• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

winston

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • winston 8 octobre 2007 00:05

    Effectivement l’arrivée de nombreux candidats à l’immigration sur le territoire est une préoccupation qui peut se concevoir, mais je ne pense pas que les tests de filiation ADN soient une solution ; au contraire,

    1) un choix basé sur des principes discutables : proposer le test ADN comme moyen de prouver une filiation revient à amalgamer la notion de famille et à celle de la procréation biologique. Il y a à mon avis bien plus de choses dans une famille, on peut (même en France) considérer comme étant de sa famille d’autres individus que ceux qui sont biologiquement liés à soi-même : l’adoption en est l’exemple-type, et les enfants adoptés sont bien souvent aimés au même titre que les enfants biologiques.

    Que faudra-t-il faire ainsi si une filiation est réfutée par un test chez un enfant candidat au regroupement familial ? N’y a-t-il pas une adoption (officielle ou bien plus souvent de fait) auusi en Afrique ? Quelle réponse donner si cet argument est opposé par la mère ? Faudra-t-il renvoyer cet enfant seul (et donc sans famille) dans son pays d’origine ?

    Je suis étonné du peu de réactions sur la conception de la famille qui est exprimée implicitement par ce projet.Si ce type de mesure était proposé pour une application aux citoyens Français, ces éléments seraient probablement davantage pris en compte. Certes, notre Etat-civil n’est certainement pas aussi défaillant, il n’en reste pas moins qu’il est quand même au final basé sur la déclaration des parents à la naissance, et donc d’un point de vue purement biologique, est loin d’être exempt du moindre doute. Après tout, cette loi ne constituerait pour nous qu’un précédent dans de nombreux autres domaines pour peu qu’on prenne le temps de laisser courir son imagination (ex. justification du versement des allocations familiales).

    2)le rapport cout-efficacité de la mesure : plusieurs commentaires sur ce fil disent (en résumé) « c’est triste mais c’est comme ça, on ne peut accueillir toute la misère du monde, il faut donc des mesures radicales ». Possible, mais à mon avis cette mesure est surtout radicale sur le papier.

    Le test ne pourra être fait que sur la base du volontariat, en d’autres termes seuls les candidats sûrs de leur coup le demanderont, de façon à accélérer la procédure (c’est d’ailleurs l’argument donné par la majorité pour justifier ce texte). Bien évidemment, aucun fraudeur n’ira se jeter dans la gueule du loup. Et comme le coût du test sera pris en charge par l’Etat si la filiation est confirmée... Les autres continueront de passer par la voie classique. Alors ne faudrait-il pas le rendre systématique pour débusquer les fraudeurs ? Pas sur, les vrais fraudeurs rentreront un peu plus dans la clandestinité et organiseront tous les regroupements qu’ils voudront avec leurs propres moyens, en dépit des difficultés supplémentaires.

    L’immigration en provenance des pays les plus pauvres n’est souvent pas choisie non plus par les immigrants. Elle résulte du désespoir de leur situation. Ceux qui sont nés dans la misère ne l’ont pas choisi ; il n’y a aucune justification théorique à ce qu’ils partent dès la naissance avec des perspectives de vie plus défavorables que les notres. Comment réagir lorsque l’on voit les richesses des pays occidentaux dont on sait que l’on sera privé ? A mon avis deux grands types de réactions (volontairement caricaturales, il y a surement un continuum entre ces deux extremes). Certains restent en pensant qu’après eux leurs enfants profiteront du redressement de leur pays, fruit de leur labeur. D’autres, plus pragmatiques (et/ou déséspérés), viennent en Europe, car c’est pour eux un des principaux moyens rapides de s’en sortir. Tant pis pour les difficultés et les risques. Tant pis pour les lois. Bien sur l’équilibre financier du pays destinataire n’est pas forcément la principale préoccupation lorsque l’on vit au jour le jour. On verra bien. Et même s’ils ne s’en sortent pas, ce sera toujours mieux que chez eux.

    Un bel effet d’annonce, donc, qui souligne l’image de fermeté recherchée par le gouvernement et le Président, pour une efficacité improbable. Mais surtout se renforce la passion dangeureuse des politiques pour l’ADN en tant qu’outil, sans aucune réflexion sérieuse sur les conséquences sociétales potentielles. Dans cette affaire l’avis du comité national d’éthique était seulement consultatif.

    http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/doc/20071004/963161_avis100.pdf



  • winston 9 septembre 2007 22:32

    Bravo. Article très amusant.

    Vous oubliez aussi la fameuse caisse prioritaire femmes enceintes. Cruel dilemme. Elle est souvent vide car peu osent prendre le risque de devoir laisser leur place à une future maman. Nous avons bien ri avec ma femme pour l’arrivée du deuxième. Entre celui qui fait semblant de ne pas avoir remarqué ce ventre légèrement proéminent (bien sur interdit aujourd’hui d’avoir l’outrecuidance de nuire en connaissance de cause à une personne diminuée par la maternité) ; les justiciers qui tancent ceux qui ne vous laissent pas passer et ceux qui palissent devant votre chariot plein à ras bord quand vous leur sifflez la politesse. Une vraie étude sociologique cette caisse smiley







Palmarès