• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

zeugma

zeugma

psychologue-clinicien / enseignant / jazzeux / marin / père, grand-père / ÉPRIS / héraclitéen / lacanien, malgré tout ... / amoureux de Flaubert, Racine (Bérénice !), la crème de marron et les MonteChristo n°2...
Lis entre les lignes, au risque, parfois, d'oublier d'entendre les lignes...

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 8 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • zeugma zeugma 15 septembre 2013 15:52

    Petite précision (et l’erreur d’ordre de grandeur peut laisser supposer que le « politiquement incorrect » est aussi irréel que le « politiquement correct » allègrement conspué) : il eût fallu se renseigner sur le taux de suicide... 



  • zeugma zeugma 19 mai 2013 14:30

    Différence notable d’axiomatique : en amont des avis, des jugements, des décisions et des actes, bien en amont, le clivage est net :

    - l’homme / la femme de droite mise sur l’inné, croît en la « Nature » (se ravit de trouver une trace génétique), au « caractère » des individus (et des ethnies ?), étend au champ anthropologique tout ce qu’il croit devoir être universel.
    - l’homme / la femme de gauche mise (et c’est un pari osé) sur l’acquis, sur la capacité d’être modifié par la « Culture » (il sait que le « génome » se modifie sans cesse, because le Temps, les rayons gamma et autres radiations...), l’éducation...
    Bref, deux postures bien étayantes pour, éventuellement, savoir qui on est...
    (c’est un peu bref, on peut préciser si vous voulez...)

  • zeugma zeugma 16 mai 2013 18:40

    Bel unanimisme... Pourtant j’ai un doute : les textes et les commentaires, si j’y applique une analyse forcément maniaque et réductrice -ô le prudent Raminagrobis !...-, parlent davantage de « génitalité » (et, qui plus est, masculine !) que de « sexualité ». Pour mémoire, « génitalité » est affaire de viande d’organe, d’odeur, d’ « images » arrêtées, « sexualité » de discours, d’histoire, de virevoltes sémantiques... de LIENS mouvants, labiles, liquides. Les deux sont jubilatoires mais... différents. Qu’en disent les damoiselles et dames du temps présent ?


  • zeugma zeugma 16 mai 2013 09:49

    Rhaa lovely, Dionysos pas mort !

    Allez aussi voir du côté des poètes(ses) grec(que)s, Anacréon, Alcée, Philétas de Cos, Théocrite et d’autres, plus... la sublime Sapho, dont je livre ce texte à votre souriante concupiscence :

    A la bien-aimée

    Il me semble l’égal des dieux 
    Celui qui de ta voix s’enivre, 
    Qui lit son bonheur dans tes yeux, 
    Et qui près de toi se sent vivre !

    Ce doux souris, quand je te vois, 
    Me trouble !... Interdite, oppressée, 
    Sur ma lèvre expire ma voix, 
    Et ma langue reste glacée !...

    Je brûle !... Des feux inconnus 
    En moi courent de veine en veine... 
    Je n’entends rien... je ne vois plus... 
    Je suis tremblante et sans haleine...

    J’éprouve une froide sueur... 
    Plus pâle que l’herbe flétrie, 
    Je ne sens plus battre mon cœur ; 
    Je n’ai plus qu’un souffle de vie !

      (Sappho, Melpomène, Ode II).

    Et oui, l’ « avant judéo-christianisme » est bien plaisant, pas de fascination-répulsion de la Faute (OK, c’est un autre débat, je provoque un peu)

    PS Bise à Gordon, mon ami !


  • zeugma zeugma 1er mars 2009 09:39

    Note à l’auteur : J’AI LU L’ARTICLE !!!!
    Petit ajout : ("petit" et "ajout" : je suis en périphérie...)
    Jeune praticien (jadis !) analyste, j’étais souvent irrité par le discours de certains patients ("vous comprenez, je suis Balance ascendant Verseau, avec telles planètes en Maison IV"...), donc j’ai cherché quels signifiés montraient/cachaient ces mots. À la réflexion (et... à l’aune de la Clinique), ces personnes usaient du vocabulaire de l’Astrologie pour "SE DIRE SYMBOLIQUEMENT", comme s’ils se "présentaient" avec un TOTEM, ou... comme si nous avions joué au "PORTRAIT CHINOIS".

    Dans cette perspective (À L’EXCLUSION DE TOUTE PROSPECTIVE !), le discours astrologique est analysable comme une PROJECTION de soi : bien évidemment, le travail analytique consistera à en montrer le caractère opportuniste (défense / étayage du Moi), pour que le patient puisse se "penser" autrement que marionnette d’un Destin (ou d’une parentèle, ou d’un ADN, ou d’une Sociologie...).

    Bref, si l’astrologie reste un "MUTHOS" labile et vivace, écoutons ce qu’elle dit du Désir...







Palmarès