• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Shawford

sur Mourir debout


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Shawford Shawford 6 avril 2016 07:34

@alinea

eh oh là faut arrêter de fumer la moquette, la question que pose Gabriel recouvre avant tout des considérations pratiques, en clair faire face à sa souffrance, et quand on est placé devant on ne choisit donc pas, on subit... ou pas, point barre.

Et comme je vis en ce moment même cette problématique dans ma chair, je sais désormais de quoi on parle ici même.

Pour l’instant j’en suis juste à vomir mes tripes chaque jour à cause de la chimio et je saurai a priori fin mai si je suis en rémission ou pas.

S’il advenait que la chimio n’aura pas marché, il sera par contre contre hors de question que je refasse une autre série de ces traitements barbares (j’étais la semaine dernière avec un mec qui en est à son 7eme cycle toujours plus douloureux et aliénant et avec toujours moins de chances de s’en sortir), et ce alors qu’on m’a littéralement vendu la chimio et ses 100% de chances de s’en sortir, aujourd’hui je suis plus qu’à 85% et je vous parle donc même pas de mai prochain.

Alors c’est bien ici et maintenant en toute conscience et lucidité que je veux pouvoir penser à mon sort, définir comment procéder avec mes proches, car quand la souffrance sera trop forte ce sera finito et je gagnerai rien à l’affaire à être shooté et plus vraiment conscient.

@Gabriel
Très bel article et ce type de réflexion tombe malheureusement mais donc heureusement aussi pile poil pour moi.
Vous terminez par un très joli texte
Pour ma part ce que je réponds en premier à tous ceux ceux et celles avec qui je m’entretiens en ce moment dès qu’on a vient à la maladie et au manque de chance d’avoir ce cancer, c’est :
- soit on vit bien dans un univers soumis aux lois de l’entropie et du chaos et alors je serai mal venu d’en vouloir au hasard de m’avoir refilé cette maladie, et comme donc tout ça n’a pas de sens, ce sera pas plus mal de ne plus en être.
- soit c’est donc forcément le fruit du destin et il n’est qu’une voie possible, c’est de le vivre en essayant de voir à quoi renvoie cette épreuve.

PS : j’eus aimé écrire un article sur cette problématique mais bon vu comme la bande d’empaffés que vous êtes tous, les modérateurs, n’avez pas permis que celui que j’avais proposé en liaison avec la chimio passe, je m’en abstiendrai.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès