• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Younes

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Younes 11 décembre 2009 02:26

    « invasion de musulmans »
    « danger que représente l’islam en France »
    « rejet de l’islam »
    « éradiquer »
    « Ah oui c’est vrai la France est envahie d’Américains.
    Suis-je bête tout ça c’est les américains : les banlieues, les émeutes, les centaines de milliers de véhicules incendiés, les pans entiers de territoire annexés, les rues de Paris interdites aux riverains, le soutien au terrorisme, les burkas, le refus de la mixité dans les piscines dans les écoles, dans les hôpitaux, les menus halal imposés aux non-musulmans, etc.
    Dites l’auteur, c’est du second degré ou vous êtes sérieux ? »

    Vous qui montrez du doigt les Lepénistes, ne trouvez vous pas que votre propre discours est assez virulent ? Bien sur, il est dilué, le titre dit explicitement que ce n’est pas ce que vous dénoncez, mais l’étudiant et lecteur que je suis reste complexe face au contraste évident qu’il y a entre votre supposé message et la dureté de votre discours à l’égard d’une religion et d’une communauté. J’aimerais, si vous me le permettez, vous mettre en garde contre vous même : il ne faut pas confondre une religion avec l’interprétation que l’on en fait, chacun à notre niveau. Aussi, il ne faut pas confondre les croyants qui trouvent la foi dans une religion, et ceux qui y trouvent un intérêt politique et/ou économique, sans parler des personnes psychologiquement faibles ou malades. Souvenez vous qu’un croyant n’est pas forcément extrémiste ou terroriste, et que la majorité des croyants peuvent simplement vouloir pratiquer leur religion et transmettre leur propre culture à leurs enfants, rien de plus. N’est-ce pas ce que vous cherchez à faire vous même ?

    Ceci étant dit, j’en viens au deuxième point. J’ai le sentiment que votre approche du problème n’est pas saine. Si vouloir préserver l’identité française est une cause tout à fait naturelle pour un français (je présume), j’ai la conviction qu’il ne faut pas le faire à travers la peur et le rejet d’autres cultures, mais en renforçant la présence de votre propre culture. Au lieu d’interdire la construction de minarets, ce qui ne ferait que provoquer une partie existante et réelle de la communauté française, et donner l’image d’une France intolérante et égoïste au monde, pourquoi ne pas construire plus de musées par exemple, ou promouvoir l’industrie cinématographique nationale ? Vous le savez aussi bien que moi : une carotte fait mieux l’affaire qu’un bâton.

    Enfin, si je puis me permettre une ouverture comme conclusion, j’aimerais vous inviter à réfléchir sur l’origine de toute culture existante aujourd’hui. Ne sont-elles pas le fruit de rencontres entre elles, d’apprentissage, et de partage ? Seulement, aujourd’hui, il existe un réel problème. Je ne sais pas si c’est un manque d’information ou de la désinformation, mais les gens ne savent plus grand chose de leur propre culture, et en savent encore moins quand il s’agit de cultures différentes. Comment analyser l’actualité dans ce cas là ? En établissant des schémas simplistes, des stéréotypes. Il est plus facile d’avoir peur que de prendre la peine de se renseigner. Et se contenter de suivre l’actualité n’est certainement pas une source d’information suffisante, surtout quand cette actualité est rapportée plus ou moins subjectivement. Quoi de plus facile, pour créer un sentiment d’unité, que d’avoir un ennemie commun ? Je vous invite à ne pas choisir la solution de facilité, et de réfléchir aux conséquences des décisions prises aujourd’hui. Je ne sais plus qui disait que le futur n’est pas un endroit où l’on va, mais un endroit que l’on construit. Avant de prendre parti trop rapidement, demandez-vous quelle France vous voulez construire pour demain.

    Cordialement,
    Younes S.







Palmarès