. Dire, comme il est dit ici, que la famine de 1932 a été due à la collectivisation semble donc relever plus d’un automatisme acquis que d’une réalité. Il serait plus juste d’affirmer que "lacollectivisation a interrompu le cycle infernal des famines".

    c)-Il n’est pas exact que Staline ait refusé d’alléger les prélèvements de céréales quand l’alerte a été donnée. Il est exact qu’elle a été donnée tardivement, à la suite de circonstances tenant aux connaissances agricoles de l’époque. (cf travaux de M. Tauger)
    d)-Il est parfaitement exact que les puissances du monde capitaliste exigeaient un paiement en céréales pour leurs ventes à l’URSS. C’était une façon de nourrir une propagande : « regardez Staline vend des céréales pendant la famine » alors que « Staline » devait bien acheter des tracteurs. De fait une petite quantité de céréales a été utilisée dans ce but par l’URSS prise à la gorge par la nécessité d’acheter du matériel agricole

    e)-Le mythe de la famine créée par Staline, "par vengeance contre le nationalisme ukrainien" ne résiste pas à une analyse sérieuse car la famine n’est pas sélective des opinions politiques, la famine sélectionne les plus faibles, pour les tuer, c’est à dire les plus pauvres. Dans l’Ukraine de 1932, les plus pauvres étaient constitués aussi de plus de paysans pro-staline et pro-collectivisation que le reste de la population.
    L’holodomor ukrainien apparaît comme une opération de propagande anti-Staline, montée par les allemands qui convoitaient l’Ukraine et reprise avec enthousiasme par l’occident au temps de la guerre froide. Rappelons que l’Ukraine a constitué un des point chauds où les groupes nationalistes ukrainiens, en majeure partie survivants des mouvements pro-nazis, payés par les USA, on tué le plus grand nombre de fonctionnaires soviétiques, probablement quelques dizaines de milliers, et mutilé les paysans partisans de la collectivisation, dans les années suivant la guerre (C. Simpson, Blowback).
    La propagande de la famine est utilisées constamment et partout : peu font remarquer que le cycle des famines en Russie s’est interrompu après 1932,de même ceux qui parlent de la famine due au « Grand bond en Avant » en Chine maoïste évitent de parler des famines antérieures à la révolution chinoises, qui ont été nombreuses et meurtrières. Comme d’ailleurs on parle peu des famines citées ici au bangladesh ou des famines dans les colonies anglaises françaises allemandes, en irlande. Ils évitent de rappeler aussi le rôle de l’occident dans la famine consécutive à « la guerre civile » en Russie en 1922 (en fait une intervention militaire étrangère des grandes puissances renforcée par un blocus destiné à renforcer la famine et un blocage des organisations humanitaires jusqu’à l’entrée en scène de l’opinion publique à la suite de la lettre publique du grand humaniste Fridtjof Nansen). Il semble que sous un régime communiste, la famine soit un crime volontaire, pas une erreur ; sous un régime capitaliste, c’est « la faute à pas de chance », quand elle n’est pas utilisée comme arme de guerre (exemple contre la Hongrie de Bela Kun). Je suis bien sûr prêt à documenter chacun des poins que je cite dans cette intervention.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès