• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

tibidams

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • tibidams 4 juillet 2009 00:10

    ça pourrai peut être m’interesser, pouvez vous m’en dire plus, fonction, horaires, niveau d’etude requis, responsabilités, les week end sont-ils libre ?



  • tibidams 3 juillet 2009 21:16

    En écrivant cet article il était évident que cela allait mal tourner, comme vous le dite.
    Pour beaucoup les medecins sont des riches qui ne songent qu’a accumuler de l’argent.
    Cependant je voudrais essayer de répondre à quelques commentaire que j’ai pu lire.
    on demande notre salaire : pour ma part, je suis pédiatre secteur 1, à la fois hospitalier ( praticien attaché) et libéral.
    Mon salaire global est de l’ordre de 4900 euro par mois. soit 58800 euro par an.
    la répartition se fait ainsi :
    salaire hospitalier : praticien attaché échellon 8, avec3 demi journée par semaine 3 à 4 gardes par mois dont forcément une journée de week end ( samedi ou dimanche) 31800 euro par an
    salaire liberal : donc 8 demi journées par semaines ( ce qui fait 11 demi-journée par semaines) 27000 euro par an , cela représente 37% de mon chiffre d’affaire. donc 63% des honoraires payés par les patients partent en charges. ( salaire des secretaires, urssaf, carmf etc)
    Je suis installé depuis maintenant 17 ans. N’ayant pas de titre hospitalier à ce moment je ne pouvais pas m’installer en secteur II, et je ne l’aurais d’ailleurs pas fait par conviction.
    Je prenais antérieurement l’aide médicale gratuite, maintenant je prend bien sur les CMU.
    Actuellement : j’ai un titre hospitalier acquis à l’ancienneté ( praticien attaché consultant), je ne peux pas changer pour aller en secteur II, car une fois le secteur I choisi on ne peut plus en changer.
    Mais si la possibilité m’en était donnée actuellement c’est sans remord que je prendrais ce secteur II.
    Car effectivement la sécurité sociale se moque de nous : les honoraires sont loins de suivre l’augmentation des charges. Ce qui nous oblige à travailler de plus en plus vite pour avoir le même revenu. on ne peut guère travailler plus car au delà d’un certain niveau ça n’est plus possible, si on veut garder un minimum de contact avec sa famille.
    Au tout début de mon installation : je consacrai 30 mn par patient minimum ( honoraire 31 euro pour un enfant de moins de 2 ans), maintenant j’essaie de faire en 20 mn le même travail. J’utilise donc de plus en plus des documents tout fait pour expliquer la diététique, les vaccinations, plutot que de les expliquer de vive voix. Parfois encore des consultations me prennent une heure environ ( problème d’allaitement, troubles du sommeil, pb de comportement), au bout de cette heure je suis souvent très préssé , car j’ai accumuler bcp de retard, si je suis content d’avoir pu rendre service, j’ai l’impression de mettre fait avoir sur le plan des honoraires.
    Pour ce qui des cmu : je continue à les voir, et je continuerai encore à les voir, pb de conviction. d’un autre coté quand la carte vitale est présente et à jour, c’est effectivement une certitude de revenu. C’est pourquoi j’essaie dans les autres cas de faire un peu de tier payant sur la part obligatoire ( le logiciel que j’utilise ne m’en autorise pas plus, ou je n’en ai pas une bonne maitrise), notemment dans le cas de personne sortant de la cmu.
    Quand la carte n’est pas a jour, ou simplement absente, je dois faire une feuille papier, qui ne me sera payée par la sécu que le mois suivant , si elle n’est pas perdu , si elle ne me reviens pas avec la mention : patient inconnu, car dans ces cas là c’est toujours une perte sèche.

    conclusion : primo : non les medecins ne sont pas tous des nantis : je trouve qu’un salaire de 4900 euro par mois pour 50 à 70 heures de travail par semaine, et 4 semaine de congés annuel , et 11 ans d’etude après le bac ce n’est pas trop. Je rappelle que les etudes en facultés d’une façon générale sont gratuites, ce n’est pas l’exclusivité des études de médecine. j’oubliais de faire valoir mes 26 ans d’ancienneté à l’hopital ( j’ai commencé comme médecin attaché en 1986) ; et donc mes 17 ans d’ancienneté en temps que libéral. Les salariés comprendrons.
    - deux : la cmu est loin d’être bien faite, primo les honoraires non honorés, les gens bénéficiant de la cmu qui viennent en consultation dans leur belle mercedes toute neuve, sans parler les 3 mois de vacances qu’ils prennent, ils viennent nous consulter juste avant de partir pour avoir les médicaments nécessaire à leur séjour à l’étranger.
    - trois : le secteur 1 , est devenu une sorte de prison, dans laquelle nous enferme la sécu, nous rendant responsable de son déficit. qu’elle essaie de controler en sous évaluant les honoraire ( je devrais préciser ; les spécialités cliniques), en essayant de controler nos prescriptions, mais là ce n’est pas forcément une mauvaise chose car il y a parfois des excès. Elle ne tient pas compte : du vieillissement de la population, des progrès de la medecine avec l’augmentation des couts que cela engendre, de la diminution de ses ressources , vu le chomage.

    j’oubliais qu’il fallait tenir compte aussi dans le comportement des medecins d’un fait de société : les 35 h, Les medecins ne veulent plus être corvéables à merci, ils veulent aussi avoir une vie de famille, d’autant que la profession se féminise beaucoup. La societé change et elle laisse de plus en plus d’importance aux loisirs, les medecins ne veulent pas être les laissés pour compte.

    conclusion : j’ai trouvé votre article tout à fait bien fait, et posant le pb de la CMU assez bien.
    Les commentaires ont forcément dérivés.
    pour ceux qui voulaient des chiffres les voilà servis. 
    A une question qui était posée : Si c’était à refaire, je crois bien que je le referais, même si je commence à éprouver de plus en plus de mal-être. 
    Je suis cependant heureux qu’aucun de mes enfants ne désire embrasser la carrière médicale.  







Palmarès