• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Alren

sur Les ROBOTS seront-ils l'avenir ou le tombeau de l'Humanité ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Alren Alren 28 octobre 2016 13:21

@SamAgora95

Un ingénieur serait incapable de vous dire comment le cerveau artificiel arrive à tel ou tel résultat.

Le cerveau (un bien grand mot) artificiel procède tout simplement par essais à l’aveugle et trie, pour l’avenir, entre succès et échecs. Cette méthode en fait est lourde et lente, même si les machines peuvent se communiquer collectivement leurs succès par internet.

Mais une programmation par les mots du langage informatique choisi qui donneraient à l’avance les bonnes solutions serait d’une trop grande complexité.
La programmation par langage informatique n’est pas très adaptée à la robotisation.
Si l’on veut programmer des automates dans une usine, plutôt que d’écrire un programme avec des mots, il me semble qu’il serait beaucoup plus rentable de téléguider la machine dans un premier temps, qu’elle enregistre les divers mouvements des moteurs mis en jeu pour le travail qu’on lui demande afin de reproduire ensuite le geste nécessaire.
Les différents mouvements seraient encapsulés dans la mémoire et pourraient être appelés ensuite par une programmation classique.

Une solution pourrait être l’observation des êtres humains (ou plutôt l’enregistrement de ce qu’ils font. Par exemple en ce qui concerne les véhicules autonomes enregistrer pendant des mois ce que font des milliers de conducteurs (respectant rigoureusement le code de la route !) et en le comparant à ce qui a été enregistré par les capteurs. la machine pourrait ensuite être facilement programmée pour tirer statistiquement des lignes directrices de comportement.
cette technique a été appliquée avec un certain succès pour la prévision météorologique. les ordinateurs ont comparé les mesures des appareils avec le temps qui a réellement régné.

D’une façon générale je suis étonné par le manque d’efficacité, de créativité des informaticiens.
Par exemple, ils ne voient pas que la lutte contre les hackers passe par l’impossibilité pour eux de donner des ordres aux machines qu’ils veulent contrôler (ce sera aussi le cas en beaucoup plus grave pour les robots, ordinateurs pouvant faire effectuer des mouvements aux dispositifs qu’ils contrôlent).
Alors qu’il suffirait que les ordres auxquels les machines doivent obéir soient codés de manière à ce que chacune d’elle n’accepte que des mots (informatiques) différents.
Un peu comme si actuellement toutes les portes avaient la même serrure et qu’à l’avenir chacune en possède une spécifique dont la clé ne serait possédée que par le programmeur légitime.
Alors il serait impossible de programmer collectivement les robots pour les détourner de leurs tâches.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès