• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

valer

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 9 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • valer 2 mars 2011 17:06

    Bonjour,

    Espérantophones depuis 5 ans, j’ai d’abord voyagé avec cette langue (Europe, Japon) avant de commencer à la soutenir.
    Vous dites : "D’après les linguistes, pour parler correctement anglais, il faut y consacrer 2300 heures. .... Toujours d’après les linguistes, il suffit de 230 heures pour arriver au même niveau de langue en espéranto."

    Pouvez-vous me communiquer la ou les sources de ces chiffres ?

    amike,
    valer



  • valer 2 juillet 2010 13:23

    >« Les hommes ne sont pas tous comme ça ». Bien entendu.
    >Ce que dit l’article ce n’est pas que « tous les hommes sont des violeurs »

    1) Il est normal que des hommes se défendent quand ils sont attaqués. Et quand l’auteur les interpelle directement. « C’est donc bien à vous que je m’adresse messieurs, entre hommes, vous demandez-vous combien de femme chacun a déjà violé ? »

    2) Cet article présente tous les hommes comme des violeurs. Les femmes comme d’innocentes victimes. Les mères comme des éleveuses de machos incapables de respect et violeurs multirécidivistes (l’image que l’auteur a des hommes en fait). Les pères, beau-pères, cousins... comme des violeurs.
    « Combien d’amies se sont-elles fait violer par leur père, leur beau-père, leur grand-père, leur cousin, un ami de la famille... »

    Cet article n’est qu’une suite de généralisations abusives et de caricatures. Pour arriver à une accusation générale : nous sommes tous coupables.
    « Nous entretenons nous même ces systèmes archaïques de patriarcat débridé, hommes et femmes ensemble »


    Apparemment l’auteur est atteinte de toutite généralisée...


  • valer 29 décembre 2008 12:52

    Pour moi, cet article n’aurait jamais du passer la modération et être publié, même dans une tribune libre.

    Voici quelques éléments :

    Vous dites que les races existent et que vous n’allez pas prendre du temps à le prouver, les informations se trouvant sur internet. C’est un argument (très) facile. Avec ce type d’argument, je peux même prouver l’existence des Klingons, des elfes et du père Noël.
    Si ces informations sont si faciles à trouver, pourquoi ne nous donnez-vous pas les liens ?

    Dans votre analogie entre les gènes et des pièces de monnaies, vous confondez statistique et probabilité. Mais surtout vous ne prouvez rien. Pourquoi ne nous donnez nous pas la probabilité qu’un pompier japonais et une ballerine norvégiennes aient 85 pièces de monnaies identiques ? Ce n’est pas parce que un fait est concevable qu’il existe !
    A moins de se référer à la loi du grand mathématicien Ul-Ul, la loi dite d’existence : "Tout ce qui existe est concevable, donc tout ce qui est concevable existe (à part ce qui est impossible)" smiley (1)

    Vous mélanger génétique, sociologie et géopolitique. Les définitions de "race", que vous utilisez dans ces trois domaines sont différentes. Mais cela vous ne le signalez pas !

    Vous sous-entendez qu’un société homogène serait préférable. Malheureusement, les hommes n’ont pas besoin d’être différents pour se taper dessus.

    Vous avancez la petite différence génétique entre le chimpanzé et l’homme comme preuve de l’importance des différences génétique minimes. Mais ainsi, votre définition de race n’a pas/plus de limite. Il existe des différences génétique entre mes frères et moi. Donc nous sommes de race différentes ! De même pour mes parents. Ils ne sont pas de la même race que moi. En fait je suis le premier, le dernier et le seul représentant de ma race selon votre définition !
    De même, vous hiérarchisez les différences sans les argumenter. Pourquoi le critère de la couleur de la peau est-il plus important que celui de la couleur des cheveux ? Les blonds sont-ils une race à part ?

    Valère Doumont

    (1) "Le concombre masqué, la dimension poznave 1", Mandrika, p 14



  • valer 1er février 2008 14:47

    Merci pour votre article qui m’a appris la mort de Claude Piron.

    Toutes mes condoléances à sa famille. Et un énorme merci à lui pour l’ensemble de son oeuvre.

     

    Doumont Valère, Belgio



  • valer 1er décembre 2007 22:06

    Tout d’abord, je vous présente mes excuses si je répète les commentaires d’autres personnes. Je souhaite simplement témoigner...

    1) Penser en espéranto

    Il y a deux ans j’ai appris l’espéranto. J’ai voyagé cet été au Japon à l’aide de cette langue et d’un peu de japonais. J’ai eu la chance d’être hebergé après trois semaines de voyage chez un jeune couple. Lui : licencié en histoire, spécialiste du moyen-age européen, parlant le norvégien et l’espéranto. Elle : infirmière, parlant un peu le français. Elle m’a demandé de lui parler français pour l’aider à progresser. Après une phrase, je passais automatiquement en espéranto....Evidemment je m’en rendais compte, juste après. Actuellement, si je suis immergé en espéranto (lecture, correspondance, musique...), je pense dans cette langue.

    2) Au sujet de Zamenhof

    Une grande nouvelle : Ce mec n’a pas créé de langue ! Par contre, il a été le premier à réaliser qu’un homme seul ne pouvait pas créer une langue. Il s’est contenté de créer un noyau linguistique et d’initier une communauté qui elle, a développer la langue. Il est seulement un initiateur. Depuis cette langue a beaucoup évolué (apport des asiatiques dans l’utilisation des afixes, nouveaux mots...)

    Cordialement, Valer







Palmarès