Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Taverne

Taverne

"Plein bonheur" est la suite de mon premier essai "Le Bonheur dimensionniste" : parus sur Amazone
A-t-on déjà pensé à étudier le bonheur en-dehors du sujet qui le vit ? C'est l'objet du dimensionnisme. C'est par le dimensionnement du bonheur en accord avec l'Univers et le Vivant, et à partir d'une approche totalement extérieure à soi, que l'Humanité s'ouvrira sur une réelle perspective de progrès du bonheur. Cette étude, rigoureusement structurée dans la droite ligne de la méthode cartésienne, prend l'exemple du Nombre Pi dont elle révèle les secrets et les subtilités. La surprise est grande de constater non seulement que Pi comporte des lois très nettes, mais surtout (dans le tome2 ) que ces lois illustrent à la perfection les phases de développement de l'être humain. Je gage que cet essai original se révélera stimulant autant pour l'esprit que pour l'âme. Quelques phrases poétiques du cru de l'auteur (par ailleurs poète) agrémentent l'ensemble. Je suis heureux de vous livrer mes découvertes pour le plus grand profit de tous ! Sur Amazone, cliquez sur la couverture pour lire un large extrait !
*****************************************************************
Mon dernier album de chansons (gratuit) publié : La rosée (auteur des textes)
Poète, philosophe, auteur de nombreuses chansons (gratuites en écoute et en téléchargement : dernier album " VOIR 3 clips de mes chansons en vidéos / Mes autres chansons en collaboration
 

Tableau de bord

  • Premier article le 26/08/2010
  • Modérateur depuis le 28/10/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 209 4648 4809
1 mois 4 182 173
5 jours 1 27 15
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 32 30 2
1 mois 3 3 0
5 jours 3 3 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires

  • Taverne (---.---.---.123) 29 juin 12:57
    Taverne

    @JL

    Je pense qu’il faut réserver le verbe « assouvir » aux besoins agressifs (la faim, la soif) et à l’expression du désir. Mais il faut prendre garde de ne pas se laisser enfermer dans le langage qui n’est qu’un outil et non une preuve de vérité. Ce n’est pas parce que l’on ne peut pas dire « assouvir la confiance » que celle-ci n’est pas un besoin. On peut dire satisfaire un besoin de confiance. Je préfère « combler la confiance » parce que la demi confiance ne vaut rien. C’est tout ou rien.

    Il est important de garder un esprit critique, en particulier sur les définitions.

    Je ne veux pas assimiler la confiance à l’Eros de Freud, ni à l’élan vital de Bergson ni à la volonté de puissance de Nietzsche. La confiance, c’est la Confiance, point. En attendant qu’un penseur me démontre mieux que cela.

  • Taverne (---.---.---.123) 29 juin 12:17
    Taverne

    @bakerstreet

    Quand on manque de confiance en soi, on donne sa confiance à n’importe qui. C’est le cas pour ces jeunes sans repères ou momentanément déboussolés. Confiance bien gérée ne se laisse pas abuser.

  • Taverne (---.---.---.123) 29 juin 12:14
    Taverne

    @JL

    Je ne vous parle pas de la confiance réduite à son état minimal de lien social mais de la Confiance, celle qui est vitale à tout être vivant, à commencer par le foetus. Sans confiance, l’être ne se développe pas ou meurt. La confiance « ne s’assouvit » pas ? Effectivement, le mot français ne correspond pas au cas présent. Mais il existe bien un besoin primaire et vital de confiance chez tout être vivant la confiance nécessite « d’être là ». Sa présence est indispensable. En l’occurrence le besoin qui doit être assouvi est le besoin de vivre, ni plus ni moins que cela !

  • Taverne (---.---.---.123) 29 juin 11:38
    Taverne

    @bakerstreet

    Je dirai autant de mon modèle (pyramide en trois triangles emboîtés) : il est « intéressant » et « immédiatement compréhensible ». Mais ce n’est pas la panacée. smiley

  • Taverne (---.---.---.123) 29 juin 11:35
    Taverne

    u@petit gibus

    Le trois est à la base de tout dans l’Univers. C’est le maximum dimensionnable dans l’Authentique. Au-delà du trois, ce ne sont que des valeurs artificielles crées pour le calcul. Un, c’est l’unité. Deux, la dualité. Trois, l’échappatoire, la ligne de fuite la perspective. Il n’y a pas de quantité naturelle primaire au-delà.

    La confiance déborde du Un. Elle est fondamentalement indéterminée dans l’Univers. Elle sait compter jusqu’à trois.







Palmarès



Agoravox.tv