• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

xenos

xenos

Juste un gars qui ne refuse pas de partager son opinion. Mon pseudo invite à se considérer constamment comme l’étranger de quelqu’un et donc à ne pas s’enorgueillir de sa couleur de peau, de sa nationalité ou de son ethnie. Une profonde aversion pour le racisme et la Xénophobie.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 12 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • xenos xenos 14 janvier 2008 22:16

     Après la roue, les céréales kellogs et le taille crayon, le générateur lerma est sans doute l’invention la plus extraordinaire qu’il m’est été donné de voir.

    Je tiens à féliciter un tel esprit novateur.

     



  • xenos xenos 12 janvier 2008 19:03

     Si si jésus descendait de Judas.

    C’était d’ailleurs un élément qui devait caractériser l’identité du messie.

    Mathieu chapitre 1 donne l’ascendance du christ ; le verset 2 donne judas comme son ancêtre.

    Quant à Moïse, il est un lévite descendant de Lévi.

    toutefois, le terme "juif" ne trouve justification qu’à partir de la guerre civile après le règne du roi Salomon qui donna 2 royaumes différent ; le royaume de Juda et le royaume d’israël composé de 10 tribus.

    La Torah ne se met à utiliser ce terme qu’à partir de cet événement et non avant ; ce qui indique qu’auparavant, bien qu’ils distinguaient les descendants des 12 tribus, il n’en reste pas moins qu’il demeuraient uni.

    Donc dire que moïse n’était pas juif dans le sens de descendant de Juda est vrai mais non dans le sens israëlien. Hors le terme juif est associé à israëlien.

     



  • xenos xenos 12 janvier 2008 12:53

     @thierry leitz

     

    Juste merci mille fois.

     



  • xenos xenos 12 janvier 2008 12:48

     @therase

     

    Croyez vous vraiment que les chrétiens du premiers siècles étaient suffisamment fou pour supporter le martyr si il celui qu’ils suivaient n’avaient pas existé ?

    Qui plus est, vous partez du principe que les évangiles ne sont pas des témoignages historique puisque vous dites que ceux qui ont écrit sur lui ne l’on pas connue de leur vivant. Vous excluez donc, les apôtres.

    Avez vous la même exigence lorsqu’il s’agit de savoir si des rois déifiés de l’antiquité ont réellement existé - pharaons égyptiens, roi assyriens, sumériens, etc.... ?

    Si le christ n’avait jamais existé, alors les combattants romain du christianisme auraient eut l’accusation facile de remettre en cause l’existence même du Christ ; ce qu’ils n’ont pas fait.

    Hors si il ne l’on pas fait, eux qui vivaient quelques années après sa vie, quels informations avez vous en plus qu’eux pour remettre en cause son existence ? 



  • xenos xenos 11 janvier 2008 14:20

    @Tall

    Certains historiens, face au christianisme primitif de l’époque, sont bien embêtés. Disons que leur métiers étant de s’interroger et non d’être péremptoire, ils sont face à un dilemme. La résurrection semble chose impossible ; donc par conséquent, elle ne pu avoir lieu.

    Cependant, l’histoire révèle qu’à la mort du Christ, ses disciples étaient dispersés et avaient perdu tant moral que zèle dans l’évangélisation - n’est-ce pas là, une réaction normal lorsque confronté à la disparition de son roi et sauveur ?.

    Après la résurrection, ces mêmes disciples reprennent leurs activités, la redouble, et sont prêt à subir la mort en martyr pour vivre leur foi. ils expliquent cela par le fait qu’il furent témoins de la résurrection du Christ. L’apôtre Paul expliquera d’ailleurs que l’assurance de leur foi réside dans le fait que le Christ a ressuscité et ajoute que tout ce qu’ils subissent jusqu’à la mort (leurs sacrifices) n’auraient aucun sens si il n’y avait pas de résurrection. « ils seraient les plus à plaindre du monde » car se berçant d’illusions. La résurrection devint pour eux, la certification de la justesse de leur espérance ; et par cette espérance, ils étaient prêt à subir les foudre de la persécution.

    Ce changement indéniable de comportement des premiers chrétien entre la mort du Christ et sa résurrection puis les actes d’évangélisations zélé qui vont s’en suivre, ne pourraient s’expliquer s’ils avaient inventé une prétendu résurrection qui eut pour eux, une conséquence revivifiante.

    A moins de les considérer comme profondément stupide ; proche de la démence et de l’internement psychiatrique, comment expliquez vous cela ?

    pensez vous qu’ils purent accepter autant d’outrages si ils étaient en même temps conscient que l’objet de leur foi n’était que pure invention de leurs parts ?

    Si pour vous, ce n’est qu’un délire généralisé d’une population ivre de foi, qu’est-ce qui vous permet 2000 ans plus tard, sans avoir fait un examen approfondi et personnel de chacun des protagonistes, d’en arriver à cette conclusion ?

    Quel talent en psychologie ou psychiatrie vous permettrait de conclure une telle chose ? Imaginons que nos psychologues fassent de même aujourd’hui à l’encontre de leurs patients, quel serait l’avis que l’on aurait d’eux ?

    Qu’est-ce qui vous permet donc, 2000 ans plus tard d’être autant catégorique ?

    Le concept de justice de notre société étant que c’est à l’accusation d’apporter des preuves ; quels sont les vôtres ? doit on simplement vous croire parce que vous le dites ?

    Vous allez me répondre que c’est bien ce que les croyants font en adhérent à des écrits prétendument divin ; mais ce serait faire le jeux de la paille et de la poutre. Si bien que tout le mépris que vous avez vis à vis des « crédules » qui croient en ce que vous ne croyez pas se verraient partager la table des méprisés avec les « crédules » qui ajoutent foi à ce que vous dites, tant vous vous morfondez dans le mimétisme de ceux que vous contestez.

    Nous sommes donc contraint à votre mépris, quoique nous croyions.

    Savez vous pourquoi, peu vous suivent alors que beaucoup furent prêt à mourir en martyr pour obéir au Christ ?

    Il aimait les gens et ne témoignait d’aucun mépris pour ceux qui pourtant n’avait pas son intelligence.

    C’est pourquoi le christianisme survit malgré les âges et les attaques, alors que la pensée de l’homme charnel se meurt en même temps que lui.

    À méditer

    Cordialement







Palmarès