• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Taverne

Taverne

Mon dernier album de chansons (gratuit) publié : La rosée (auteur des textes)
Poète, philosophe, auteur de nombreuses chansons (gratuites en écoute et en téléchargement : dernier album " VOIR 3 clips de mes chansons en vidéos / Mes autres chansons en collaboration
 

Tableau de bord

  • Premier article le 26/08/2010
  • Modérateur depuis le 28/10/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 241 6466 6481
1 mois 5 392 203
5 jours 2 17 40
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 152 140 12
1 mois 32 25 7
5 jours 4 4 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Taverne Taverne 26 mai 17:45

    Plus de détails ici : (mon commentaire détaillé sous mon précédent article).


  • Taverne Taverne 26 mai 17:25

    Espérer  : esperar en espagnol signifie « attendre », espérer en français c’est croire, escompter.
    A propos des arbres : espérer est à la fois attendre et prévenir en faisant provision de forces pour libérer les énergies le moment venu.

    Libérer  : est à la fois libération et délivrance. Libérer, n’est pas protéger au sens simple, encore moins assister : c’est donner à l’individu les moyens et les opportunités d’employer les ressources (y compris les siennes propres) pour devenir acteur de sa vie. 

    Notre société ne libère pas l’individu : elle l’assiste, elle l’occupe, elle le contrôle (lisez Foucault : « surveiller et punir »), voire elle l’étouffe. Elle se fonde sur une logique de gagnants-perdants. Les aides sociales ne libèrent pas ! 

    Deux exemples concrets donnés hier au JT de 20 heures sur France 2 : l’un négatif et l’autre positif :

    - Une agence locale de Pôle emploi a créé un outil de communication pour dire aux chômeurs comment ils doivent s’occuper dans leur journée : occuper  !

    - Le dispositif « Zéro chomeur » (certes mal nommé) donne à des personnes la possibilité de redevenir actives en utilisant leurs propres compétences et ressources. Ce dispositif ne laisse pas dépérir les individus et ne se contente pas de les occuper.

    Ce sont-là deux illustrations pratiques de la théorie que je développe à partir de ce qui est dit des arbres. Mais, prudence, la philosophie n’a pas pour fonction de remédier à tous les problèmes du quotidien. C’est aux individus, aux groupes, aux collectivités, de développer des processus qui permettent de libérer les personnes de leurs entraves, des freins et des tensions. Et de faire en sorte qu’elles ne dépérissent jamais. Sur ce point on est loin de l’exemple que donnent les arbres. En effet, des gens se retrouvent sans emploi, puis sans logement, sans amis et dans la rue en très peu de temps. Parce que la société repose sur la logique gagnants-perdants et non sur la solidarité collective immédiate des arbres fondée sur un patrimoine et des comportements communs et solidaires.


  • Taverne Taverne 26 mai 15:52

    « ce sont les bardes des deux peuples qui s’approchent entre les deux armées... alors, les guerriers baissent leurs armes »

    Normal, ils se sont dit « ça va barder  ! » smiley


  • Taverne Taverne 26 mai 14:55

    Les arbres, ils parlent le langage du Temps.


  • Taverne Taverne 26 mai 14:54

    @JC_Lavau

    Seule la pensée en spirale permet de sonder l’Inconnu, car la pensée en cercle tourne sur elle-même. La spirale, c’est la vis sans fin d’Archimède appliquée au forage des mystères de la philosophie et de la Vie.

    La pensée, c’est l’écart, le pas de côté pour voir autrement et plus loin. D’où la spirale.