• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

tol

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 6 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • tol 19 janvier 2010 17:41

    Cet article met bien le doigt sur le fréquent amateurisme des médias qui ne captent pas grand chose à ce dont ils parlent.

    La météo n’est pas le climat, les journalistes qui oublient cet axiome, dans un sens ou dans l’autre sont incompétents point barre.

    Pas de quoi douter du phénomène global de dérèglement du climat qui aura des conséquences, c’est sûr, mais dur de définir lesquelles à l’heure actuelle de nos connaissances.



  • tol 19 janvier 2010 17:32

    Comme le dit bien l’auteur de l’article, la réorganisation des services est la conséquence directe de la RGPP.

    L’ensemble des services de l’Etat se réorganisent, les services départementaux vont prendre place au sein des Direction Départementales Interministérielles et effectivement placées directement sous les ordres des préfets.
    De même l’échelle régional des services de l’Etat se réorganisent.

    En toile de fond de ces réorganisations, l’Etat change de rôle et passe d’un rôle disons central, moteur et décideur à un rôle de manager (voir sur ce sujet le très bon article paru le mois dernier dans le monde diplo), de partenaire.

    Si à mon avis il y a un très intéressant débat à avoir sur ce changement de position et les réorganisation qu’il implique, le cas des DGCCRF est très réducteur. Il n’est pas possible de comprendre les tenants et les aboutissants de ces mouvements en limitant la discussion à un cas particulier fondu dans un mouvement de réorganisation bien plus général.

    Cet article ne semble pas saisir l’ensemble du processus et tombe donc à côté.



  • tol 18 mars 2009 11:11

    les belles idées c’est beau mais ça n’amène nulle part !!

    C’est triste de dire des choses pareilles !

    Notre monde est bancal et on n’y peut rien !

    Dans ce cas pourquoi perdre notre temps à réflechir autour de l’actualité sur agora vox.
    Autant se résigner !!

    Tous qui critiquez le MODEM n’êtes pas capable d’ouvrir la discussion et de réflechir sur le fond à que faudrait il faire.
    Je trouve ces discussions partisane inintéressantes au plus haut point. Vous, qui critiquez sans cesse l’inefficacité de nos hommes politiques, leur cupidité et leur bétise n’êtes pas capables de sortir de cette critique formelle pour parler du fond ! Je ne suis pas électeur de ce parti, il a beaucoup de défauts mais, m**de, n’est on pas capables de par ler d’humanisme sans parler de l’humanisme de Bayrou ???

    Il y eut sur terre un certain nombre de philosophes et de penseurs qui avec leurs belles idées ont fait avancer les choses. Pourquoi n’est ce plus possible ?



  • tol 17 mars 2009 14:04

    C’est dommage que le débat soit monopolisé par des questions partisanes !

    La majorité des commentaires semblent s’accorder sur le fait qu’il y a une réelle carence idéologique pour répondre à nos préoccupations.

    Le Modem n’est peut être pas apte à fournir cette alternative, soit.

    Donc, comment ces principes peuvent ils être soutenus et qui dans le paysage politique ou autre en est capable ???



  • tol 17 mars 2009 00:14

    @ l’auteur et aux autres évidement

    Je trouve la première partie de l’article et la présentation des diverses idéologies très intéressante. Comme vous, je pense que les deux principales alternatives économiques et sociétales qui ont émergé au cours des siècles passés, le socialisme et le capitalisme, sont aujourd’hui dépassées. Dans votre référentiel notre pays est clairement, à l’échelle mondiale, un pays social-démocrate même si Sarkozy tente de remédier à cela. Encore une fois, j’abonde dans votre sens quand à l’incapacité de ce schéma à répondre aux enjeux majeurs de notre temps. Les arbitrages entre ces deux théories ne permettent pas, à l’image des symagrées politiques faites par les actuels sbires de l’UMP et du PS, de changer l’état d’esprit actuel et la société.
    L’apparition d’une tierse idéologie raisonnable semble donc en effet répondre à un besoin et en tout cas à une recherche électorale (pour moi par exemple) et est donc parfaitement justifiée.

    Un boulversement de nos façons d’agir et de penser doit pour cela être opéré et je me pose la question de la légitimité d’un parti politique, au sens commun du terme, pour mener ce changement. Si un parti comme le MODEM arrive un jour au pouvoir, comment compte-il mener sa politique de réformes structurelles ? Et surtout comment, avec les mêmes outils, les mêmes contre-pouvoirs, les mêmes pressions et les mêmes lobbies, les dirigeants du MODEM comptent se préserver de la corruption. Le problème de la corruption me semble fondamental car c’est le cancer qui a détruit les deux autres idéologies en les détournant de leurs objectifs initiaux.

    Cette dimension ne me semble pas assez précisément abordée dans l’article, pourriez-vous m’apporter quelques éléments de réponse ?

    Cordialement.








Palmarès