Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Sylvain Rakotoarison

Sylvain Rakotoarison

http://www.rakotoarison.eu


« Seul est éternel le devoir envers l'être humain comme tel. »

Citation de la philosophe Simone Weil tirée de son livre "L'Enracinement" (éd. Gallimard) publié en 1949 après sa mort.


« La contestation peut être vive, le jugement sévère, mais à condition de se tenir à un certain niveau intellectuel et moral qui n'en rend que plus percutants la contestation et le jugement. » (Étienne Borne)


 

Tableau de bord

  • Premier article le 08/03/2007
  • Modérateur depuis le 21/03/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1187 638 30919
1 mois 13 0 291
5 jours 2 0 87
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 331 256 75
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires

  • Sylvain Rakotoarison (---.---.---.185) 24 octobre 2015 11:16
    Sylvain Rakotoarison

    À Sarcastelle,

    Effectivement, je n’ai pas précisé, je le fais donc ici : « paradoxalement » car la loi de transition énergétique exige de descendre à 50% la part du nucléaire dans la production française.
    Cordialement.

  • Sylvain Rakotoarison (---.---.---.185) 11 octobre 2015 02:15
    Sylvain Rakotoarison

    (Je corrige mon commentaire de 22h46 : Comité d’étHique).

  • Sylvain Rakotoarison (---.---.---.185) 11 octobre 2015 01:39
    Sylvain Rakotoarison

    Je vous laisse avec vos projections répétées et l’absence de références médicales dans vos affirmations. Le sujet ici n’est pas un débat sur de grandes idées philosophiques, mais concerne la vie d’une personne dont on semble se préoccuper très peu. C’est au moins la démonstration que Vincent, pour certains, n’est qu’un instrument pour imposer à une société de plus en plus consumériste une idéologie que d’autres pourraient nommer eugénisme.

    Je vous suggère néanmoins de regarder cette vidéo à défaut de vous convaincre.
    https://www.youtube.com/watch?v=x5wBOz627wU

  • Sylvain Rakotoarison (---.---.---.185) 10 octobre 2015 22:47
    Sylvain Rakotoarison

    Je n’ai pas les mêmes informations que les vôtres, mais les miennes sont vérifiables. Je vous en présente quelques-unes…

    S’il faut séparer un peu artificiellement les situations, Vincent Lambert n’est pas dans un « état végétatif » (expression en fait à proscrire) mais dans un « état pauci-relationnel », c’est-à-dire qu’il a une conscience minimale. Au contraire des personnes dans le coma, il n’est pas inconscient : il n’a pas de traitement médical lourd, il n’est branché à aucune machine, il est juste incapable de boire et de se nourrir tout seul, au même titre qu’il est incapable de se laver tout seul. Il reconnaît ses proches, il s’est même rendu au mariage de sa sœur.

    Dr. Catherine Kiefer, chef du service des soins et réadaptation pour traumatisés crâniens à l’hôpital de Villeneuve-la-Garenne, a rappelé ceci : « Un patient en état pauci-relationnel est dans un état de conscience minimale. Cela veut dire qu’il a une certaine conscience de lui-même et de son environnement (…). En premier lieu, il fixe et suit les choses du regard. Deuxième point, il a un comportement.émotionnel adapté, comme sourire en voyant un proche. Troisième, il a des mouvements spontanés et volontaires dirigés vers un but. (…) Mais il faut insister sur le caractère unique de chaque patient. Il ne peut en aucun cas y avoir de réponse simple. Pour moi, ce sont de grands handicapés. Pas des légumes, ni des patients en fin de vie ! On peut interagir avec eux. Ils sont bien vivants, les familles les emmènent le week-end. » (« Nouvel Observateur », propos recueillis le 16 janvier 2014).

    Le rapport de l’Académie nationale de médecine, daté du 22 avril 2014 et remis au Conseil d’État le 5 mai 2014 (n°375081) a insisté sur la réflexion suivante : « L’arrêt de vie, en réponse à une demande volontaire à mourir alors que la vie elle-même n’est ni irrémédiablement parvenue à son terme ni immédiatement menacée, ne peut être assimilée à un acte médical. ».

    La contribution du Comité d’étique (CCNE) au Conseil d’État, datant du 5 mai 2014, est très documentée. Le Comité d’éthique a fait remarquer que la nutrition et l’hydratation n’était pas des traitements mais des soins : « La frontière entre traitements et soins est ici particulièrement floue : il s’agit aussi (…) de soins de support et d’accompagnement, de soins courants, tout simplement de soins humains premiers (que l’on songe ici à l’impératif obligation alimentaire qui lie culturellement et juridiquement les membres d’une même famille). ».

    Les trois experts médicaux en neuroscience qui ont rendu leur rapport au Conseil d’État en fin février 2014, les professeurs Marie-Germaine Bousser, Lionel Naccache et Jacques Luauté, ont expliqué que Vincent Lambert a manifesté des « réactions aux soins » mais qu’il « n’était pas possible » de savoir si c’était « l’expression d’une intention ou d’un souhait à l’égard de l’arrêt ou de la prolongation » des soins. Il a juste montré une volonté très tenace de vivre lorsqu’on a cherché à arrêter son alimentation et son hydratation l’an dernier.

    Les trois experts ont souligné : « Dans une telle situation et en absence de directives anticipées et de personne de confiance, le degré d’atteinte de la conscience ne saurait constituer le seul élément déterminant de la mise en route d’une réflexion concernant un éventuel arrêt de traitement. ».

  • Sylvain Rakotoarison (---.---.---.185) 10 octobre 2015 22:04
    Sylvain Rakotoarison

    Je n’ai pas pour règle de répondre aux injonctions, d’où qu’elles viennent.
    Mais vous avez le droit de vous exprimer, c’est ce que vous faites, comme je le fais aussi.
    Je vous laisse responsable de vos projections, elles ne correspondent pas à mes propos.
    Cordialement.







Palmarès



Agoravox.tv