• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

veronique

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • veronique 6 juin 2007 15:29

    bonjour, je voudrais juste donner un contre exemple à cet article. je suis rentrée d’un an d’erasmus samedi dernier, et me vois abasourdie par cet article. tout d’abord, par le fait que krokodilo ne connaisse aucnune personne partie grace au programme erasmus : en effet je ne vois pas comment se faire une opinion sur un programme tel qu’erasmus sans connaitre au moins une personne, ravie ou déçue par ce programme. D’autre part, dans mon université d’accueil, des cours en français étaient proposés, certes moins nombreux que ceux en anglais, mais d’un très bon niveau. Par exemple, un des mes cours en français était donné par le recteur de mon université d’accueil qui est l’une des personnes les plus calées dans mon domaine. je vous laisse donc deviner le niveau de cet enseignement. Puis j’ai effectué un stage dans un laboratoire de cette université, et je crois pouvoir dire que cet institut est francophile. En effet, de nombreux professeurs étaient ravis de m’accueillir dans leur recherche, et de demander mon aide pour la correction de certaines de leurs présentations en français. ces présentations n’étaient pas banales, puisqu’elles ont eu lieu en France, pour Eurocoptère, n°1 mondial dans son domaine. également, mon maître de stage, polonais anglophone, germanophone, russophone, et francophone ne partagerait surement pas cet avis sur « Erasmus, ou la mort du français dans les sciences ? », car comme pour moi, l’important en sciences c’est de pouvoir avancer dans ses recherches, sans barrière de langues. Enfin, la bibliothèque de mon université d’accueil, grâce à cette filière francophone, possède de nombreux livres scientifiques ou non en français. je ne pense pas qu’erasmus soit la fin du français scientifique bien au contraire. De plus, il est évident qu’un scientifique doit parler anglais. je ne suis pas anglophile, mon niveau le montre. mais grâce à cette année erasmus, mon anglais s’est nettement amélioré, ce qui me sera une grande aide pour ma vie active qui commence, sans compter l’expérience humaine acquise lors de cette année. Il est certain qu’il aurait été plus simple pour moi de suivre tous mes cours en français, mais dans ce cas là, je ne vois pas l’intérêt de partir à l’étranger, si c’est pour partir à 1500KM de chez soi et avoir la même chose à la maison. un autre problème me tracasse : en quelle langue devrait être les enseignements erasmus ? si l’on respecte les proportions des personnes qui partent, il faudrait beaucoup de cours en espagnol, en français, en anglais, en espagnol, en portugais, en italien, en finlandais, en allemand... je ne serai jamais partie, peut être la faute à l’enseignement des langues étrangères dans nos bonnes vieilles écoles française. (j’ai pu remarqué que les Français erasmus sont les plus mauvais en langues étrangères !!!) Ce problème est peut être dû à un chauvinisme exagéré, à l’heure d’une mondialisation toujours plus importante. J’espère que mon intervention vous permettra à chacun d’approfondir ses opinions sur "Erasmus, ou la mort du français dans les sciences. et vive Erasmus, expérience de vie.







Palmarès