• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Victor

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Victor 27 août 2009 02:19

    Bonjour à tous,

    Habitant de Nouvelle Calédonie, au même titre que Mr Baron, je souhaite vous apporter quelques précisions sur beaucoup d’approximations présentes sur le sujet.

    Sur le licenciement d’aircal :

    Peut être n’est il pas superflu que de refaire l’historique de ces dernières semaines. D’ou vient le conflit USTKE / AIRCAL qui a entrainé l’emprisonnement du secrétaire général de l’USTKE G.Jodar ainsi que d’autres militants ?

    A l’origine, nous sommes en pleine campagne électorale pour les élections provinciales et territoriales (la Calédonie est subdivisée en 3 provinces : Nord, Sud et Iles, Ces dernières sont des collectivités territoriales qui disposent d’une compétence de droit commun, c’est-à-dire qu’elles sont compétentes dans toutes les matières qui ne sont pas réservées par la loi à l’État, au territoire et aux communes. Elles s’administrent librement par des assemblées élues pour cinq ans au suffrage universel direct. Les trois assemblées de province désignent le Congrès qui est compétent pour gérer les affaires communes à l’ensemble du territoire calédonien. Ses compétences sont énumérées limitativement par la loi organique. Il s’agit notamment de la fiscalité, de la répression des fraudes, de la réglementation des prix, des principes directeurs du droit à l’urbanisme, de la procédure civile, de l’organisation des services territoriaux, des règles en matière de santé, d’hygiène publique et de protection sociale. L’exécutif de la Nouvelle-Calédonie est assuré par un gouvernement collégial. Ce gouvernement de 5 à 11 membres est élu par le congrès à la proportionnelle au scrutin de liste et responsable devant celui-ci.)

    En ce contexte électoral, une grève est déclenchée au sein d’AIRCAL pour le non renouvellement d’un CDD d’une jeune femme originaire des iles loyautés pour faute professionnelle grave (cette dernière avait informé par téléphone sa mère que son père avait pris l’avion avec sa maitresse … la scène de ménage passée, le père a porté plainte contre AIRCAL …). Fort de cela, la direction d’AIRCAL prit la décision de ne pas reconduire le CDD en CDI. La jeune femme étant syndiquée à l’USTKE, une grève a été déclenchée pour réclamer la réintégration de l’employée en CDI. Après négociations, la jeune femme n’est pas reintégrée, mais elle bénéficie d’un CDI au sein de la direction du travail de la Nouvelle Calédonie.

    S’ensuit derrière une nouvelle grève de L’USTKE réclamant le paiement des jours de grèves des salariés d’AIRCAL adhérents à l’USTKE.

    Il n’est pas inutile de savoir que l’USTKE a récemment fondé un parti politique : le Parti Travailliste, dont le chef de file n’est autre que Louis Kotra Uregei ex secrétaire général de l’USTKE.

    Il n’est pas inutile non plus de savoir que le président d’AIRCAL est Nidoish Hnaisseline président et fondateur du LKS (Libération Kanak Socialiste), grand chef de l’ile de Maré et fondateur d’un groupe radical d’étudiants kanaks indépendantistes, les « Foulards Rouges » (extrême gauche) qui est à l’origine des premières actions séparatistes en Nouvelle-Calédonie.

    Le directeur d’AIRCAL n’est autre que William IHAGE Kanak originaire des iles loyautés.

    C’est donc sur fond de campagne électorale que se déroule ce conflit social avec une cible électorale commune les iles loyautés ou se présente le parti travailliste et le LKS sous le nom de « Dynamique autochtone ou La terre en partage ».

    Nidoish Naisseline, président du CA d’Aircal, est élu LKS à la province des Îles, tout comme Louis Kotra Uregei, mais sous la bannière Parti travailliste. S’ils font partie de la même famille indépendantiste, on ne peut pas vraiment dire que les deux hommes s’apprécient.

    Devant le refus pur et simple de Nidoish Hnaisseline et de William IHAGE d’accéder à la demande de l’USTKE pour le paiement des jours de grève, l’USTKE par l’intermédiaire de son secrétaire général G.Jodar durcit le ton, elle promet des évènements dignes de 1984 …

    Le 28 mai 2009, l’USTKE prend place autour de l’aérodrome de Magenta (Nouméa) qui dessert la grande terre et les iles loyautés et déclare qu’aucun avion ne décollera. A 4h00 du matin, les militants de l’USTKE investissent les abords de l’aérodrome. 200 militants investissent la piste de décollage de l’aérodrome en découpant les grillages de protection et Gérard JODAR accompagné de militants investissent les avions d’AIRCAL et s’y enferment. L’intérieur des avions est partiellement saccagé, un engin explosif de confection artisanale, a été employé contre les forces de l’ordre.

    A l’issue de cette journée de conflit, une trentaine de militants USTKE sont interpellés dont G.Jodar. Nidoish HNAISSELINE met comme préalable à toute négociations l’emprisonnement de G.Jodar.

    G.Jodar est à ce moment là déjà sous le coup d’une condamnation de prison qui est en cassation à Paris.

    Le fait que G.Jodar soit syndicaliste ne doit pas le dédouaner de ses responsabilité. En Nouvelle Calédonie, comme en France métropolitaine d’ailleurs, on emprisonne des personnes qui, par exemple, cultivent et vendent du canabis. A leur décharge, la plupart le font pour gagner leur vie. Je n’ai à ce jour, pas encore vu de collectif formé pour sortir de prison des gens, qui pour gagner leur vie, ont violé la loi.

    Pourquoi devrions nous donner raison à G.Jodar, qui en toute impunité, viole également la loi de manière répétitive ?

    Pourquoi devrions nous donner raison à un collectif qui réuni 600 personnes alors qu’à l’inverse de ses revendications, 20 000 personnes se sont réunies pour dénoncer les agissements menés par G.Jodar ?

    Pourquoi G.Jodar aurait il le droit s’appeler à la violence et de bloquer la population ?

    Il faut savoir que lorsque G.Jodar bloque le GIE des transports en commun, il empêche la population la plus démunie de se rendre au travail et de gagner sa vie.

    Il faut savoir que lorsque G.Jodar bloque la compagnie Aircal, il empêche la population des iles (kanak à 99%) de rentrer chez elle, d’accéder aux soins médicaux que seul le centre hospitalier territorial situé sur Nouméa peut leur offrir, ou encore d’accueillir les touristes qui constituent leur ressource financière majeure.

    Il faut savoir que lorsque G.Jodar bloque la desserte maritime des iles, il bloque ainsi tout l’acheminement des denrées alimentaires primaire, du gaz, du l’essence et des cigarettes.

    Il faut savoir que lorsque G.Jodar bloque l’aéroport international de Tontouta, il bloque le seul accés extérieur au territoire.

    Il faut enfin savoir, que chaque grève USTKE, malmène la vie quotidienne des tous les Calédoniens (cadenassage des entreprise, blocage des minoteries, blocage des dépôts d’essence, blocage des dépôts de gaz, blocage de la régie des tabacs, blocage des moyens de transports et même blocage de l’unique télévision locale RFO).

    Jusqu’à présent, les actions de l’Ustke ont été tolérées par les précédents représentant des gouvernements Français. Ainsi en 2006, la télévision locale RFO a été bloquée pendant … 8 mois … plus d’informations, plus d’émissions locale … qui en souffre : ce qui n’ont pas les moyens de s’offrir de chaines de télévisions payantes ou qui ne disposent pas de vidéo club a portée de voiture. Lorsque les minoteries sont bloquées : plus de pain pour qui que ce soit. Lorsque les commerces sont bloqués, plus de denrées alimentaires de bases (dont le riz qui est ici très consommé).

    Ceci était notre lot quotidien jusqu’à l’arrivée de Yves Dassonville, haut commissaire de la république Française.

    Aujourd’hui, si ce dernier autorise les manisfestations dans le cadre légal qui doit les encadrer, il refuse tout blocage. Ainsi, malgré les grèves générales lançées dernièrement par l’Ustke, la population Calédonienne a pu se déplacer et a pu continuer à vivre quasiment normalement. L’Ustke a pu, pour sa part, exprimer ses revendications. Chaque blocage organisé a été interrompu par l’intervention des forces de l’ordre.

    Jusqu’à présent et lorsque des débordement intervenaient, seuls les “militants de base” de l’Ustke, aux ordres de G.Jodar, étaient interpellés voir écroués. Tant que ceci était ainsi, G.Jodar n’a pas organisé de collectif pour la libération de ses camarades. Aujourd’hui que le principal organisateur récolte enfin ce qu’il a semé (que jusqu’à présent d’autres récoltaient à sa place), alors nous avons droit à une levée de bouclier à grand coup de renfort médiatique.

    Tout ceci n’est que fumisterie. G.Jodar a violé la loi à de multiples reprises, il a été jugé pour cela, il a été fort bien défendu puisque chacune des décisions prises à son encontre font l’objet d’appel et vont jusqu’en cassation, il doit maintenant purger sa peine sans aucun passe droit.

    G.Jodar est citoyen Français, né en France métropolitaine, sa seule qualité de syndicaliste ne doit pas l’affranchir de ses actes.

    Quand à l’argumentation dénonçant, dans l’affaire Aircal un licenciement abusif effectué par des chefs d’entreprises colonialistes et peu scrupuleux, vous vous apercevrez qu’il ne s’agissait pas d’un licenciement, mais du non renouvellement d’un CDD qui de surcroit a été renouvelé au sein de la direction du travail, que les méchants colons chefs d’entreprises, s’avèrent être des Kanaks indépendantistes de gauche, et quand à l’application de la justice “coloniale” tant dénoncée, elle a été approuvée dans la rue par plus de 20 000 personnes de toutes ethnies et couleurs confondues.

    ....

    Sur la représentativité de l’Ustke et du parti travailliste :

    Il semble utile de rappeler qu’aux dernières élections territoriales qui se sont déroulées en Nouvelle calédonie (corps électoral restreint aux seuls habitants résidents en Nouvelle Calédonie depuis 1998), le parti travailliste recueillait un total de 7 692 voix sur 98 520 votants soit … 7.8% de ces mêmes votants.

    Au sein même du mouvement indépendantiste, le parti travailliste est loin de représenter la majorité des voix puisqu’il recueille 20.8% des suffrages indépendantistes exprimés.

    De ce fait et en toute logique, si vous ne devez que vous baser sur les idées de l’USTKE quand à la la réalité des choses ou encore quand à l’avenir de la Nouvelle Calédonie, vous devriez également, par simple honnêteté intellectuelle, prendre en compte les idées du Front National de J.M Lepen quand à l’avenir de la France et vous limiter doublement à ses analyses puisque ce dernier réalise 10,44% des suffrages aux dernières élections présidentielles de 2007 (16.86% en 2002, 15% en 1995 et 14.38% en 1988) …

    Je pense que vous conviendrez fort aisément avec moi, que les idées extrémistes, de quelques bords qu’elles soient, ne peuvent et ne doivent certainement pas refléter la réalité des choses ni encore décider du futur d’une quelconque communauté. En effet, si tel était le cas, la France serait à ce jour, nationaliste d’extrême droite.

    ....

    Sur « l’usine de nickel installée en territoire canaque sans aucune concertation avec rejet des effluents dans le lagon où ils pechent !! »

    A la date ou TTS écrivait son message, il ne pouvait décemment ignorer que le 27 septembre 2008, le comité Rheebu Nuu, le Conseil Coutumier de l’Aire Drubéa Kaponé*, les chefferies de l’Aire Djubéa Kaponé*, les Sénateurs Coutumiers de l’Aire Djubéa Kaponé* et l’industriel Goro Nickel filiale du groupe VALE-INCO, signaient un protocole d’accord nommé « pacte pour un développement durable du Grand Sud ».

    Ce “pacte pour un développement durable du Grand Sud” ( http://www.valeinco.nc/pages/…/2185_Goro%20Nickel%20Pacte.pdf ) prévoit notamment le lancement de trois chantiers :

    - Création d’une fondation d’entreprise : Il s’agit d’une société destinée à « intervenir » dans des domaines variés (développement durable, social, économique). Concrètement, la fondation donnera de l’argent à des projets « contribuant au développement participatif et durable des communautés du Grand Sud ». Elle sera financée par Goro Nickel, avec une enveloppe de 5.4 millions d’€ pour les cinq premières années, puis 1.34 millions d’€ par an, pendant vingt-cinq ans. Son conseil d’administration sera composé de 3 représentants de la société et de 8 représentants coutumiers et de Rheebu Nuu.

    - Création d’un « comité consultatif coutumier environnemental ». Tout est dit dans le nom de l’organe. Il sera coutumier, avec 15 membres issus des chefferies, conseils d’aires et Sénat. Il sera consultatif, aussi, puisque ses « conclusions seront transmises au directeur de Goro Nickel » et aux élus locaux, sans autre poids que celui d’un « avis ». Mais il sera aussi environnemental : le comité pourra demander des expertises, dans les limites budgétaires accordées par Goro Nickel (200 000 € par an). Pour surveiller les
    impacts écologiques, huit techniciens « originaires des tribus » seront formés et rémunérés par l’industriel (250 000 € consacrés par an).

    - Création d’une pépinière, gérée par une association. Avec un budget de 20.112
    millions d’€, elle mettra en oeuvre un plan de reboisement, grâce aux 250 000 à 500 000 plants qu’elle produira chaque année.

    Comme l’ont annoncé les parties en présence, l’accord entrera en vigueur lorsque « la première tonne de minerai sera extraite et traitée sur site, ou exportée ».

    D’autre part, je ne comprend pas comment vous pouvez ne pas réagir à la démonstration faite par la marche citoyenne et pacifiste du 12 août dernier dénonçant les violences de l’Ustke et plébiscitant la construction d’un destin commun.

    10% de la population Calédonienne, de toutes éthnies et de toute couleurs confondues (voir photos svp), s’est rassemblée autour des ces deux thèmes fédérateurs. Cela représente la même chose que si, en France métropolitaine, une marche rassemblait plus de six millions de personnes …

    Vous rendez vous compte de la réelle représentativité de cela ???

    ....

    Sur « La situation peut-être qualifiée de colonialiste n’en déplaise à certains que les injustices raciales n’effraient pas. »

    Marie Pierre Goyetche vise présidente de l’Ustke, en décharge syndicale, payée par l’éducation nationale, touche un salaire (indexé) représentant plus de quatre fois le smig.

    G.Jodar patron de l’Ustke bénéficie de divers traitements et salaires toujours sous le couvert de décharge syndicale, qui ferai palir de nombreux chefs d’entreprises ...

    Louis Kotra Uregei, fondateur et président d’honneur de l’USTKE, fondateur et actuel président du parti travailliste, roule au volant d’une BMW 735 grise métalisée flambante neuve, ce qui change considérablement de la BMW X5 noire qu’il conduisait jusqu’à présent…

    La seule chose que l’on puisse dire sur le sujet, c’est qu’il est fidèle à son concessionnaire !

    En effet, il déclarait lui même à la presse locale qui l’interrogeait sur sa confortable habitation et ses divers véhicules “Je n’ai pas fait voeux de pauvreté” …

    Parfois, certaines revendications ont du sens et d’autres ont bon dos !

    Lexique :

    *Le Comité Rheebu Nuu : association kanak, initialement créée par le conseil municipal de la commune de Yaté, ayant pour objet la protection de l’environnement et des droits autochtones.

    *Les chefferies de l’Aire Djubéa Kaponé : elles sont constituées des autorités coutumières des tribus de l’aire Djubéa Kaponé et représentent les populations autochtones directement concernées par le projet.

    *Les Sénateurs Coutumiers de l’Aire Djubéa Kapone : le Sénat Coutumier est une instance de consultation kanak créée par l’Accord de Nouméa. C’est une institution consultative qui se prononce sur saisine concernant les sujets liés à l’identité Kanak.







Palmarès