• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de jack mandon

sur La politesse est le fondement de l'école


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

jack mandon jack mandon 29 juin 2013 11:00

Bonjour Gollum,

Commentaire à la mesure de l’enjeu...et pourtant.
L’être humain est une cathédrale, un temple, un bel arbre, un félin.
C’est la vision idéalisée qu’il abandonne souvent à son frère l’animal.

Je suis content d’être entendu, lu, en un mot reconnu.
Comme au fond je frôle de très près le désamour des humains.
Et quoique tu penses, si je te proposais ce texte que je trouve lumineux.
« Me voici donc seul sur la terre, n’ayant plus de frère, de prochain, d’ami,
de société que moi même. Le plus sociable et le plus aimant des humains
en a été proscrit par un accord unanime...

Ce texte qui introduit les rêveries, de cet homme que tu n’aimes pas trop.

J’insiste ici avec tout ce que j’ai de passion pour le psychologique.
Quelqu’un que l’on rejette nous enseigne en creux.

Ton commentaire a le mérite d’être court et dense, essentiel.
Au fond ce que tu préfères aux arabesques rousseliennes
et »mandoniennes" c’est la justesse du verbe et des mots.

Au fond, pour revenir à notre sujet d’envergure spirituelle en ce
qui concerne l’enseignement des âmes qui implique l’amour.

Je crois qu’il n’est pas plus beau métier que celui d’enseignant.
C’était un Dieu, on en a fait pour de multiples raisons un vulgaire
démon de seconde classe, un Faust de caniveaux et même d’égout.
La société est devenue une grosse merde infâme...
et ce n’est pas de la faute à Voltaire ou de la faute à Rousseau...
Je me sens de plus en plus exilé, dans un pays au relief naturel,
mais sans trop de relief culturel. Enfin la nature possède et règne.
En cela je suis rousselien, au moins quant à la forme des perspectives
des cimes qui elles sont inaltérables, incorruptibles et divines.

Je suis parfaitement en phase avec ton commentaire. En même temps,
celui de Fergus est à la mesure de l’humanité dont parle Kant.

Il ne manque plus qu’une espèce de Porthos pour nous tenir langage oral
et j’entrerai définitivement dans le roman d’Alexandre Dumas.
J’inclus le chaland qui vota négativement sans crier gare.
Celui là, au fond, il vaut mieux l’oublier s’il est capable de méconnaitre
Konrad Lorenz ou ce brave Kant qui nous donne une leçon de respect
avant de mourir.

Bien amicalement.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès