• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

thomasb

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 09/11/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 4 18
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • thomasb 12 novembre 2009 11:44

    Patrick,
    nous partageons l’idée que nous ne pouvons définir l’identité de notre nation par la négation de ce qui nous fait peur (la peur étant bien plus souvent instinctive et mécanique que réfléchie).
    Toutefois, nos visions divergent lorsque que vous considérez que les valeurs de la république, sa « morale », ne définissent pas non plus l’identité d’un peuple. Je m’oppose à cette analyse tout d’abord parce que si l’identité d’une nation ne se détermine pas par l’ensemble des règles, des valeurs, des concepts qui guident le vivre ensemble, équilibrent le devenir individuel et la nécessité collective ; qu’est ce que son identité de peuple ? Elle ne saurait alors exister au delà des singularités culturelles, linguistiques, comportementales ou physiques de groupes extrêmement réduits en nombre. La nation ne serait alors qu’un amoncellement de tribus ! Or, la tradition française fut bien celle de l’universalisme et, manifestement, continue de vivre en nous.
    Par ailleurs, il me semble que vous basez votre position sur le fait que le particularisme républicain et laïque français n’en est plus un aujourdh’ui. Or, je crois que cette analyse est fausse. Pour mémoire, je vous cite la liste des seuls pays qui « constitutionnellement » sont laiques : La France, le Portugal, les USA, la Turquie, le Japon, l’Ethiopie, le Mexique, lUruguay et la Bolivie. Le caractère restreint de la liste rend cette forme contitutionnelle plutôt singulière. Mais l’analyse de la réalité actuelle dans ces pays place la France dans ue situation exceptionnelle (sans aucun cocorico à priori mais du point de vue éthymologique). Le portugal a amendé sa constitution en 2004 en signant un nouveau concordant avec le vatican. Les USA, en pratique, sont hyper religieux, les références bibliques sont permanentes (on prête tout de même serment sur la bible), l’athéïsme y est perçu comme une maladie de l’âme. La Turquie, toute laïque qu’elle soit et attachée à l’héritage d’Attatürk, est dirigée par un parti s’auto définissant « parti islamiste ». Je ne commente pas le cas du Japon car je ne le connais pas mais rappelle tout de même que le simili de laïcité a été introduit constitutionnellement par l’occupant Américain pour faire baisser l’influence du Shintoïsme. L’Ethiopie qui n’en finit pas, malheureusement de lutter pour se nourrir, est « hors concours ». Quand à l’Uruguay et à la Bolivie, il existe une religion détat comme feu celle de l’URSS. Ne reste que le Mexique qui à priori n’est pas moins laïque que nous.
    Vous comprendrez que de ce point de vue, l’exception Laïque de la France ne peut être qu’une composante essentielle de son identité, sans même parler du cortège de valeurs que l’on lui associe et dont elle est garante (la non discrimination par la croyance, donc l’origine, donc la culture, donc la garantie de l’égalite, etc.)
    Cordialement,
    Thomas B



  • thomasb 9 novembre 2009 16:46

    Cher Pierre,
    je viens de prendre connaissance de vos deux réactions. Concernant la première, j’ai fait une fâcheuse confusion, vous avez bien fait de la mettre en lumière. De plus, j’ai bien compris que nous n’étiez pas dans le renoncement mais il m’a semblé, au travers de votre texte, que vous aviez un avis définitif sur le politique et le médiatique traditionnels. Or, je pense que si « nous » voulons faire entendre une voix différente, il faudra bien en passer par là.
    En ce qui concerne maintenant la contribution de black Water, vous noterez que j’ai pris le soin de préciser ce en quoi je n’étais pas en accord avec lui, tout en ne niant pas que, sur le fond, il existe en radicalisme islamique fort inquiétant. J’ai même voulu souligner, bien que n’étant pas d’accord avec lui, combien il me parait important de faire entendre son point de vue (et probablement celui de nombreuses autres personnes). Par contre, après relecture de son commentaire, je confirme mes propos. En effet, lorsque blackwater écrit : « l’idéologie islamique qui nie la laïcité », il cantonne son alerte à un seul monothéisme, ce qui par effet ricochet, démontre une certaine modération à l’égard des deux autres. Etant très regardant, en ce qui concerne la laïcité, je peux vous affirmer que ce n’est pas l’Islam qui a le plus souvent cherché à la minorer où à la remettre en cause, y compris aujourd’hui. De plus, quand Blackwater nous dit : « La guerre des civilisations nous est imposée, ici, en Angleterre, aux Pays bas, en Suisse...partout », il assimile différentes nations Européennes à un péril commun. Et si vous interrogez n’importe quel quidam dont je suis, sur le morphotype et la tradition métaphysique de ces pays, nul doute que le blanc et la chrétienté sortiront du chapeau... Enfin, blackwater conclue par : « C’est maintenant qu’il faut affirmer l’identité de notre culture car c’est bien de liberté qu’il s’agit, la notre ». Ce propos, compte tenu de la charge initiale sur le danger islamiste, assimile une france non musulmane à une france en péril. Or, force est de constater que les muslmans ne sont pas chrétiens et rarement d’un blanc immaculé... Leur grande majorité est toutefois composée, sur nos terres, de citoyens Français.



  • thomasb 9 novembre 2009 15:09

    Cher Blackwater,

    Votre réaction me conforte dans l’idée que ce débat est absolument essentiel. Vous y faites place à votre inquiétude de voir une sorte de « colonisation idéologique » de notre pays par la culture isalmique, du moins, c’est ce que j’ai compris. En ce sens, vous dévoilez ici une idée traditionnelle de l’identité Française : blanche, chrétienne. Or, force est de constater que cette vision ne colle plus à la réalité. Toutefois, votre position est tout autant légitime que celles qui s’y opposent. Je crois par contre que si nous laissons une part de cultuel, nous n’ariverons jamais à générer une synthèse, que l’on pourrait appeler idée nationale et que, de surcroît, nous basculerons nécessairement vers un communautarisme de défiance. Mon propos revient à dire que seules des valeurs, des équilibres d’ordre laïques et républicains assureront une adhésion massive à un destin coolectif, sans pour autant renier nos différences, fussent elles métaphysique mais au contraire, nous en nourrir. Sachez enfin que je ne partage pas votre point de vue, non que je réfute une forme d’impérialisme dogmatique chez un certain islam mais qu’il me semble qu’en l’epèce il prend racine dans une réaction à une forme d’exclusion.
    Cordialement
    thomasb



  • thomasb 9 novembre 2009 14:49

    Cher Pierre,

    votre expérience (sous le gouvernement Balladur, je n’étais âgé que de 15 ans) nous montre bien le caractère habituel de ce que vous appelez la lâcheté gouvernementale, de cette rengaine qui vaut que les apparences priment sur les idées et les actions.
    Ce rapprochement entre l’attitude du gouvernement Balladur et le simulacre de débat organisé par Mr Besson démontrent d’une certaine manière le délitement des valeurs républicaines et démocratiques par ceux là même en charge de les garantir.
    Mais, à votre différence, je n’accepte pas l’idée du renoncement car non seulement je ne peux pas me résoudre à ce que l’avenir pour mon fils soit plus sombre que le mien, à âges équivalents, mais surtout, je crois qu’abandonner le terrain politique revient à prononcer la victoire de ces élites destructrices.
    Evidemment, le chemin est long, complexe, nécessitera de mettre de l’eau dans notre vin mais il est tout bonnement nécessaire. Et, bien que nouveau contributeur d’Agora Vox, je crois qu’il commence ici et dans tous ces espaces de libre expression.
    Formons une communauté d’idée, devenons une force numérique et nous pèserons. Il faudra bien sur nous modérer, ne pas tomber dans le piège des luttes d’officines, nous cantonner à l’essentiel.
    Pourquoi ne pas nous rassembler tout simplement sur les vertus de notre nation, ce qui la fait si différente, la rend synonyme de liberté et d’humanisme partout dans le monde : Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité ?
    Thomasb

LES THEMES DE L'AUTEUR

Citoyenneté






Palmarès