• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

William ASSANVO

Doctorant en Relations Internationales à l’Institut de Hautes Etudes Internationales (HEI), Genève, et au Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS), Paris, je souhaiterais exprimer mes réflexions sur des sujets très divers et les partager avec la constellation Internet. 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 6 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • William ASSANVO 28 juillet 2007 10:53

    Eh oui, on oubliait, l’Europe qui apportait la civilisation, le respect pour la dignité humaine et j’en passe...Je pense qu’il faudrait revoir quelque passages de l’histoire... Les guerres tribales qui ont précédé la colonisation qui y a mis fin...Je vous rappelle que jusqu’à pas très longtemps l’Europe se battait, sur fond de rivalités, anciennes entre Nations. Les guerres de « Cent ans » et de « Trente ans » c’était bien en Europe que je sache...Quand on approche l’avenir des peuples, des nations et des Etats sous un angle historique, il faut remettre certaines choses en perspective par rapport à l’histoire générale du monde. Ce n’est pas pour nier les rivalités qui opposaient des clans ou royaumes en Afrique pré-coloniale. Ah c’est vrai qu’ici c’étaient des « civilisés » qui se battaient et là-bas des « sauvages », canibales et j’en passe sur les images qui tapissent les sub-conscients... Ca fait certainement toute la différence...


  • William ASSANVO 28 juillet 2007 10:41

    La plupart des problèmes dont souffrent les pays africains sont d’abord de leur responsabilité, de même que les solutions pour les règler. Bien sûr il y a des facteurs externes, mais il faut effectivement en finir avec cette manie de toujours « chercher des poux dans la têtes des autres ». On n’est jamais plus fort face aux facteurs externes qu’une fois qu’on s’est attaqué et résolue nos contradictions et dynamiques négatives à l’interne... Il est plus que temps pour les Africains de le comprendre... Qu’ils sachent où ils veulent aller, s’ils veulent s’en sortir et fassent le nécessaire pour... Ils sont principalement bloqués dans leurs évolutions par des facteurs (divers) internes, politiques, sociaux, économiques, etc.


  • William ASSANVO 27 juillet 2007 11:28

    Si l’armée française se trouve en CI, ce n’est pas forcément et nécessairement [que] pour les beaux yeux des ivoiriens, mais aussi parce sa présence s’inscrit dans une certaine vision de ses intérêts. Quels sont-ils ? Quel intérêt le gouvernement et l’Etat français trouvent-il, au délà de sa contribution à la paix (tout n’est pas noir ou blanc), à entretenir cette force qui coûte effectivement beaucoup au contribuable français ? Chercher à appréhender les choses sous cet angle serait plus sensé... L’intervention d’acteurs extérieurs, dans tous les contextes du monde, a toujours généré de la répulsion, de l’adhésion, etc.... La France est également présente en Afghanistan... Or la situation y est nettement plus complexe et fragile... Vous voulez savoir ce que la France continue à faire en CI ? Interrogez vos autorités sur cette situation. En prenez-vous à elles si vous pensez qu’elles sont aveugles et qu’elles ne savent pas si elles doivent y rester ou non... Il y a certainement aussi une fierté dont pourrait se prévaloir la France d’être fidèle à certains de ses idéaux (missionnaire d’une certaine vision du monde, de la paix, de la démocratie, etc.)... Elargissez-vos esprits...


  • William ASSANVO 26 juillet 2007 14:57

    Lamentable...et ça prouvera quoi les résultats de ces tests ? Vraiment risible...


  • William ASSANVO 26 juillet 2007 14:44

    La clairvoyance d’un personnage, qui a sans doute une certaine expérience de la vie internationale, n’a forcément rien à voir avec l’engagement, fut-il millénaire du pays qu’il représente ou à représenter. De plus, le fait qu’il ne parlerait pas au nom de son pays, mais en sa propre qualité, ne doit pas nécessairement enlever à sa crédibilité ou à la pertinence de ses idées. Il ne sait pas agit ici de lui accorder un quelconque crédit, ni de le lui refuser...







Palmarès