• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Antoine

Antoine

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 13 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Antoine Tyrannosaure 21 mars 2010 17:32

    Si çà peut aider Morice pour son article sur LIEBERMAN :

    SPIEGEL Interview with Avigdor Lieberman ’It Is a Clash of Civilizations’


  • Antoine Tyrannosaure 1er août 2009 11:49

    Du nouveau autour du niqab. Ainsi donc, à peine 400 femmes – 367 exactement - porteraient le voile intégral en France, selon une enquête de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), qu’Isabelle Mandraud du Monde vient de révéler.

    Très intéressante enquête, qui éclaire d’un jour nouveau le débat sur le port du niqab ou de la burqa, car elle tord le cou à certaines idées reçues.

    D’abord, on nous apprend que ces filles ne sont pas contraintes de porter le voile, comme on l’entend trop souvent ici ou là de la bouche de nos doctes commentateurs. Mais lorsqu’elles le font, c’est d’abord pour « provoquer la société, voire leur famille ». Ce constat ne surprendra pas ceux qui ont vécu dans le monde arabe, où le voile est aussi un signe de révolte familiale ou personnelle.

    En conséquence, face à un phénomène aussi « marginal », il est à craindre que s’il était décidé de légiferer - en interdisant le port du voile intégral par la loi - on ne ferait qu’aggraver le problème. En signe de protestation, d’autres femmes se mettraient alors a porter le niqab. Il faut noter qu’un quart de celles qui l’ont adopte sont des converties.

    C’est pourquoi, même si on peut tout à fait regretter que des femmes masquent intégralement leur visage en France, une loi ne résoudrait en rien le problème. Au contraire, elle ne ferait qu’ajouter d’autres difficultés. Celles-ci sont connues. Déjà, à travers la condamnation du niqab, on voit poindre des tentatives de stigmatisation de l’islam. C’est la dernière chose dont nous avons besoin en ce moment.

    Cette étude nous apprend également que la plupart des musulmans en France considèrent le niqab comme « un signe d’un autre âge ». On ne peut que s’en féliciter. Mais si demain, on l’interdit par la loi, il n’est pas sûr que la communauté musulmane, dans sa majorité, se place du côté du législateur. Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’un tel débat rallumera de vieilles et nauséabondes querelles.

    Certes, il n’est pas très agréable de cotoyer des femmes littéralement en cage derrière cette longue tunique noire, qui rabaisse la femme. Certes, il serait tout à fait légitime d’interdire le port du voile intégral dans les lieux publics (les administrations par exemple), et surtout de veiller à ce que la sécurité de notre pays ne soit pas ainsi mise en danger. Mais au nom de quoi le bannirait-on dans la rue ? Y-a-t-il trouble à l’ordre public lorsque une femme se déplace revêtue d’une burqa ? Non.

    On peut comprendre que 65 députés de droite comme de gauche aient voulu alerter sur cette question en réclamant la création d’une commission d’enquête sur cette question. Mais le sujet est trop sensible pour être polué par la démagogie.

    Il y a d’autres réponses qu’une loi à « un phénomène aussi ultraminoritaire ». Il faut être vigilant face au terrorisme. Soucieux de faire respecter la laïcité. Mais alors que notre allié Barack Obama tend la main au monde musulman, nous ne devons surtout pas rallumer d’inutile guerre de religion.



  • Antoine Tyrannosaure 2 juillet 2009 14:42

    Et voici une bonne nouvelle pour notre ami Morice, grand patriote parmi les patriotes :



    La France à la conquête de l’Irak au lendemain du retrait américain

    « Les Irakiens ont très envie de se soustraire de la tutelle américaine et c’est pourquoi ils souhaitent faire affaire avec d’autres investisseurs qu’ils connaissent bien, parmi lesquels les Français »



  • Antoine Tyrannosaure 2 juillet 2009 13:19

    Cà c’est de la musique :

    1
    Qu’est-ce qui vous prend, les mecs, de nous traiter d’chaudasses ?
    Les meufs qui aiment ça, ce serait dégueulasse ?
    Pour vous, c’est trop la classe, quand vous avez la barre ;
    être une femme en chaleur, ce serait une tare ?
    Ça f’rait de vous des rois, et d’nous des moins-que-rien !
    Les meufs ont toujours tort ? Mais c’est vous qu’êtes pas bien !

    Être une femme libérée, ça veut pas dire facile.
    C’est savoir ce qu’on veut, et le dire avec style !

    2
    Quand c’est vous que ça prend, faudrait tout arrêter,
    comme si c’était urgent, qu’vous alliez éclater.
    Vous nous dites « j’en peux plus, sois cool, ouvre les jambes
    j’suis fou de toi, bébé, j’ai trop envie, je bande ».
    On n’est pas des objets, mais on dirait qu’ pour vous
    il y a « garage à teub » écrit sur notr’ minou.

    Être une femme libérée, ça veut pas dire facile.
    C’est savoir ce qu’on veut, et le dire avec style !

    3
    On a la chatte qui miaule, les yeux qui crient braguette
    mais les meufs qui en veulent, pour vous c’est pas la fête.
    Ça vous déstabilise les enragés des couilles.
    Vous la jouez petit bras, peur de la moule qui mouille.
    Z’ aimez mieux les frigides, pour vous c’est ça le top,
    vous n’ savez que gueuler « sale pute ! » ou « grosse salope ! »

    Être une femme libérée, ça veut pas dire facile.
    C’est savoir ce qu’on veut, et le dire avec style !

    4
    Chienne, poule ou cochonne, j’ fais pas ma mauvais’ tête.
    C’est vous que ça dérange, moi j’suis l’amie des bêtes.
    Ressentir d’ la chaleur, pour moi c’est trop d’la balle,
    le désir, y a rien d’ mieux, j’aime ça avoir la dalle,
    et si t’as pas envie, je me mets en attente,
    comm’ vous, on n’en peut plus, mais nous, on est patientes.

    Être une femme libérée, ça veut pas dire facile.
    C’est savoir ce qu’on veut, et le dire avec style !

    5
    Quand on vous dit « j’aim’ ça », vous nous traitez de putes,
    d’allumeus’, de nympho, mais vous vous trompez d’ but.
    Vous r’gardez trop d’ porno, c’est là qu’vous faites erreur.
    Ça vous met la pression, vous vous rêvez hardeurs.
    C’est pas d’ la performance de savoir caresser,
    c’est vouloir fair’ du bien, aimer nous fair’ bicher.

    Être une femme libérée, ça veut pas dire facile.
    C’est savoir ce qu’on veut, et le dire avec style !

    6
    J’ai des capotes sur moi, je s’rais prête à baiser.
    Je sais ce que je veux : pas seul’ment refuser,
    et surtout pas céder, ni même consentir.
    J’ai le droit de choisir et de dire mon désir.
    Dir’ chaudasse, c’est couillon, pourquoi fair’ le grincheux ?
    Si je coule quand tu bandes, c’est mieux pour tous les deux.

    Être une femme libérée, ça veut pas dire facile.
    C’est savoir ce qu’on veut, et le dire avec style !



  • Antoine Tyrannosaure 5 mai 2009 15:09

    Bonjour danseuse comique,

    vous aviez annoncé à la populasse que Morice était un membre du Hamas et/ou du Hezbollah.
    Il ne l’est plus ?







Palmarès