• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Traumax

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 20 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Traumax 10 mai 2008 12:51

    mmh bon, ouais ok, d’accord.

    Il me semble que tout le monde prend tout cela bien trop au sérieux. N’oublions pas que nous parlons aussi de divertissement. Que ce soit GTA, ce clip de Justice, ou les films violents récents (le diptyque Grindhouse, Devil’s Reject, Rec...), il s’agit de divertissement avant qu’on ne parle d’art, ou de pensée.

    Et ceux qui veulent voir dans GTA, par exemple, une fascisation des esprits ou une critique de la société sont (à mon avis) à coté de la plaque. Idem pour ce clip. A bien y réfléchir, si les auteurs avaient vraiment voulu exprimer une pensée, quelle qu’elle soit, ils auraient accompagné la publication d’une explication. Or c’est silence radio total. J’en déduis qu’ils doivent bien se marrer à nous voir pérorer sur l’éducation, le message, la décadence de la société libérale et autres calembredaines alors qu’il ne s’agit peut-être que d’un exercice formel (le clip je veux dire).

    allez, puisque j’ai du temps à perdre et que ce commentaire m’a enervé, je vais y répondre (mes commentares en police non grasse, non italique) :

    Ce clip me fait penser à un jeu vidéo ( GTA 4 ) dont j’ai entendu parler il y a quelques jours , censé être interdit aux moins de 18 ans (il s’agit d’une recommandation à la vente, pas d’une interdiction d’usage) , mais dont j’ai vu depuis la publicité télévisuelle à des heures de grande écoute (doit on interdire les publicités pour les voitures et les crédits puisqu’ils sont interdits aux mineurs ?) .Si l’on en croit la publicité , le " héros " de ce jeu est un personnage à mine patibulaire , auquel le joueur est censé s’identifier (comme aux héros de n’importe quelle oeuvre de fiction...), le but du jeu étant semble t-il de réaliser le maximum de délits en tous genres ( vols de voiture etc ... ) (que pensez vous de Call of Duty 4 ou il s’agit de dézinguer des arabes et des tchétchènes par centaines, et même à un moment de bombarder un village ? Qu’en est il des gamins qui jouent à la guerre dans les cours d’école ? ) .

    Inutile de préciser que la majorité des joueurs auront probablement moins de 18 ans (qui peut l’affirmer sans sombrer dans le ridicule ? la population des joueurs est maintenant presque majoritairement adulte me semble t il, mais comme j’ai pas de sources fiables sur ce point, j’en reste la.). A une époque très lointaine , il y avait des " jeux éducatifs " (? ?? comme le bilboquet ou le rami ?) . Nous sommes apparemment entré dans l’ère du jeu anti-éducatif ! (lol, comme on dit chez nous.)

    Au vu du clip dont vous parlez et de ce jeu vidéo , la " politique de civilisation " dont Nicolas Sarkozy se prétendait le défenseur risque fort de rester lettre morte ! (re lol, et même roflmao. une civilisation ne se construit pas avec des décrets et des lois, mais avec l’usage que les gens font de leur vie, dans le cadre des normes sociales en vigueur, enfin c’est ptet encore une erreur qu’on m’a mise dans le crane entre la case mathématiques et la case travaux manuels.)En effet , vu les profits énormes qu’engendrent l’industrie " musicale " à l’origine du vidéo clip de " justice " et l’industrie des jeux vidéos , il est clair que les " valeurs " de l’ultra-libéralisme chères à notre gouvernement , sont clairement opposées aux valeurs que l’on pourrait qualifier de civilisées ....( euh... je comprends pas cette phrase. j’ai beau la retourner dans tous les sens, je vois pas ou vous voulez en venir. je ne vois pas en quoi le fait que l’industrie du divertissement se porte bien est en contradiction avec les valeurs "civilisées", qu’il faudrait d’ailleurs préciser.)

    Ce qui me sidère, ce sont les réactions de certains commentateurs que l’École a formatés en leur inculquant avec autorité des erreurs invraisemblables.

    ce que ne m’a pas appris l’école, mais mon grand père (que la grâce de tous les dieux du monde soit sur ses épaules chenues..) c’est à me méfier des détenteurs de la Vérité. Je me méfie donc de vous Mr Villach.



  • Traumax 10 mai 2008 09:44

    2- Vous êtes bien le produit d’une École ignorante qui vous a mis en tête des erreurs.

    "S’agissant d’une oeuvre de fiction, osez-vous écrire, je vois mal comment on peut parler d’information." Quel aveu !

    effectivement, ce que vous appellez information, on m’a appris à le nommer "message". Comme dans la médiologie de Debray. Question de lexique seulement. J’avais compris votre usage du mot au sens d’actualité journalistique. Je bats ma coulpe sur ce point précis.

    Pour le reste, je ne retire rien. Je préciserais juste au sujet du jeunisme, que mon propos liminaire visait à souligner la différence qui existe face à la lecture de l’image et à la réception du message porté quand on a grandi avec ken le survivant ou le club des 5. Et puis vous m’aviez enervé, j’ai donc été un peu excessif. Comme vous pouvez le lire dans ma phrase de conclusion, empruntée a Pierre Desprosges, la jeunesse n’est pas pour moi l’idéal humain ultime, elle a juste l’avantage de n’avoir pas encore eu le temps de faire les erreurs de ses ainés.

    En relisant mon commentaire à froid, je crois que mes mots ont dépassé ma pensée, mais de peu.

    Bref, je pense que nous pourrions finir par tomber d’accord un jour, mais peut-être pas sur ce sujet précis.

    Cordialement.



  • Traumax 9 mai 2008 17:50

    Bon,

    J’interviens d’habitude très peu sur les fils de comentaires d’agoravox (qui sont la plupart du temps assez peu intérressant, notamment à cause des guéguerres de ceux-ci contre ceux-là, mais c’est un autre sujet). Mais la j’suis grave vénère.

    J’use les les touches de mon clavier parce que cet article, et un certain nombre de commentaires qui lui sont associés, montrent parfaitement la fracture qui existe entre le 20e et le 21e siècle. Ou plutot, entre les jeunes du 20e et ceux du 21e siècle.

    Mr Villach, votre présentation m’indique que vous avez 63 ans, soit 20 ans en 1965. Epoque bénie ou les liaisons téléphoniques se faisaient grâce a de charmantes opératrices et ou la television se regardait par groupe de 12 autour d’un poste noir et blanc. Cette époque était aussi celle de la croissance a deux chiffres et du plein emploi. La jeunesse contemporaine, à laquelle j’appartiens pour encore peu de temps, vit une époque qui n’a plus rien à voir avec tout cela. Nous avons grandi avec (entre autre) Orange Mécanique, Bad Taste, ou les livres de Bret Easton Ellis. Nous avons vu des films avant de savoir lire. Nous avons écouté du rock (fort...) avant de connaitre Chopin. Nous dialoguons plus facilement avec des inconnus sur des forums qu’avec notre famille par courrier. Tout cela est peut-être regrettable, mais ce sont des faits.

    Venons en aux idées, puisque j’interviens peu et que j’ai du temps à perdre cet après midi, je vais procéder point par point.

    "la question qui se pose est de savoir comment un artiste peut s’avilir à ce point en se prêtant à une héroïsation aussi imbécile de prédateurs venus de la jungle."

    La question se pose en effet. Peut être auriez vous pu tenter une réponse ?

    Tout d’abord, la question de l’avillissement. La représentation de la violence et de ses auteurs en sujet principal d’une oeuvre est elle un avillissement ? Goya serait il tombé plus bas que terre en peignant son ogre ? J’en doute. La question de la représentation de l’abjection humaine devrait être dépassée depuis longtemps, mais ce n’est apparemment pas le cas pour les anciens et vénérables que vous représentez ici. Pour la génération dont je fais partie, l’art peut tout représenter, et doit tout représenter, le pire comme le meilleur. Refuser d’ésthétiser la violence est comme une négation de son existence. Face à la violence réelle, il nous faut son estéthisation pour nous rappeller l’ignominie du monde et des hommes. A force de voir des corps démembrés, des images de charnier ou de bombes, nous sommes vaccinés. L’art nous permet de voir la violence sous une autre facette, et ainsi de nous la rendre plus réelle encore.

    "Si l’on s’en tient au dernier produit de ce groupe, « Stress », le bruitage qu’il fait passer pour de la musique, mélange le vrombissement d’un moteur à soupapes et le vacarme scandé de courroies et de pistons qui assourdit tous les jours les ouvriers d’une scierie des Vosges. "

    Sachez , monsieur Villach, que la création musicale ne s’est pas arrétée avec la mort de Benny Goodman. La musique éléctronique est une des formes musicales les plus innovantes actuellement. et ce que vous qualifier de "bruit de scierie" n’en représente que la facette la plus conforme et grand public. Je n’aime pas spécialement Justice, mais en temps que musicien dilettante, je reconnais la valeur de leur travail. Et il est énorme. Allez donc écouter Venetian Snares, ou le très connu Aphex Twin pour vous rendre compte de ce qu’est réellement la musique éléctronique aujourd’hui. Par une ironie du sort, elle est le produit de ce que votre génération a expérimenté à l’âge ou les dogmes d’avant laissent place aux dogmes d’après.

    Je passe sur le paragraphe suivant, si on se met a commenter des descriptions on n’en finit plus.

    "L’unique préoccupation du cinéaste est la stimulation du réflexe de voyeurisme par l’exhibition du malheur d’autrui"

    Bien, vous êtes donc dans le secret des dieux concernant la réalisation de ce clip ? Votre interprétation n’est pas la mienne. Ou vous voyez du voyeurisme, je vois de la compassion, suggérée par la bande, comme dans une partie de billard émotionnel. Lors du visionnage, j’ai souffert avec la petite mémé, j’ai eu peur avec la jeune fille, j’ai été humilié avec le policier. Le titre "Stress" est d’ailleur révélateur. Nous suivons l’agent du stress. Le but (celui que je perçois du moins) de ce film est de nous faire vivre le stress de l’agression, pas le plaisir de l’agresseur. Il m’apparait donc que vous n’avez rien compris au propos du film.

    "On reconnaît en même temps ici le leurre de l’information donnée déguisée en information extorquée qui vise à crédibiliser l’information donnée en la faisant passer pour une information extorquée "

    S’agissant d’une oeuvre de fiction, je vois mal comment on peut parler d’information. "Le droit de savoir", c’est de l’information. Cependant, j’ai, grâce à mon hobby professionel actuel, pu voir la réaction de jeunes face à ce clip. Des jeunes en tous points semblables à ceux du clip. Basanés, patibulaires (mais presque..), agés d’une quinzaine d’années. Ils étaient 5 à visionner le film. Un seul (qui à l’évidence n’a pas la lumière a tous les étages) a cru voir de l’information, ou une séance de happy slaping. Tous les autres n’y ont vu qu’une oeuvre de fiction, un clip comme un autre. Certains ont ri, mais pas tous. Et aucun d’eux ne m’a aggressé ensuite.

    Par un audacieux renversement de la distribution manichéenne des rôles, le cinéaste croit-il vraiment faire prendre ces odieux prédateurs pour des victimes à plaindre et à secourir ?

    Justement non. La ou Alex et ses droogies (Orange Mécanique) sont victimes autant que bourreaux, ici les méchants restent les méchants jusqu’au bout, dans une logique froide de constat sans jugement. Ni punition ni rédemption pour eux. Ils ne sont ni a plaindre, ni à secourir, ni à punir. Ils existent et il faut en prendre compte.

    "on voudrait même inciter au port d’arme personnel pour se défendre contre une violence aussi gratuite, qu’aucune police ne peut évidemment prévenir, qu’on ne ferait pas un meilleur spot publicitaire. "

    C’est préter un bien grand pouvoir à ce film et ses auteurs. Les médias de masse, et la télévision en particulier font bien mieux sur ce plan. L’histoire de Papy Voise en 2002 a surement bien aidé le chiffre d’affaire des armuriers cette année là.

    Le dernier paragraphe de l’artcile est particulièrement idiot. Reprocherait on à David Halliday de ne pas avoir la puissance vocale de son père, ou à Paul Belmondo de ne pas réussir aussi bien les cascades que son père ? C’est tout simplement un raisonnement idiot d’un représentant de la génération qui n’inventera plus rien sur celle à qui il reste tant à créer.

    "Mais qui, dans le public auquel s’adresse ce clip, sera assez futé pourra les percevoir ? "
     

    Mais,Mr Villach, pour qui nous, et vous, prenez vous ? Nous ne sommes pas tous complètement demeurés, nous savons raisonner, nous sommes jeunes, certes inexpérimentés, mais pas moins futés pour autant. La conclusion de votre article se marie assez bien avec l’introduction de mon commentaire. Vous méprisez une jeunesse que vous avez perdue. Vous regrettez un âge d’or durant lequel on apprenait par coeur des scènes du Cid au nom de la culture générale. Cela ne vous donne pas le droit de mépriser ceux qui n’ont eu à apprendre que Le Corbeau et le Renard pour passer en sixième.

    L’humanité est un cafard, la jeunesse est son ver blanc.



  • Traumax 18 décembre 2007 14:46

    L’article est interressant, quoiqu’un peu confus dans la forme. Ou alors c’est ma potentialité siesteuse du moment qui m’égare.

    Concernant la MAO, il faudrait établir une distinction claire entre les techniques de studio numériques (enregistrement, mixage, mastering etc...) et la création musicale sur ordinateur. Car l’ordinateur, n’en déplaise aux conservateurs amoureux du bois qui grince et du cuivre qui rouille, est un instrument de musique comme les autres, qui demande au moins autant de temps et de travail pour être maitrisé. Il ne s’agit pas pour moi d’un transfert de complexité, puisque la complexité du jeu musical et de son apprentissage est toujours la. Quand à la complexité de fabrication de l’ordinateur, elle serait à mettre en relation avec le travail d’un luthier ou d’un facteur d’orgues, pour ne citer qu’eux.

    J’ajouterais qu’il est possible grace à l’ordinateur (et aux synthtiseurs matériels) d’obtenir des textures sonores inédites et personnelles. Et ca c’est bien parce que la guitare sommaire qui fait pling plong et la trompette dans le jaaaaazz (ah, la trompette dans le jaaaaaazz) ne conviennent pas a tout le monde, en tout cas ne me suffisent pas personnellement.



  • Traumax 29 novembre 2007 13:41

    voir dans le meme genre de technologie, le Dexter de Jazzmutant, une surface de controle tactile multipoint dédiée aux applications MAO. Assez fascinant à regarder, pour une facture assez fascinante à régler. Mais quel bonheur de pouvoir automatiser 3 paramètres de lfo avec un seul doigt.







Palmarès