Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Taverne

Taverne

La rosée
Poète, philosophe, auteur de nombreuses chansons (gratuites en écoute et en téléchargement : dernier album " VOIR 3 clips de mes chansons en vidéos / Mes autres chansons en collaboration
 

Tableau de bord

  • Premier article le 26/08/2010
  • Modérateur depuis le 28/10/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 204 4317 4568
1 mois 0 90 0
5 jours 0 13 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 27 25 2
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires

  • Taverne (---.---.---.36) 29 janvier 14:44
    Taverne

    @Zip_N

    Vous avez raison pour le premier point et avez bien fait de signaler cette coquille. Je rectifie donc : « Il est difficile à définir, voire impossible, parce qu’il relève du vécu de chacun, ce qui le rend singulier, propre et impartageable. Cela rend d’autant plus impossible sa définition qui varie selon chacun. »
    **
    Pour le second point, c’est moi qui vous rectifie :
    Concept  : un concept est l’abstraction d’une idée (il est donc plus abstrait que l’idée, et non l’inverse). Il devient donc ce qu’on appelle une « idée abstraite ». Résumons : l’idée est concrète, le concept est abstrait.

    Idée  : « ce que l’esprit conçoit ou peut concevoir ». Mot emprunté au latin idea, issu du grec ancien idéa (« forme visible, aspect »). Donc l’idée, c’est du tangible, du visible.
    Ce que je veux dire, c’est que le bonheur est d’abord un état. Puis que l’on se fait une idée (très concrète) de cet état. Mais que nous pouvons très difficilement (1) élever cette idée d’état au niveau de concept en l’enfermant dans une définition.

    (1) Selon Kant, l’entreprise est même irréalisable. Selon Kant la notion même de bonheur pose d’abord un problème, car le contenu concret (empirique) en est impossible à cerner. « Le concept de bonheur n’est pas un concept que l’homme abstrait de ses instincts et qu’il extrait en lui-même de son animalité, mais c’est une simple Idée d’un état, à laquelle il veut rendre adéquat cet état sous des conditions simplement empiriques (ce qui est impossible) ».

  • Taverne (---.---.---.36) 29 janvier 13:05
    Taverne

    @Zip_N

    Je n’ai pas dit que le bonheur était subjectif . J’ai écrit qu’il est un « état intérieur de la conscience ». Bien entendu, cet état intérieur heureux (vécu par la conscience du cerveau, les sens et le corps dans son entier) dépend de conditions extérieures. En revanche, la définition du bonheur, en elle-même, est subjective.

  • Taverne (---.---.---.36) 29 janvier 12:57
    Taverne

    Il y a pire que les terroristes : ce sont les théoristes  ! Ce sont eux qui arment les bras des « adversaires ».

  • Taverne (---.---.---.36) 29 janvier 11:44
    Taverne

    « Nul n’entre ici s’il n’est géomètre ». C’est un principe avec lequel je suis bien d’accord. Il faut mesurer ses mots et bien caractériser les faits. Mais je trouve que le mot « adversaire » est bien trop ingénu pour qualifier ces barbares, ces ennemis de l’Humanité.

  • Taverne (---.---.---.36) 29 janvier 11:34
    Taverne

    @JC_Lavau

    Nous ne sommes pas, ici, dans un campus universitaire. Je vous laisse à ces amusements d’étudiant.







Palmarès



Agoravox.tv