• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Vebret

Vebret

Joseph Vebret, né en 1957, a exercé dans le journalisme, les cabinets ministériels et le conseil avant de franchir le pas et de partager son temps entre lectures et écriture. Romancier (Le souffre-plaisir, prix d’automne 1998 de la SGDL, Car la nuit sera blanche et noire, Jean Picollec Éditeur, 2009), dramaturge, auteur d’anthologies (L’amour de l’écriture, L’Archange Minotaure, 2006, Friandises littéraires, Écriture, 2008), et de divers Librio autour de l’histoire littéraire, il anime le Magazine des Livres et tient deux blogs : Les livres des livres sur le portail littéraire du Nouvel Obs et Digressions, sorte de mémoire en mouvement au fil de son écriture, ses lectures et autres rencontres plus ou moins fortuites...

Tableau de bord

  • Premier article le 28/08/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 2 27
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires


  • Vebret Vebret 3 septembre 2007 14:19

    Je n’ai pas parlé de la qualité du manuscrit pour la simple raison que ce n’est pas le sujet de cet article, mais bien la relation amicale, contractuelle, sociale, de l’auteur avec son éditeur et inversement. Pour gagner de l’argent, l’éditeur a une quatrième solution : utiliser les trois premières pour dégager des marges (quoi que les subventions du CNL ne représentent pas grand-chose, et qu’un éditeur digne de ce nom ne fait pas payer son auteur) et investir dans de jeunes auteurs en attendant un retour qui ne se produit qu’après plusieurs livres publiés. Ce qui suppose donc d’avoir les reins assez solides. Quant à Proust, il a publié à compte d’auteur parce que son manuscrit a paru trop gros à la NRF, Gide ayant reconnu plus tard s’être trompé. Impatient, ne voulant attendre, il s’est tourné vers Bernard Grasset, à une époque où le compte d’auteur était pratique courante.


  • Vebret Vebret 28 août 2007 16:15

    Excellente analyse. Intéressant. D’autant plus que Camille Laurens invente le concept de « plagiat psychique »... !! Pour une fois que la polémique ne vient pas d’un auteur ou d’un éditeur en mal de ventes...







Palmarès