• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

torterat frédéric

torterat frédéric

Enseignant à l’Université de Nice (IUFM de l’Académie), chercheur à l’Université Paris-Sorbonne et Directeur de recherche à la Faculté de Linguistique de Port-au-Prince.
Didacticien.
Linguiste.

Tableau de bord

  • Premier article le 28/03/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 2 14
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • torterat frédéric torterat frédéric 27 janvier 2009 23:42

    Bonjour,

    Je remercie checkmate pour sa réponse. Effectivement, l’intégration des IUFM a été accomplie (là aussi, quelquefois, dans l’empressement). Or, la construction de masters lui a emboîté le pas avant même que les équipes apprennent à travailler ensemble. A Nice et à Toulon par exemple, nous avons la chance qu’un dialogue ait été établi auparavant, mais ce n’est pas le cas général.
    Aujourd’hui, présenter les équipes universitaires comme "refusant tout" ou "contestant les réformes" est de la désinformation. La Conférence des Présidents d’Université ainsi que la Coordination Universitaire, mais aussi beaucoup de "collectifs", sont pour le changement : ce que veulent les équipes, c’est une modulation des services concertée et qui prenne vraiment tous les éléments en compte, une prise en charge des stages bien organisée, des étudiants accompagnés tout au long de leur parcours, une professionnalisation progressive des enseignants, une valorisation des produits de la recherche.. autrement dit, plus simplement, une ambition pour les jeunes et pour le pays tout entier.
    Tout cela prend un peu plus de temps que des annonces fracassantes et des mesures diffusées à coups de "circulaires" ou de "communiqués".

    Bien cordialement,
    FT



  • torterat frédéric torterat frédéric 17 janvier 2009 22:25

    Bonjour,

    Comme indiqué plus haut (ce que j’aurais pu simplifier, c’est vrai, ce qu’il est difficile de faire sans gauchir le propos..), les équipes concernées sont pour cette réforme. C’est sa conduite qui rend la tâche impossible.
    D’une manière générale, la position des universités (et des IUFM qui en sont à présent les composantes) revient à demander du temps pour que cette réforme ne soit pas bâclée.
    Vous posez la question des délais : les universités et les écoles intégrées ont été sommées de construire des masters en trois mois et demi, alors que cela requiert au moins six fois plus de temps. Par ailleurs, la réforme telle quelle implique, pour le moment, que les enseignants ayant eu les concours soient directement confrontés à un temps plein, avec l’appui plus ou moins régulier d’un(e) collègue "expérimenté(e)". Aujourd’hui, quand un collègue entrant dans le métier est en difficulté, il a toute une équipe derrière lui, et il dispose d’une formation appropriée. Je ne dis pas que tout se passe toujours très bien, mais cette alternance permet d’éviter bien des désastres, et presque autant de démissions.
    De même, il aurait été question de préparer à des concours dont nous ne savions pas à quoi ils ressemblaient vraiment, à mettre en oeuvre des stages dont on ne savait pas comment ils s’organiseraient., et je ne parle ici que des principaux thèmes de contestation.
    Aussi permettez-moi de me répéter : il ne s’agit pas ici d’être "contre la réforme".
    Il s’agit de la mener autrement, et avec l’ambition que l’on doit avoir pour tout ce qui touche à l’avenir.
    FT







Palmarès