Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

velosolex

velosolex

alias "bakerstreet", mais j'ai définitivement perdu mon mode d'accés dans ce labyrinthe des mots de passe google. Ca ne fait rien, je garde l'avatar, ce brave snoopy qui représente pour moi l'omega du stoïcisme. Un genre philosophique arrondi en boucle par la pratique de la bicyclette, sur le mode zen : Des montées, des descentes, et les cheveux, ou ce qu'il m'en reste, au vent léger...Dieu me garde des crevaisons !

Tableau de bord

  • Premier article le 03/02/2011
  • Modérateur depuis le 13/02/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 6 1779 112
1 mois 0 44 0
5 jours 0 26 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 28 21 7
1 mois 1 1 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique









Derniers commentaires


  • velosolex velosolex 17 septembre 09:58

    @norbert gabriel
    Comme beaucoup, je suis très ambivalent sur ce sport, ne parvenant pas à me désintéresser, et continuant malgré tout au fil des années à suivre le tour, un peu comme un toxico se contentant d’un peu de mauvaise came....J’alimente il est vrai par la pratique....Comme pour la boxe, jadis, deux disciplines éminemment populaires, et soumises à la tricherie, car plus que d’autres soumises aux aigrefins et aux intérêts et aux combines, le public n’a eu pendant longtemps accès qu’aux fameuses « légendes », aussi mensongères souvent que les analyses enfiévrées des bataille de 14. Ce spectacle dont vous parlez surfe sur ce mythe, un peu défraîchi. C’est qu’il faut bien l’avouer, l’ivresse est éteinte : Ces champions totalement formatés, robotisés, et la connaissance du public de certains mécanismes nous ont amené à l’ère du désenchantement. 

    Roland Barthes ne ferait pas tout à fait la même chronique qu’il avait fait en 59 sur le tour....
    Ce spectacle vaut ce qu’il vaut, mais sa valeur semble bien dimensionné aux rêves éteints, à une nostalgie qui tenait autant du spectacle de l’époque, d’Yvette Horner jouant sur son camion de l’accordéon. De la triche, je pourrais vous en dire des pages et des pages, vous conseiller ce petit opus de Pouy sur une course de vélo : 53-13, dont la fin est bien désanchantée. Les dés sont pipés, il faut se boucher les yeux ! La tricherie dans le temps était ce qu’elle était, moins scientifique, souvent aberrante et parfois totalement contre performante. De ceux qui ont amené l’ère nouvelle, bien que ne disposant pas encore de l’EPO, ce réacteur, Anquetil , à ce qu’on en dit certains, semble avoir été le premier a tester les auto transfusions, comme lors de ce fameux Bordeaux paris dont vous faites allusion...A jouer au docteur Faust, les champions, qui ont un physique hors du commun pourtant, finissent par se rogner les ailes, et tombent comme icare...Anquetil, Bobet, Fignon, les noms de champions morts prétendument sont légions. Ne parlons pas de Pantani. 

  • velosolex velosolex 17 septembre 00:40
    Les Cahuzac sont légions, en politique, tout comme sur un vélo. 
    Des christ qui ont monté le Golgotha et le Tourmalet, tous n’avaient pas de couronne d’épines sur la tête. En tout cas ne ressentaient pas tous la même souffrance !...Certains même maintenant ne cherchent même plus à la simuler, assis sur leur vélo comme dans un fauteuil d’opéra à écouter l’air de la reine de la nuit..C’est fou ce que certains produits vous procurent comme enthousiasme ; On fabrique des légendes à la louche, pourvues de bons mollets, pourvu que le public accepte de les gober. Regardez ce foireux d’Amstrong, adulé pendant des années, béni par les foules, alors que ce pauvre Christophe Basson, qui désignait le voleur de feu a été exclu du peloton pour avoir oser dire que le roi était nu. 
    Anquetil c’est un peu l’Amstrong d’avant. Hâbleur et matois, sachant avant les autres jouer avec la trousse à médicaments, peut être bien les transfusions, à ce que j’ai lu, à ce qu’on m’a dit, mon bon monsieur. Ne me parlez pas de mes sources, de sa vie intime, un peu sulfureuse, un peu incestueuse, de ses mensonges, de son arrivisme. 
    Le vélo dit on est une grande famille. j’en dit trop ou pas assez...Je me tais, je ne suis qu’un pauvre velosolex à moteur assisté, sans doute un peu envieux. Mais revenons à Bassons, Christophe de son prénom. C’est mon héros à moi. Un type qui marchait à l’eau claire, et lâchait Richard virenque son copain entrainement dans les côtes. Il a craché sur le serpent à écailles du tour, et le grand patron Amstrong qui avait marché sur une crotte de chien sur la lune, s’est approché un jour de lui et lui a dit gentiment : « Maintenant tu dégages ! »..
    .Une histoire à la camus, que ne racontera pas Vaillant, Briquet et Chany, préférant le soir prendre des coups avec les champions bénits par la mafia. La sky n’a plus rien à voir avec Lucy, et pédale dans le ciel avec un moteur dans le vélo. Bassons, c’est de lui que votre spectacle aurait du parler au lieu de répéter les fausses légendes des siècles. 
    Mais enfin n’est pas Hugo qui veut ! Ni Zola qui adorait le vélo, engin délicieux qui milita avant les suffragettes pour la libération de la femme, ; rien à voir avec Jeannie Longo cependant. 
    Bassons bien sûr, et puis Gilles Delion, flamboyant vainqueur du tour de Lombardie qui préféra arrêter sa jeune carrière plutôt que de voir doublé par des mulets qu’il battait l’année d’avant à plate couture. 

    Le grand champion, c’est celui qui vous rêviez de rencontrer quand tout gamin, vous suiviez le tour de France, pour vous donner des conseils, persuadé qu’un jour vous le gagneriez à votre tour...C’est quelqu’un qu’on ne voit pas que de profil, comme une peinture égyptienne, mais qui accepte de regarder les autres en face.
     

  • velosolex velosolex 15 septembre 19:45

    L’intervention en irak était une nécessité économique. Il fallait donc le prétexte, quitte à déstabiliser la région et la mettre sous la coupe des fondamentalistes, un risque que beaucoup avaient diagnostiqué avant le 11 septembre.

    Je n’ai jamais cru à cette histoire de complot américain autour des twin towers, instruit de façon délibéré, comme adolph l’a fait avec l’incendie provoqué par les nazis du reichstag. Ce qui a provoqué ce qu’on sait, après la nuit de cristal
    Je pense malgré tout qu’ils ont baissé leur niveau de vigilance, afin d’exploiter un attentat quelconque, qu’ils pensaient certainement bien moindre que ce qui est arrivé. Il est parfois difficile aux incendiaires de controler les limites de leur prédation. Vous voulez foutre le feu à un champ, et voilà que c’est votre village qui brûle....
    Les saoudiens ont toujours été l’ami obligé des yankees, mais sont détestés par les autres nations arabes, et les perses, pour cette même raison....Ils seront lâchés demain si les circonstances politiques et les enjeux changent.

  • velosolex velosolex 15 septembre 18:54

    @foufouille
    A mon humble avis, vous avez le mildiou. Prenez un bon verre de bouillie bordelaise trois fois par jour, et otez vous les feuilles malades, sans les jeter évidemment dans le compost pour ne pas infester le reste des plans


  • velosolex velosolex 15 septembre 18:38

    Le problème est ailleurs. La présidence n’a pas besoin de champion olympique, mais de vigie, de courage et d’honneteté.... David Douillet passerait sans problème la visite médicale mais il faudrait s’attendre au pire ensuite.....Tout comme Trump, en pleine forme aussi parait il. Mais le coté mental n’a pas été exploré. Un bémol...

    .Tout homme sain ou soit disant sain, est de toute façon un malade en puissance. Le pouvoir est le grand problème, c’est lui la principale maladie. C’est là qu’il faudrait réformer : Établir un système qui court-circuite la paranoïa des soi disant puissants, en ferait des hommes ordinaires. Pour cela il faudrait faire disparaître les avantages secondaires, les ors de l’Élysée et sa représentation qui rend fou et aveugle : Regardez ce pauvre hollland qui se croit rééligible...Totalement déconnecté de la rue à force de se regarder dans l’œil de ses courtisans et de ses maîtresses, comme un vieux roi soleil en scooter. Le pouvoir rend pathétique, en faisant perdre l’humour, et le sens du dérisoire. 

    Je ne céderais pas mon vélo pour un empire...






Palmarès