• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

toine

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • toine 19 octobre 2009 20:38

    et vous avez raison car il n’y en avait guère ! Mais les votes des députés RPR-UDF sur les lois chasse, pays, eau montraient que la droite de l’époque était encore pire. Il y a 10 ans, les leaders de droite déclarait sans complexe que l’écologie n’était pas une priorité et traitaient les Verts d’hommes des cavernes
    aujourd’hui, la situation a évolué dans tous ls partis. Le bilan Sarkozy sur l’écologie pour l’instant, c’est zéro, aucune mesure du Grenelle n’a été appliqué, le nucléaire est en pleine expansion et les projets autoroutiers se poursuivent. Des études montrent que la taxe carbone version Sarko n’aura aucun effet.
    En revanche au niveau des collectivités locales, il n’y a pas photo.
    Par ailleurs, même à estimer que ni la gauche ni la droite n’agissent en matière d’écologie, si on se place du point de vue de l’écologie politique comme système d’idées il est évident que le passage à une société écologiste sera pour des raisons structurelles beaucoup plus facile avec des partenaires qui sont favorables au partage des richesses, à la diminution du temps de travail et à l’augmentation des crédits de l’éducation, plutôt qu’aux côtés de partis ultracapitalistes. Donc oui, du point de vue d’un écologiste au sens politique du terme, il est plus heureux de nouer des alliances avec la gauche, en tout cas dans le paysage politique français actuel (ce qui ne veut pas dire que cette alliance soit idéale ! on ne peut pas demander à tout le monde d’être écolo non plus, la société est diverse).
    Mëme du point de vue conservationiste de la simple préservation de l’environnement, sans considérations sociales telles que portées par les Verts, je crois qu’une vision dérégulatrice de l’économie ne peut qu’être un frein aux politiques de protection de la nature et d’orientation de la consommation.


  • toine 19 octobre 2009 13:35

    « chacun sait que l’écologie n’est pas une affaire de gauche ou de droite. » est une affirmation suffisante lancée un peu à la légère.
    Vous pouvez penser que la préservation de l’environnement est l’affaire de tous, comme l’est la démocratie (tiens, un MOuvement Démocrate) ou la justice sociale (tiens, un Parti Socialiste), mais je vous assure que si on regarde dans le détail, tous n’y ont pas intérêt dans la logique capitaliste actuelle, et une minorité de privilégiés profitent du gaspillage d’énergie et de la destruction des ressources et entend bien continuer à le faire. Dire que l’écologie est l’affaire de tous n’est pas faux en soi mais de manière décontextualisée, c’est aussi simpliste que dire que l’égalité est l’affaire de tous.
    Enfin, Europe Ecologie n’est pas un parti monolithique qui défend la seule préservation de l’environnement mais bien une coalition formée autour d’un modèle de société qui s’apelle l’écologie politique, promouvant des modes de production et de consommation alternatifs, ce qui implique des mesures très clivantes comme par exemple une réduction drastique du temps de travail ou bien le droit à un revenu universel. Alors certes, l’écologie politique ne se résume pas à la gauche, mais croire qu’elle devrait rester neutre sous prétexte qu’elle défend la préservation des ressources naturelles c’est ne pas savoir faire la différence entre l’écologie politique comme courant, système d’idées (qui a été inventé par les partis verts et leurs inspirateurs), et la question de l’environnement comme « framing » politico-social (qui bien sûr peut exister en l’absence des verts, et existe d’ailleurs même dans des pays où l’écologie politique est invisible).
    A part ça, rien n’empêche un mec de droite d’être pour la conservation de la nature. ça ne fait pas de lui un écologiste au sens politique du terme, ses valeurs en sont beaucoup trop éloignées. 


  • toine 10 octobre 2009 11:03

    c’est faux l’adjectif « jeunes » a été délibéremment ajouté par Marine Le Pen, vérifiez dans le livre. C’est entre autres à cause de cette artifice que l’on peut parler de confusion entre homosexualité et pédophilie


  • toine 19 septembre 2009 13:26

    Vous êtes anti-écologiste et c’est votre droit le plus strict. Le fait que vous vous réclamiez implicitement d’Allègre, Reagan et Mélenchon (?) à la fois, permet cependant au lecteur de replacer votre raisonnement dans l’ordre de certaines traditions et d’une certaine conception des « idées », d’où peut-être, votre titre à la base assez difficile à comprendre (la conversion écologique de l’économie, la réduction du temps de travail, l’Europe fédérale, la décentralisation, la contribution climat-énergie, la gratuité des transports en commun pour les plus fragiles ou la régularisation des sans-papiers, si je ne m’abuse, sont bien des « idées » et elles sont émises, au milieu de beaucoup d’autres, par les Verts).
    Cela dit, au-delà de votre opinion propre qui n’est pas condamnable en soi, le lecteur se doit de réagir sur les contre-vérités et autres propos de mauvaise foi (dûs sans doute à un grand manque d’intérêt pour le mouvement écologiste, son discours et son histoire) autour desquels vous bâtissez votre article.


    Permettez-moi, point par point, de les démonter :


    1. Daniel Cohn-Bendit et Sarkozy ne se rejoignent pas sur la taxe carbone et DCB, critiquant le projet du président à l’unisson avec le reste des Verts, a expliqué pourquoi : parce que la taxe carbone de sarko est trop faible, accorde trop d’exceptions à certains secteurs de l’industrie polluante, n’est pas orientée vers la redistribution sociale et n’est pas envisagée dans un processus d’augmentation gradué permettant aux ménages et aux entreprises d’anticiper sur leurs dépenses. Les détails sont à trouver sur le site du « parti qui n’a pas d’idées ».

    2. Sur l’Europe, leur vision n’est absolument pas la même, Cohn-Bendit étant un fédéraliste défendant le Parlement élu par le peuple ainsi qu’un projet d’harmonisation et de régulation écologique et sociale, et Sarkozy un capitaliste agissant en faveur d’une Europe exclusivement économique issue de la négociation et du rapport de force entre les gouvernements nationaux (notamment au sein du Conseil Européen). En ce moment, ils sont d’ailleurs en opposition sur la réelection du président Barroso, dont DCB a été le principal adversaire du début à la fin. Je vous invite à vous informer en comparant les programmes d’Europe Ecologie et de l’UMP pour les européennes, vous verrez qu’ils divergent dans presque tous les domaines.

    3. Vous considérez comme sectaire le fait que qu’une association écologiste milite en faveur du bio dans les cantines, arguant du fait que le bio serait un sujet secondaire. Je suppose que vous ignorez tout simplement la crise de l’agriculture française, la destruction de centaines de tonnes de produits primaires chaque année du fait de la surproduction agricole (pendant que l’agriculture du sud est complètement exclue de la concurrence par des procédés imposés au long des années par les meilleurs adversaires de l’agriculture bio et équitable), les effets des pesticides sur la santé de la population rurale et la dégradation des milieux naturels (au Brésil, ils pourraient priver d’accès à l’eau des centaines de milliers de sans-terres), et enfin les conséquences sur le climat du système de marché agro-industriel actuel qui oblige les familles les plus pauvres (celles, justement, dont les enfants mangent gratuitement ou à tarif réduit à la cantine) à acheter des produits de mauvaises qualités, transportés de loin à grand frais de CO2, alors qu’ils pourraient être produits localement par l’agriculture bio si celle-ci bénéficiait des moyens de la concurrence (ce qui passe par un accès aux marchés publics comme les cantines). Je vous suggère de vous informer là-dessus, de lire par exemple quelques livres ou de parler avec des paysans bio ou des représentants d’associations altermondialistes, pour comprendre que ce sujet, loin d’être secondaire, est un enjeu social et économique de premier ordre.

    4. Les Verts ne militent pas pour la voiture électrique et sont très critiques quant à ses perspectives de développement. Actuellement, ils s’opposent au projet de voitures électriques AUTOLIB promu par Delanoë. Là encore, s’il-vous-plait, informez-vous et n’écrivez pas sans savoir le contraire de la réalité la plus évidente.

    5. Vous prétendez que les Verts n’ont pas de terreau intellectuel. Ce n’est pas parce que vous ne connaissez pas les origines intellectuelles des Verts qu’elles n’existent pas. Ou alors considérez-vous que les apports d’Elisée Reclus, d’Hannah Arendt, de Günther Anders, d’Herbert Marcuse, de 68, du PSU, de René Dumont, d’Ivan Illich, d’André Gorz et j’en passe sont à jeter aux oubliettes et ne valent pas un copeck ? N’est-ce pas une perspective quelque peu sectaire et barbare ? Je veux croire que vous ne la partagez pas et que vous n’avez avancé de tels propos que par pure ignorance de l’histoire du mouvement écologiste. C’est dommage, car cette histoire, même si vous n’adhérez pas aux idées qu’elle a produite, pourrait vous intéresser car elle s’est enrichie de la rencontre entre différents milieux politiques, intellectuels, associatifs, syndicalistes et, ne vous déplaise, à certains moments populaires (voyez l’occupation de Gorleben, les républiques démocratiques antinucléaires en Allemagne dans les années 70, le mouvement des sans-terres au Brésil ou celui de Wangari Matai au Kenya).


    Peut-être ne réviserez-vous pas votre opinion en vous informant sérieusement sur le mouvement écologiste et les propositions des Verts. Mais vous pourrez, tout du moins, les combattre avec plus de cohérence et d’honnêteté. J’attends avec impatience votre prochaine article pour suivre cette évolution.







Palmarès



Agoravox.tv