Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

VDJ

VDJ

Consultant informatique.
Journaliste (engagé) indépendant à ses heures perdues.

Tableau de bord

  • Premier article le 18/05/2006
  • Modérateur depuis le 16/04/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 9 39 140
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 12 9 3
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique












Derniers commentaires

  • VDJ (---.---.---.251) 3 mars 2012 14:47
    VDJ

    Un début d’explication ?

    Le jour où Jean Daniel (entre autres) palpa 10.000 euros de la dictature du Qatar

    http://www.legrandsoir.info/le-jour-ou-jean-daniel-entre-autres-palpa-10-000-euros-de-la-dictature-du-qatar.html

    Un exemple ? 

    L’UNESCO et le « symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)

    http://www.legrandsoir.info/l-unesco-et-le-symposium-international-sur-la-liberte-d-expression-entre-instrumentalisation-et-nouvelle-croisade-il-fallait-le.html

  • VDJ (---.---.---.251) 1er mars 2012 02:13
    VDJ

    Faut-il se méfier de Wikileaks ? Comment les grands médias manipulent-ils les documents publiés ? Quelle attitude les médias alternatifs doivent-ils adopter face à ces documents ? A qui profitent-ils réellement ? Assistons-nous à une « prise de conscience politique globale » ? Autant de questions essentielles abordées dans ce (très) long article que nous vous invitons à lire.

    Wikileaks et la Guerre Mondiale de l’Information par Andrew Gavin MARSHALL

    http://www.legrandsoir.info/Wikileaks-et-la-Guerre-Mondiale-de-l-Information.html

  • VDJ (---.---.---.251) 1er mars 2012 01:51
    VDJ

    http://www.legrandsoir.info/l-unesco-et-le-symposium-international-sur-la-liberte-d-expression-entre-instrumentalisation-et-nouvelle-croisade-il-fallait-le.html

    Extrait

    Journalistes en « idiots utiles » (*) des monopoles de l’information

    Plusieurs confusions ont été entretenues tout au long des débats.

    La première a avoir été savamment introduite, et entretenue, - et relevée au passage par un journaliste de RFI dans la salle – est celle qui consiste à confondre « liberté d’expression » et « liberté de la presse » ou, pire encore, à établir une sorte d’« équivalence logique » entre les deux.

    La deuxième confusion - entretenue par les témoignages de journalistes à la tribune - est celle de présenter « la presse » comme un ensemble cohérent composé d’entités partageant les mêmes intérêts et les mêmes objectifs. Ce qui provoque quelques mises en abyme de perplexité... Par exemple, lorsqu’une journaliste mexicaine s’indigne contre le silence fait autour de ses camarades assassinés, contre qui exactement s’adresse son indignation ? Contre vous et moi ou contre les multinationales de la communication (« la presse ») qui se montrent toujours promptes à minimiser ce genre d’information lorsqu’elle concerne un pays « ami » ? Vous en avez entendu parler, vous, du massacre de 30 journalistes d’un seul coup au Philippines ?

    Un journaliste est un journaliste, disent-ils. Mais quel rapport y a-t-il entre un journaliste mexicain assassiné pour avoir voulu enquêter sur les cartels de la drogue et Judith Miller, ex-journaliste du New York Times qui a sciemment menti sur les armes de destruction massive en Irak, participant ainsi à l’assassinat de centaines de milliers d’Irakiens ? Quel rapport entre Robert Fisk qui sillonne le terrain au Moyen-orient, avec lequel on peut être d’accord ou pas, et un Patrick Poivre d’Arvoir surtout connu pour ses interviews bidons de Fidel Castro, son exportation de bébés Irakiens (vous aviez oublié cette affaire, n’est-ce pas ?), sa présentation à la télé d’un faux garde du corps de Saddam Hussein (« ils se ressemblent tous » avait été son explication pour son erreur...), avec le cul vissé pendant vingt ans devant un prompteur à Paris ?

    Le raisonnement pervers, véhiculé par des organisations comme RSF, consiste à prendre pour exemple le sort réservé à de véritables journalistes pour mieux exiger une « liberté de presse » en général, y compris pour les médias de masse qui sont, qu’on le veuille ou non, les premiers responsables de la « non information » ambiante et généralisée. Ce ne sont pas les Judith Miller qui se font assassiner, ce ne sont pas les commentateurs de Fox News qui se font assassiner, ce ne sont pas les Alexandre Adler, BHL, Pujadas et PPDA qui se font censurer, harceler. Tout simplement parce que ces « journalistes »-là ne feront jamais rien pour s’exposer (en admettant qu’ils en aient la volonté et le courage, ce dont je doute, évidemment).

  • VDJ (---.---.---.251) 1er mars 2012 01:44
    VDJ

    L’UNESCO et le « symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)

    http://www.legrandsoir.info/l-unesco-et-le-symposium-international-sur-la-liberte-d-expression-entre-instrumentalisation-et-nouvelle-croisade-il-fallait-le.html

    Extrait : 

    RSF cultive un amalgame inacceptable : celle d’une « liberté de la presse » qui constituerait un garant de la démocratie. Comme si « la liberté de la distribution » servait aussi bien l’épicier du coin que l’hypermarché local. Comme si la « liberté de l’industrie alimentaire » servait aussi bien le modeste agriculteur bio que le géant de l’agroalimentaire.

    Et où commence et où s’arrête cette fameuse liberté de la presse ? La liberté de la presse inclut-elle les appels au coup d’état, comme au Venezuela ? La liberté de la presse inclut-elle le silence ? La liberté de la presse inclut-elle la censure et l’auto-censure ? La liberté de la presse inclut-elle la monopolisation des médias par une minorité ? La liberté de la presse inclut-elle le foutage de gueule quotidien qu’on nous impose au journal de 20 H sur les chaînes nationales payées avec l’argent des contribuables ? En réalité, la « liberté de la presse » n’est qu’un moyen poli pour parler de la liberté des propriétaires des moyens de communication.

    Nous vivons un monde étrange où sont confondues la liberté de la presse et la liberté d’expression. Les deux sont-elles liées ? Absolument pas. Lorsque la presse « en toute liberté » décide de ce qui est raisonnable ou pas, lorsque la presse « en toute liberté » ne donne la parole qu’à certains et toujours les mêmes, cette liberté de la presse n’est ni le moteur ni la garante de ma liberté d’expression, mais son fossoyeur.

    Nous vivons un monde étrange où sont confondus aussi la liberté de la presse et le droit à l’information. Les deux sont-ils liés ? Absolument pas. Lorsque la presse « en toute liberté » décide de parler de la neige en hiver en France et pas du coup d’Etat au Honduras, lorsque la presse « en toute liberté » décide de faire silence, ou « oeuvre de non information », là non plus, la presse n’est aucunement la garante de « mon droit à l’information », mais son obstacle principal.

    La liberté de la presse est la meilleure garante de la démocratie, disent-ils. Nous vivons un monde étrange où sont confondues liberté de la presse et démocratie. Les deux sont-ils liés ? Absolument pas. Lorsque la presse « en toute liberté » participe aux coups d’état, comme au Venezuela, au Chili, aux Etats-Unis en général, lorsque la presse « en toute liberté » décide qu’il faut voter « oui » au référendum sur la Constitution européenne, cette liberté de la presse n’est absolument pas la garante de la démocratie, mais son principal ennemi. Le problème est le suivant : que se passe-t-il lorsque la censure - ou la non-information - est le fruit de la presse elle-même ? C’est d’autant plus vrai que le contraire de « liberté » n’est pas « censure » (comme certains voudraient nous le faire croire), mais « contrôle ». Contrôle qui par ailleurs existe déjà : celui exercé par les actionnaires des sociétés de presse. C’est pourtant simple : le contrôle de facto de l’information par une minorité n’a rien à voir avec la démocratie.

    Alors je vous propose l’idée suivante : « La possibilité de s’informer est la meilleure garante de la démocratie. » Cette idée induit beaucoup de choses. Par exemple, qu’une véritable démocratie ne saurait exister sérieusement sans une démocratisation de la presse. La liberté de la presse ne garantit aucunement la démocratie. La presse ne fait au mieux que refléter l’état de la démocratie. Il arrive même que la presse soit le principal prédateur de la démocratie.

    Défendre la liberté de la presse, c’est défendre une industrie. Défendre le droit à l’information, c’est défendre une idée. Idée mise à mal justement par l’industrie de l’information elle-même. Alors ne nous trompons pas de combat, comme certains nous y invitent...

    Si s’informer est un droit pour tout citoyen, alors informer est un « devoir » pour la presse, pas une « liberté ». Ce n’est donc pas la liberté de la presse qui garantit de la démocratie, mais la (véritable) démocratie qui garantit la liberté (réelle) de la presse.

    Ne leur en déplaise, la « liberté de la presse » a bien des limites. La liberté de la presse s’arrête exactement là où commence mon droit à une véritable information.

  • VDJ (---.---.---.251) 29 février 2012 17:29
    VDJ

    Affirmation totalement gratuite.

    La dernière publication de Wikileaks comportait 250.000 câbles diplomatiques. Qui les a examinés ?

    La vraie phrase serait ’la grande presse n’a jamais examiné sérieusement, ou n’a jamais publié, des informations de Wikileaks qu’on ne connaissait déjà". 

    Au final, vous reprochez à Wikileaks le silence des médias... 







Palmarès