Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Gandalf

Gandalf

 Certains croient que seul un GRAND POUVOIR peut tenir le mal hors de portée. Mais ce n'est pas ce que j'ai trouvé. J'ai découvert que ceux sont les petites choses du folklore quotidien qui garde l'ombre au port. Les petits actes de gentillesse et d'amour. 

Tableau de bord

  • Premier article le 02/08/2006
  • Modérateur depuis le 12/09/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 16 2424 561
1 mois 0 14 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 53 48 5
1 mois 2 2 0
5 jours 0 0 0












Derniers commentaires

  • Par Gandalf (---.---.---.145) 20 décembre 2014 12:01
    Gandalf

    Le libéralisme pourrait fonctionner en agriculture si l’atomicité des fournisseurs (paysans) et des acheteurs (grande distribution) était équivalente. Car au dessus du fonctionnement de ladite « loi du marché », il y a la « loi du plus fort ».

    Le fait que ce soit les agriculteurs, les négociants, ou une instance dite indépendante qui organisent le marché les déséquilibrent également d’une façon ou d’une autre.

    Par ailleurs, l’article 50 du TFUE précise qu’il est interdit de vendre en deça des charges variables.
    Or, ce n’est pas toujours le cas en agriculture. Voilà donc une origine possible des subventions.

    Quoiqu’il en soit, si un agriculteur se veut de perdurer, il est indispensable qu’il sache se jouer de l’idéologie comme le fait le grand capital (un jour libéral, l’autre jour keynésien, puis l’autre jour politique, etc). Car les forces anti-agricoles sont tenaces dans ce pays (connivence banque/politique, boboïsation, par ex). Il est souvent considéré comme la base de la pyramide sociale, et se doit donc de déjouer les tords et travers que d’autres corporatismes ou concurrences à l’échelle internationale peuvent lui jouer.

    Si un paysan est persuadé du bien-fondé du libéralisme comme unique idéologie de sa profession, il risque d’être le gogo de cette aliénation. 
    Cependant, le libéralisme lui est utile en tant que force de rappel puisqu’il ne maitrise pas tout les aleas propres à son métier.
    Le socialisme français, lui indique qu’il doit produire politiquement correct (moins de pesticides, d’antibiotiques respect de l’environnement et lutte contre l’érosion) afin d’adapter son offre à la demande. Mais les illusions, trahisons et magouilles d’autres corporations (vétérinaires, industrie agro-alimentaire, dumping étranger) sont nombreuses dans ce domaine.


  • Par Gandalf (---.---.---.145) 19 décembre 2014 19:50
    Gandalf

    Il n’y a pas d’idéologie économique valide en agriculture.


    Ils souffrent autant des excès administratifs, que du libéralisme, que de son absence (loi du plus fort par la grande distribution ou du plus gros par la PAC) que du corporatisme de certains aux détriments d’autres, que des réseaux, que des accords politiques (vente de TGV au Maroc au profit de la tomate marocaine par les politiques et donc au détriment de la tomate française par ex), que des sanctions americano-bruxelloises envers la Russie, de la mondialisation ou de son absence, de l’irrationnalité des prix ou du manque de circulation de l’information, du corporatisme ou de son absence, de la spéculation des négociants ou de leurs propres spéculations.

    Bref, un agriculteur souffre d’une idéologie, ou d’une contre idéologie.

    Mais le premier chef est la météorologie et les aleas de production, d’où loi du marché oblige (ou régulation très tatillonne par produit avec des aleas imprévisibles, mais ceux sont des fonctionnaires en plus).
    Le métier d’agriculteur se doit de rester extrêmement pragmatique avant tout.


  • Par Gandalf (---.---.---.145) 19 décembre 2014 16:32
    Gandalf

    Avec le bouclage du plan Juncker, donc une décision politique de grands travaux à l’échelle de l’Europe, il n’est sans doute pas nécessaire de surcharger le dirigisme économique que le FN ajouterait.


    Et puis, on ne vote pas pour un politique dont le sujet principal est l’immigration. Etant donné le budget actuel de cette question (5 milliards), c’est voter pour un éléphant politique qui accouche d’une souris.
  • Par Gandalf (---.---.---.145) 15 décembre 2014 18:29
    Gandalf

    Un prophète de malheur se doit d’assumer ses propres prophéties. Cela ne regarde que lui.

  • Par Gandalf (---.---.---.210) 14 décembre 2014 17:47
    Gandalf

    C’est bien vrai, la physique est surhumaine. Cependant, il est préférable d’avoir des réserves à créer un surhumain afin de percer les secrets de la physique, car il s’agirait de découvrir une physique qui nous dessert plus qu’elle ne nous sert.


    Et si le temps relativiste est cher à Mr Smolin, laissons le temps au temps.


365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Théorie globale d’économie




Palmarès



Agoravox.tv