• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

tlg

tlg

Un simple citoyen qui essaie de lutter humblement contre l’hypnose consensuelle, tout en ayant bien conscience qu’il ne peut malheureusement rien pour ceux qui ne se posent pas de questions ou qui utilise l’expérience comme une lampe dans leur dos...

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • tlg tlg 26 juillet 2007 04:47

    Je voudrai ici retranscrire les mots exacts de Jean-Pierre Willem chirurgien et anthropologue, fondateur de l’association humanitaire « médecins aux pieds nus » et créateur en 1986 à la Sorbonne de la faculté Libre de Médecines Naturelles et d’Ethnomédecine, intitulé « Prévenir et vaincre le cancer » concernant ce qu’il nomme le dogme de la vaccination au sein du chapitre sur les causes favorisant le cancer.

    "Si une pratique est rarement remise en cause, c’est bien celle de la vaccination, alors que son principe n’est étayé par aucune preuve scientifique. La médecine officielle part de l’axiome que la vaccination stimule les systèmes de défenses de l’organisme. Or, afin de maintenir la vie individuelle des espèces, l’être vivant a développé une réaction particulière à l’introduction de toute substance étrangère ou de tout agent pathogène et a activé les phénomènes d’immunité. Depuis que la science immunologique a réalisé d’immenses progrès, les travaux de Pasteur sont officiellement contestés par des spécialistes en virologie et en biologie moléculaire. Il a été clairement démontré qu’au sein des organismes se produisent des recombinaisons génétiques. Issus de cultures animales, les vaccins peuvent renfermer des virus vivants ou atténués propres à ces animaux. Ils sont donc susceptibles de transmettre des pathologies inattendues. Par ailleurs, ces virus peuvent aussi se recombiner avec des rétrovirus humains <> qui avaient été affaiblis lors de l’évolution de l’espèce. Quand les virus et les rétrovirus défectifs passent d’une espèce à une autre, ils regagnent leur agressivité. Si on multiplie les vaccinations, alors le système immunitaire s’épuise et laisse le champ libre à la sclérose en plaques, aux allergies, aux maladies auto-immunes, peut-être au sida etc. Quant aux vaccins générés par manipulation génétique , comme par exemple celui contre l’hépatite B, ils font pénétrer dans l’organisme de l’ADN et des enzymes étrangers capables d’abîmer les gênes ou de changer leur place, ainsi que de réveiller des oncogènes. Des précautions essentielles à l’acte vaccinal font défaut : absence de contrôle médical, absence de suivi médical débouchant sur des statistiques. Les caractéristiques biologiques et physiologiques de la personne ne sont pas pris en compte, même lorsque celle-ci traverse des périodes où elle est plus fragilisée (convalescence, croissance,première année de l’enfant, adolescence).

    L’idée généralement répandue est que les vaccinations ont fait disparaître les épidémies. C’est oublier que le recul des maladies est chronologiquement antérieur aux vaccins. En outre, si cet a priori était vrai, alors les pays qui n’ont pas pratiqué la vaccination devraient être atteints par ces fléaux. Or selon l’épidémiologie, il n’en est rien bien au contraire. Par exemple le Royaume-Uni a supprimé en 1949 l’obligation de se soumettre à la vaccination. Depuis, on n’a constaté aucun retour des épidémies. C’est aussi le cas pour la Suède. En revanche, les pays qui ont mené une politique autoritaire de vaccination, comme cela s’est produit dans les pays de l’Est pendant 50 ans, enregistrent le taux de pathologies le plus fort. Pire encore, dans ces pays où quasiment toute la population est vaccinée la diphtérie et la poliomyélite ont refait surface. Les présupposés optimistes sur la vaccination ne se vérifient pas au fil du temps. Et les maladies que l’on pensait avoir éradiquées réapparaissent avec plus de virulence.

    Pays des droits de l’Homme, la France reste le seul Etat qui impose la vaccination. Quel sera au XXIe Siècle l’Etat de santé de nos enfants ? Ils subiront les conséquences du conditionnement de nos médecins qui attribuent à d’autres facteurs l’origine des maladies dont ils souffriront. Pour enrayer cela, la prévention devient cruciale. Elle passe aussi par des médecines de terrain comme l’homéopathie, le phytothérapie, l’oligothérapie, par exemple. "







Palmarès