Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

velosolex

velosolex

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 03/02/2011
  • Modérateur depuis le 13/02/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 6 1738 118
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 23 16 7
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0








Derniers commentaires

  • velosolex (---.---.---.81) 18 février 21:20
    velosolex

    @Alren
    Si les prêts à la Grèce avaient été consentis à un taux de 1% valeur de l’inflation elle aurait actuellement tout remboursé, capital et intérêts.....Très fantaisiste....


    S’il est vrai qu’il y a eu une spéculation sur la dette, il faudrait être vraiment naîf pour vous rejoindre, dans ses spéculations totales, et ridicules. La dette de la grèce a déjà été appuré en 2012 par l’Europe à plus de 50 % sur ses créanciers privés...

    Je ne parle pas des 100 milliards de subventions offerts gracieusement par l’europe, et du financement de monstruosités comme les jeux olympiques dont personne n’aura la cruauté de rappeler les chiffres de la gabegie, mais qui sont assez révélateurs d’une certaine idée de l’oncle europe.

    Quand à cette économie prédatrice, n’oublions pas que c’est la grèce qui l’a fondé, après guerre, avec Onasis, qui a ruiné la marine marchande européenne en inventant les montages troubles, le dumping, en faisant naviguer des navires poubelles. Si vous voulez mettre des travailleurs à bas couts, sur le sol grec, il faudra faire mieux ou pire que le bengladesh. 

    Bon courage dans ce bras de fer qui risque rapidement de devenir elastique
  • velosolex (---.---.---.81) 18 février 21:10
    velosolex



    76 milliards d’euros d’arriérés d’impôts

    Le cumul des arriérés d’impôts des contribuables grecs s’élève à... 76 milliards d’euros et continue d’augmenter tous les mois, en raison des difficultés économiques des ménages, constituant un casse-tête pour les ministres successifs qui cherchent un moyen de débloquer cette situation.

    La ministre a cependant estimé que l’État ne pouvait pas compter récupérer plus de 9 milliards d’euros, soit 11,6% du total de cette somme, en raison notamment des faillites d’entreprises ou des contribuables dont il a perdu la trace.

    Le projet, présenté par la ministre adjointe aux Finances Nadia Valavani, est notamment de gommer jusqu’à la moitié des impayés des particuliers et des entreprises qui accepteraient de verser immédiatement la somme d’au moins 200 euros. ( source la tribune)

    Tout cela laisse pour le moins songeur...Moi si je ne paie pas d’impot, l’état me saisit mes biens. On voit là la marque d’un gouvernement lache, inepte à remplir ces devoirs régaliens, s’en remettant encore une fois aux autres pour remplir ses caisses.

    Encore un coup d’éponge et un encouragement à continuer à frauder, alors qu’on le sait, les avoirs grecs à l’étranger sont supérieurs à la dette, qui n’en finit pas encore donc de se creuser. 

    Je ne vois l’amorce d’un changement, bien au contraire, quant on entend Tsipras exiger des avances, et se rebeller à l’idée de rendre maintenant le moindre compte....La misère est présente partout en europe, et si nous sommes d’accord sur un point, c’est bien qu’elle est le fait d’une distribution honteuse, du dumping, d’un impot inégalement perçu, de pavillons de complaisances.

     Les armateurs grecs sont précisément les premiers à être dans l’oeil de ce cyclone, mais curieusement, personne n’en parle. 


  • velosolex (---.---.---.81) 18 février 17:45
    velosolex

    si on veut vraiment s’attaquer au cœur du scandale, alors ce sont les paradis fiscaux qui’il faut viser. Remarquez qu’on y trouvera d’ailleurs rapidement l’argent grec évaporé, et plus encore.....

  • velosolex (---.---.---.81) 18 février 17:42
    velosolex

    Tout le bluff de la grèce vient de là : Si vous refusez de nous allonger un nouveau prêt, vous ne reverrez pas le moindre sous de la dette. Inutile donc de dire que les créanciers doivent peser pour un arrangement. 


    Déjà en 2012, l’Europe a effacé plus de la moitié de la dette grecque, ou la rachetant aux investisseurs privés. Plus on prêtera et plus la capacité à se désengager sera difficile ! C’est le principe du chantage de vous enlisez, plus vous pensez faire d’efforts pour vous en sortir.
    « Mais vous m’aviez dit »......

    L’économie de la Grèce ne permettra jamais à ce pays de rembourser ces dettes, c’est assez clair. C’est même le propre d’un des discours de Tsipras, qui s’en prenait à l’europe, coupable d’avoir selon lui prêté à la grèce alors qu’elle n’avait pas les moyens de rembourser....
    Enfin, c’est vrai qu’il n’a pas du mettre la fortune des armateurs, dans sa martingale de calcul. 

    Les states soutiennent à fond la Grèce, signe que ce pays y voit cette possibilité d’enfoncer un coin dans l’europe, un cancer qu’elle ne laissera pas soigner par ses spécialistes, entendu que ceux ci ont déjà permis en trichant sur les chiffres de faire entrer la Grèce en force dans l’Europe...

    Comme d’autres, je pense qu’il serait plus heureux d’arrêter les dégats quand il est encore temps, et de refuser d’accepter le chantage au bluff de Tsipras. Le contentieux et l’animosité de ce pays, très injustifié, aux vues des subventions tout de même énormes ( 100 milliards depuis 80) le justifiant complètement, hors cette dette, dont les intérêts posent évidemment problème...
    .On remarquera que c’est cet élément qui est sans cesse répété à l’envie, et non les autres éléments d’aide, qui ont été massifs...
  • velosolex (---.---.---.81) 18 février 17:28
    velosolex
    Est ce que c’est cynique, que de refuser d’être naïf, de croire que le combat de tsipras n’est pas dans la politique éternelle de la Grèce, un pays où le bluff et l’entourloupe règne depuis trop longtemps

    Le problème, c’est que la Grèce dépense plus qu’elle ne perçoit d’impôts...

    Pas besoin d’être très fort en économie pour comprendre le problème de plomberie...Faudrait voir à combler les fuites, et mettre des gouttières pour alimenter le réservoir.
    Tsipras a beau se déguiser en révolutionnaire.
     Après un nouveau prêt, le principe de réalité risque de revenir rapidement.
     Car son projet en laisse dubitatif plus d’un : Rembourser un euro, pour en emprunter deux, et ceci ad eternam. 






Palmarès



Agoravox.tv