Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Gandalf

Gandalf

 Certains croient que seul un GRAND POUVOIR peut tenir le mal hors de portée. Mais ce n'est pas ce que j'ai trouvé. J'ai découvert que ceux sont les petites choses du folklore quotidien qui garde l'ombre au port. Les petits actes de gentillesse et d'amour. 
La critique est l'ignorance ou le déni de la solution. Voilà la source du respect pour l'entrepreneur.

Tableau de bord

  • Premier article le 02/08/2006
  • Modérateur depuis le 12/09/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 18 2722 567
1 mois 0 5 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 56 51 5
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires

  • Gandalf (---.---.---.105) 22 mars 18:11
    Gandalf

    Et bien si ton salaire était créé lorsque tu travailles, et qu’il était détruit lorsque tu consommes, tu n’aurais plus à te soucier de :

    - dumping monétaire, fiscal, social, et mise en concurrence avec l’esclavage ou semi-esclavage ;
    - ton augmentation serait immédiate car si ton travail est une marchandise, tu ne l’es pas, son fruit n’apparaît plus dans le prix de vente ; dès lors, tu ne rémunères que le coût du capital et les salariés ne sont plus mis en concurrence féroce ;
    - ça permettrait aux petites affaires de repartir malgré l’ultra-concentration de la grande distribution, des transnationales et de retendre vers l’équilibre de marché (assuré par l’atomicité des acteurs) ;
    - d’éviter la surproductivité qui brise les hommes, l’environnement, la qualité des produits et services ;- d’éviter les aventures néo-coloniales qui visent à se fabriquer un hinterland que nous n’aurons jamais ;- d’éviter l’accroissement des inégalités entre revenus du travail et capital, spirale infernale née de la mondialisation et que rien ne vient rompre ;
    - d’être étendu au milieu associatif et citoyen ;
    - de mettre à l’abri ton activité salarié des atermoiements de l’ubuesque sphère financière, qui n’a de marché que le nom (ou marché de l’approvisionnement monétaire, mais certainement pas de la création de richesses) ;
    - d’éviter les barrières douanières, tout en relançant une offre sur un marché intérieur ;
    - de permettre l’accès aux besoins de base aux plus nécessiteur à un coût nettement inférieur (solidarité, collectivités) ;
    - de redonner du pouvoir d’achat aux français, sans passer par les dévaluations douloureuses pour les plus démunis ;Car on peut encore attendre longtemps que les relances monétaires des banques centrales, cela n’est capté que par les états et les financiers, en dehors de toute création de valeur.Ici au moins, la proposition est rationnelle. Et elle doit être limitée au concept de Common Decency, à savoir les minima salariaux. Sinon, à équilibrer une balance commercial en ajustant la part de salaire (appelons là monétisation de valeur créé) pour ne pas devenir un acteur de dumping.

    De la TVA sociale, de la dévaluation ( déjà largement pratiqué sur les marchés monétaires), c’est la seule solution entrevue aujourd’hui afin de rendre sa dignité économique à nos classes les plus fragilisés par la mondialisation barbare.
  • Gandalf (---.---.---.105) 22 mars 00:45
    Gandalf

    @Pere Plexe
    Disons que la grosse méprise est le fait, pour un fonctionnaire, d’interpréter le droit en fonction de son pouvoir hiérarchique, le pouvoir politique.Je n’ai pas besoin de vos convictions répétées, je tiens cet aveu d’un fonctionnaire.


    D’ailleurs, l’exemple de Lamrani est là pour le démontrer.
    Au moins un fonctionnaire qui a le courage de ses opinions, et non de ses privilèges.

    Mais je vous rassure. La thèse de l’auteur est nulle et non avenue. L’exemple islandais est là pour le démontrer.
    Il s’agit évidemment d’un petit jeu vicieux de l’auteur. Diviser public et privé pour mieux asservir et rendre docile. Profiter de la rancoeur du privé pour privatiser, en somme.

    Car, la mondialisation, après avoir mis en concurrence libre et non faussée salariat et esclavage, se trouve en position de force pour tirer le tout à la baisse. Les attaques politiques sont désormais hebdomadaires. 

    Un mea culpa sur la prime charbon de votre part aurait cependant été acceptable.Plus proche de nous, le sérail médiatique public nous a bien fait vomir, tant concernant l’Ukraine que la Syrie : des fonctionnaires français au service de la CIA, de multinationales du pétrole et de pétromonarchies. Des objections ?.Ou faut-il encore être du privé pour adopter une liberté de ton ?
    Il m’est d’avis que la fonction publique irait mieux si elle pouvait s’émanciper un peu plus de l’autorité politique. Sous quelle forme, étant donné d’autres formes d’effets pervers, je ne sais pas.

    « C’ est le même que celui qui paye les autres actifs, que celui qui paye les services publiques ou privés, qui paye la globalité des biens.Il n’est pas de nature différente. »

    Aujourd’hui, l’accroissement de la dette publique est assuré en partie par le rachat mensuel de 68 milliards de bons du trésor au travers de l’eurozone par la BCE, pour un plan global de 1000 milliards. Et bien si, votre salaire tombe, en partie du ciel.

  • Gandalf (---.---.---.105) 20 mars 19:08
    Gandalf

    Il m’est d’avis qu’il faut être naïf pour espérer quelconque rédemption de quelque candidat US que ce soit.


    Trump ne souhaite pas propager le conflit mais souhaite voler le pétrole irakien. Comment va-t’il s’y prendre ? Allez, en 3 lettres, c’est pas très dur à trouver.
  • Gandalf (---.---.---.105) 20 mars 17:12
    Gandalf

    J’oublais :


    Retraite pleine au bout de 15 ans pour un fonctionnaire bruxellois.
    Et oui, ils viennent vous faire la leçon.

    Songez donc que vous venez la faire à nous, salariés du privé.
  • Gandalf (---.---.---.105) 20 mars 10:41
    Gandalf

    @Pere Plexe


    Merci d’exprimer votre pathologie victimaire de la fonction publique. Mais tel n’est ni le propos, ni le sujet.

    Je vous réponds quand même.
    L’ANSM ne répond pas aux objectifs de santé publique, c’est évident. Mais cela doit bien les arranger d’être irresponsables. Bref, ils ne servent à rien. Quid de leurs arrangements avec les labos ?
    La fonction publique ne négocie pas les prix, jamais.
    Jamais entendu parler de la responsablité de certains hauts fonctionnaires français dans l’établissement de l’euro ?
    - le régime agricole est compensé car il régresse très vite en nombre de cotisants.
    Demandez aux chinois comment ils accomodent la mondialisation à leur souveraineté économique.

    Pour le reste, y voir la fonction publique attaqué, il fallait oser.

    Mais puisque la fonction publique n’est jamais fautive, toujours irresponsable, elle (la SNCF) était donc légitime à assurer la déportation des juifs lors du régime de Vichy.

    Allons, allons, un peu de courage. Sortez la tête de votre guidon corporatiste. Il s’agit d’un fil politique.

    Au fait : « Une fois de plus les fonctionnaires appliquent au mieux les lois ». Dès lors, évasion fiscale en France : 60 milliards d’euros par an. 





365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Le libéralisme économique n’existe pas
  2. Historicité de l’étalon des monnaies




Palmarès



Agoravox.tv