• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

trazibule

Je m'intéresse à tout, j'ai travaillé dans de nombreux domaines très variés, manuels, artistiques ou intellectuels, donc je ne suis expert en rien.
Synthéticien, le contraire du spécialiste, mais ce métier n'existe pas encore.


Tableau de bord

  • Premier article le 17/10/2008
  • Modérateur depuis le 22/07/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 23 73
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 52 37 15
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires


  • trazibule 14 janvier 2013 12:44

    Merci pour vos remarques :

    Je ne dois pas savoir écrire car je ne coris pas avoir dit que « l’entreprise ne peut être que financière et que je souhaite la faire disparaitre en tapant sur les entrepreneurs et en protégeant les financiers ». Au contraire j’essayais de démontrer que l’entreprise qui s’occupe aujourd’hui avant tout de finance est sur la voie d’une impasse. Le premier but d’une entreprise devrait être avant tout le bien de tous et non le seul profit de ses propriétaires.

    En tout cas bravo pour votre réussite, puis-je me permettre de faire ce simple constat : si tout le monde réussit comme vous nous auront 35% de plus de marchandises pour seulement 10% de plus de client, vous ne pensez pas qu’il y a une incohérence ? J’ai l’impression que vous considérez surtout la notion de croissance, une mesure purement quantitative, et non de progrès qui serait une évaluation qualitative.

    Pour ma part je désapprouve cette notion de concurrence qui consiste à dépasser l‘autre jusqu’à souhaiter « éliminer la concurrence », je préfère la notion d’émulation qui consiste à se dépasser soi-même quitte souvent à soutenir les autres pour que le jeu continue.


  • trazibule 12 juillet 2012 13:30

    Vu l’ambiance des dialogues je vous envoie un extrait de mon site à propos la censure :

    La censure :

    Quand quelqu’un est totalement persuadé d’avoir raison, il ne peut tolérer la moindre contradiction, car plus cette contradiction risque d’être efficace est convaincante, plus se profile pour lui la peur de devoir remettre en cause ses certitudes

    Or les certitudes sont une façon facile de se structurer soi-même en s’appuyant sur un discours appris, bien construit et homogène qui tient lieu de tuteur. Alors il devient logique de refuser l’expression de toute critique car quiconque fragilise ce tuteur devient pour l’interlocuteur la pire des agressions. Car si ce tuteur s’écroule, il se retrouvera totalement désemparé soit parce qu’il n’a pas structuré sa personnalité sur quoi que ce soit qui vienne de lui-même, soit parce qu’il s’est figé dans un acquis quasiment dogmatique qui se sclérose de ne point pouvoir évoluer.

    Mieux encore pour fortifier sa personnalité il lui devient nécessaire de certifier la qualité de son tuteur en essayant de convaincre le maximum de personnes autour de lui et éloigner tout risque de doute.

    Alors il devient indispensable d’interdire toute forme d’expression qui pourrait nuire à cette certitude. Il censure donc tout ce qui ne lui convient pas. Mais la censure est l’expression même de cette faiblesse. Celui qui accepte le débat sur ce qu’il pense prouve sa force, et la vitalité de ce qu’il pense, puisqu’il accepte toujours cette remise en question. C’est d’ailleurs la garantie d’une évolution possible. La censure amène la mort de l’idée qu’elle affirme défendre, car celle-ci ne peut plus évoluer puisque n’acceptant plus ni critique ni débat.

    Il existe aussi une censure par peur, peur de déplaire à celui qui pourrait nous nuire, celle-ci est encore plus grave, car elle nécessite un zèle qui dépasse souvent l’exigence même de la personne critiquée. C’est non seulement une lâcheté, mais en plus c’est une insulte à celui qu’elle veut protéger en ne le croyant pas capable d’entendre la critique ! Le pire est qu’elle isole la personne critiquée dans l’ignorance de la réalité et peut la conduire à des erreurs de jugement.

    Donc il faut bannir toute censure.

    Mais faut-il laisser pour autant s’exprimer le mensonge ou le détournement de sens ? Exemple ceux qui remettent en cause l’existence de génocides. Je pense pour ma part qu’il faut les laisser s’exprimer pour répondre, informer, prouver, et démontrer le mensonge ou la supercherie et ses intentions. Les interdire nous mènerait à la censure et offrirait à ceux qui ne peuvent s’exprimer une aura fallacieuse « Si l’on m’empêche de parler cela prouve que j’ai raison ».

    A mon avis : Il faut donc laisser dire mais surtout ne pas laisser sans réponse…

    Oui je sais c’est fatiguant à la longue…


  • trazibule 9 juillet 2012 19:39

    Analyse critique du document final du cercle des économistes (Aix en Provence 2012)
    Les économistes orthodoxes engluées dans leur pensée unique, il n’y a pas d’alternative !

    Contre forum du « Cercle des déconnomistes » (Aix en Provence 2012)
    Pleins de conférences et surtout d’idées nouvelles issues de économistes hétérodoxes.
    (et même la mienne !)


  • trazibule 9 juillet 2012 15:50

    Bonjour

    Face aux trois jours de rencontres économiques d’Aix en Provence, des associations et journaux viennent d’organiser des «  journées déconnomiques » car « les déconnants ne sont pas ceux qu’on croit et les plus déconnants sont parfaitement connus ! » J’ai participé et même fait une conférence (vidéo sur le site des déconnomistes ou sur mon site) . La vitalité de pensée économique est réelle, mais comment voulez-vous que des gens sélectionnés tout au long de leurs études parleur capacité à réciter les bons dogmes, ayant gagné leur vie en les appliquant, ayant connu la réussite sociale grâce à leur fidélité avec la pensée unique, et connu l’opulence financière grâce à leurs fréquentes participations dans des établissements financiers ou bancaires, invités avec honneur dans les instances médiatiques,… Comment voulez vous que ces gens puissent changer leur façon de penser et du jour au lendemain renier tout ce qui a fait leur réussite personnelle, même si cela a fait nos échecs collectifs ?

    Pour sortir de la crise il faut penser autrement, quand un expert se trompe aussi ouvertement et aussi systématiquement, que toutes ses propositions ne font qu’aggraver le résultat il me semble logique de changer d’expert non ? Et même si on ne sait pas lequel choisir, il parait logique de risquer ce changement qui ne pourra pas être pire que de s’enfoncer dans la même erreur indéfiniment.

    Mais non le système est tellement imbu de lui-même qu’il ne souffre pas la moindre déviance, et supporte mal la critique. Le rapport entre les deux forums d’Aix le démontre ! C’est TINA tout puissant « there is no alternative » !

    Alors si vous cherchez vraiment des solutions apprenez à penser autrement, découvrez tous les dires de économistes hétérodoxes, ils sont nombreux, peu importe lequel aura raison, mais quand le bateau coule, n’importe quel esquif peut permettre la survie. Oui je sais, les passagers préfèrent rester sur le bateau en fer qui coule mais qu’ils connaissent plutôt que d’aller sur la chaloupe qui flotte mais qu’ils ne connaissent pas.

    L’auteur de l’article me demande si la « monnaie Trazibule » est au point. La théorie à peu près, je butte pour le moment sur des modalités pratiques et surtout une monnaie étant un outil essentiellement collectif il n’est guère facile de le concevoir tout seul ! Alors toute participation serait bienvenue !


  • trazibule 5 juillet 2012 14:28

    Vu l’état de la planète gérée par des économistes de renom, je préfère ne pas l’être !







Palmarès