• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Xavier Lainé

Xavier Lainé

Masseur-Kinésithérapeute, Praticien Feldenkrais, écrivain, comédien et chanteur, rien de ce qui bouge et se meut (s’émeut ?) en ce monde n’échappe à mon intérêt. Fondateur de l’Itinéraire des poètes en 1997, de la revue "22 (Montée) des poètes" la même année, rédacteur occasionel sur le site www.litt&eacute ;rature.net, j’écris parceque c’est tout ce que je sais faire... On peut aussi me lire sur l’Atelier du poète, mon blog : http://www.atelierdupoete.unblog.fr

Tableau de bord

  • Premier article le 03/07/2005
  • Modérateur depuis le 08/08/2005
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 13 1 24
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Xavier Lainé Xavier Lainé 3 juin 2005 04:01

    Un peu juste comme commentaire. A force de considérer les électeurs comme des irresponsables qu’un homme peut entraîner à des fins inavouables, on encombre la scène politique d’une fumée qui masque les véritables enjeux.

    Mais sans doute aucun, les véritables tenants et aboutissants sont ailleurs. La fumée est nécessaire aux décideurs économiques qui entendent à n’importe quel prix faire passer leur dictature d’intérêts avant les besoins de la population.

    Les électeurs seraient-ils aussi iresponsables ? Voilà des années qu’on leur promet monts et merveilles au nom de l’Europe, et que dans la réalité concrète, vécue chaque jour, les difficultés s’accumulent. A chaque nouvel inconfort de vie, le spectre de l’Europe se dresse comme un obstacle à des solutions et des espoirs.

    L’Europe est brandie comme un formidable espoir quant il s’agit de voter, puis la même devient un obstacle dès qu’il s’agit d’apporter au niveau national des solutions concrètes aux difficultés vécues durement.

    On ne peut impunément utiliser le même thème comme moteur de l’espoir et de la désillusion sans qu’un jour ou l’autre les véritables intérêts ne soient démasqués.

    L’enjeu est de taille : car qui aujourd’hui peut se prévaloir d’un repli frileux ? Parmi les électeurs qui ont décidés de voter non, combien sont contre une idée généreuse de l’Europe, une idée culturelle, de progrès social et de paix ?

    C’est tout le danger du référendum : la simplicité de la réponse (oui ou non) donne une image réductrice d’une réalité complexe. Et nos hommes de pouvoir politique de toutes obédiences ont gardé ce talent simplificateur hérité du temps de la grande dualité du partage du monde de 45 quand la réalité se montre infiniment plus complexe. Ce qui se passe dans la réalité leur échappe par ignorance de règles dont ils n’ont plus tout à fait la maîtrise : d’où les volontés à peine voilées d’en finir avec une véritable démocratie et d’utiliser l’Europe comme moyen d’éloigner les pouvoirs des citoyens pour permettre à la minorité qui économiquement tire les ficelles (OMC oblige) de poursuivre sa mise à sac des richesses de l’humanité.

    C’est, il me semble, ce qu’intuitivement sans doute beaucoup d’électeurs ont enfin compris. Et la forte participation vient nous prouver que dès lors qu’un véritable débat politique s’installe, même au grand dam des médias qui faisaient tous campagnes pour le oui, les enjeux se clarifient et l’électorat est capable alors d’agir avec une maturité que les précedentes élections ne nous avaient pas permis d’entrevoir.







Palmarès