• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

tomtom

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • 21 mai 2007 23:16

    J’attends SERIEUSEMENT ton article caractérisant les différences organiques entre un cerveau d’homme et un cerveau de femme... On ne sait jamais, il se pourrait que tu réussisses à nous prouver qu’il existe une zone spécifique permettant aux individus féminins d’exceller en vaisselle, tandis que les males de notre espèce seraient génétiquement programmés pour « gouverner le monde »...

    Après tout, n’est-ce pas ce dont il est question ?

    Car l’homosexualité n’est pas un problème régionalisé, il ne s’agit pas de la population d’une contrée, qui cristaliserait la haine de par ses différences culturelles et politiques avec ses voisins. Il s’agit d’une nuée de personnes, transversale à toutes communautés et milieux sociaux. Une sorte d’infiltration silencieuse... Point de vue moderne communément émis par les hétéros, males j’entends, criant à l’effet de mode pour ne pas voir que ce qui arrive aujourd’hui n’est que la mise au jour assumée de modes de vie trop longtemps cachés, trop longtemps subis, sous la chappe de plomb des bonnes moeurs chrétiennes. Bien plus que l’avenir de l’humanité, bien plus que le bonheur des hommes, cette bonne morale ne nous protège que d’une chose. L’hypothétique féminisation de la société, la peur de perdre la culotte. Les hommes (les mecs) ont peur de perdre leur virilité, celle qu’on leur a demandé pendant tant d’années d’atteindre, et qu’ils ont tant de mal à conserver. Et toucher à la virilité, à la clé du pouvoir, au sceptre(phallique, comme c’est étrange), c’est un péché ! Manquerait plus qu’une gonzesse nous gouverne pardis !

    Et les homos viennent foutre la merde au milieu de tout ça ! Le modèle chrétien ben... on aimerait bien, mais comme ils ne veulent pas de nous ben... on s’en fout, donc la pression sociale pour avoir des gosses et fonder une famille ben... on s’en fout. Y’a les matchs de foot pourris avec les collègues débiles du service compta. Nous comme on aime pas le foot, on y va pas... Nous sommes également désolés de savoir assortir nos vêtements sans l’aide d’une nana, c’est sûr, ça vous fout la honte...

    Oui les hétéros nous envient, c’est de là que vient leur haine...enfin, de tous les avantages qu’il y a à être homo et de cette idée saugrenue qui leur passe irrémédiablement à l’esprit où ils s’imaginent que l’on va au détour d’un couloir isolé les attrapper et les défroquer... Parce que les hétéros se croient irrésistible... Tant de virilité, évidemment, ça excite.

    Bien sûr c’est en oubliant tout de même que pour en arriver là, il nous a fallu dissimuler notre orientation, nos penchants, nos déviances(!), pendant au minimum une quinzaine d’années, nous inventer une vie pour contrer les collibets, affronter la solitude, affronter nos parents (qui sont hétéros je précise, et les miens pensaient qu’en plus du pack « vie facile et bon goût » j’avais pris une option « mst »), puis perdre nos premiers amis intolérants (ou frustrés), faire le choix entre un coming-out quotidien à la fac ou une discretion poussant au mutisme, guetter dans la rue ou au resto avant de tenter tout geste affectueux, attendre d’avoir fait parler nos collegues de boulot pendant au moins 6 mois avant de savoir si l’on peut les inviter à bouffer à la maison, ah, et puis assister à la plupart des réunions familiales en célibataire pour ne pas froisser gd-parents, oncles et tantes... qui nous culpabilisent d’être encore seuls à notre âge... Mais j’ai un mec bordel !!! Non ça le ferait pas... Se dire que sans utérus à disposition, ça va être un peu plus difficile de faire naître un p’tit Tom junior...

    Alors ici j’entends parler de normalité, d’inné, de choix, de loi naturelle, de tolérance aussi, moins de respect. Je parle en mon nom, mais je pense parler au nom de nombre d’entre cette nuée en vous disant de nous lacher la grappe ! La question n’est plus de savoir pourquoi, comment on devient homo. Ce n’est qu’une convergence de facteurs assimilés et tellement divers qu’il serait ennuyant de les détailler. Je me demande même comment cet article sordide en vient à parler d’homosexualité : voudrait-on dire aux homos qu’ils cherchent le bâton pour se faire battre ? L’homophobie n’est pas le fait des homos, mais de l’ignorance manifeste des hétéros, comme l’on peut étendre ce débat au racisme, à l’antisémitisme...bla, bla, bla...

    Ahhh... encore un mec qui se les gratte en se flattant de son propre génie pendant que sa p’tite moumoune fait la vaisselle... Après on s’étonne que le monde pédale dans la semoule, mais la morale est sauve !







Palmarès