• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Taverne

Taverne

Mon dernier album de chansons (gratuit) publié : La rosée (auteur des textes)
Poète, philosophe, auteur de nombreuses chansons (gratuites en écoute et en téléchargement : dernier album " VOIR 3 clips de mes chansons en vidéos / Mes autres chansons en collaboration
 

Tableau de bord

  • Premier article le 26/08/2010
  • Modérateur depuis le 28/10/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 240 6461 6468
1 mois 4 401 190
5 jours 1 12 27
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 151 139 12
1 mois 31 24 7
5 jours 3 3 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Taverne Taverne 25 mai 18:47

    @Nicole Cheverney

    Espérer (1) et libérer !

    (1) Engranger des forces avec patience et entretenir un « humus humain » permanent

    Je pense que nous devons collectivement adopter la sagesse des arbres (mais individuellement, chacun fait comme il veut). A savoir, libérer les énergies nécessaires - aux moments-clés et à l’unisson - pour notre survie ou notre renouvellement.

    Collectivement, l’arbre engrange patiemment pour libérer sa force au moment opportun, moment décidé collectivement. Il le fait à l’unisson avec ses congénères quand la situation l’exige : ils ne se perdent pas en vaines querelles. De même, leur soutien aux individus faibles est immédiat, total et inconditionnel. Cela peut se faire grâce à ces énergies capitalisées mais aussi grâce à l’humus qui est source permanente de fertilité.

    Il serait bon que, à l’image des arbres, nous ayons, quand cela va très mal et qu’il faut agir vite, une réaction déjà pensée et collective sans faille. Et que nous libérions les forces pour faire face en toute solidarité aux dangers qui touchent la communauté.

    Il serait bon que nous nous inspirions aussi des arbres pour préserver une forme d’humus qui favorise l’initiative individuelle au lieu de l’étouffer. Cet humus permet à l’individu de se risquer, telle la graine heureuse dont parle René Char (cf un de mes commentaires), et de déployer de nouvelles forces qui sont souvent les forces du renouvellement. Notre société a peur de libérer, elle préfère contrôler et étouffer. En cela elle lutte contre la tendance naturelle que les arbres, eux, respectent. Un individu peut se risquer, tomber. Sa chute est amortie et il peut repartir parce qu’il qu’il y a cet humus, cette solidarité ancestrale, qui lui permet de se tromper et de repartir. Les congénères lui apportent collectivement leur soutien total et immédiat au lieu de le laisser dépérir. Notre société là aussi ne comprend pas les arbres : elle laisse dépérir ses individus ! C’est suicidaire. Demander aux arbres ! smiley


  • Taverne Taverne 25 mai 16:23

    La bonne question à se poser est :

    Est-ce que le gouvernement continue en s’enferrant ou bien est-ce qu’il continue sans Ferrand ?


  • Taverne Taverne 25 mai 16:21

    Et oui ! Un pont ça ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît...


  • Taverne Taverne 25 mai 16:18

    Etymologie : « ascension des Balkany » = scandale au balcon.


  • Taverne Taverne 25 mai 12:36

     @Nicole Cheverney

    Merci Nicole.

    « c’est chose rare de ma part » : et cela d’autant plus précieux.

    Clouz0 n’a pas tort : nous surévaluons trop souvent nos propres opinions par rapport à celles des autres gens. Simplement, il le dit d’une manière ironique et peu développée qui n’est pas propre à emporter une adhésion chez les lecteurs. Je dirais même que c’est une réaction un peu paresseuse d’esprit, mais c’est exact.

    Il veut peut-être aussi parler de mes interventions nombreuses lors de la campagne présidentielle pendant laquelle j’ai combattu les idées populistes et extrêmes. Mais notre démocratie est une démocratie d’opinion, par conséquent il est des moments où il faut exprimer et défendre ses opinions. La campagne présidentielle est passée et je ne vois pas l’impérieuse nécessité pour moi de m’épancher davantage. L’opinion n’est pas la vie, encore moins la pensée. Mais elle est un moment de notre vie démocratique.

    J’ai voulu attirer l’attention sur les opinions en général et l’inanité de nos comportements conditionnés et si peu utiles. Si nous prenions exemple sur les arbres, nous préserverions notre énergie pour des moments plus forts, vitaux, plus utiles à la communauté. Le « pollen de l’esprit »...