• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > 1 essèmesse pour 2 : le SMS nuit-il à l’orthographe ?

1 essèmesse pour 2 : le SMS nuit-il à l’orthographe ?

À l’heure où des cabinets de recrutement trouvent des jeunes cadres de niveau Bac +5 malmenant comme des charretiers la langue de Victor Hugo, je trouve très curieux la façon dont les opérateurs facturent leur service de SMS. L’on sait qu’un sms leur revient à 1 centime d’euros (disent-ils). Eux qui engrangent des milliards d’euros de chiffres d’affaires, qui sont devenus les pétroliers du tuyau d’informations, les voilà qui mégotent sur des accents !

L’évolution intrinsèque d’une langue vivante peut quelquefois laisser perplexe l’amateur de Voltaire, de Cohen ou de Pagnol. Il y a toujours une limite au-delà de laquelle l’orthographe nuit gravement à la fluidité de la lecture, même pour un texte simple d’un contemporain. Les difficultés que pose la lecture de Gargantua dans l’écriture originale de Rabelais tiennent, elles, à la fois de la graphie des mots ainsi qu’à l’usage qui en est fait.
 
Mais la lecture d’un SMS devrait être plus aisée aujourd’hui que ces merveilles peu à peu oubliées de notre patrimoine linguistique. Elle peut se révéler quelquefois aussi déroutante qu’un bon vieux Villon. Je reçus un jour un énigmatique “sen dekoné !”. Sommes-nous revenus à la veille du XVI° siècle où l’on déplorait la “cacographie” ? Les efforts conjugués des lexicographes et des grammairiens depuis cette époque seraient-ils bientôt réduits à néant ?

Je m’applique toujours à respecter la langue française dans son orthographe, surtout par respect pour le lecteur, car je suis moi-même gêné de devoir lire quelquefois des manuscrits que des amis bienveillants m’envoient. Lorsque j’y trouve : “Quel honneur se fût pour moi...” ou encore “sept années c’était écoulée” au sein d’une phrase qui déjà peine à se développer, ma vigilance orthographique m’empêche de saisir le sens du texte. Un texte truffé de fautes exige de son lecteur qu’il mette en marche une sorte d’activité cérébrale supplémentaire, s’ensuit une peine à lire.
 
La langue est difficile en son orthographe, la chose est connue depuis qu’au XVI° siècle déjà un certain Robert Estienne s’employa dans son “dictionnaire francoislatin” à en réformer la notation.
Mais aujourd’hui, sans être un conservateur acharné d’une langue amenée de toute façon à s’enrichir des apports extérieurs ou à évoluer selon les usages du français tel qu’on le parle, selon le cours des sciences et techniques, des pensées, du cours de l’histoire, je trouve choquant qu’une disposition technique des opérateurs de téléphonie prime cet archéo-créole régressif.

En effet, j’apprends avec stupéfaction une sur-facturation de la part d’un opérateur de téléphonie mobile. On m’explique qu’un sms de plus de 160 caractères coûte le prix de deux messages. Je ne comprends alors pas pourquoi il m’a été facturé 52 sms lorsque j’ai envoyé le même message à 26 destinataires, comme suit :
 
“Chers amis, nous y fûmes, et tout le mérite a été le nôtre. Ah, se réveiller entre des nymphéas, même à Trouville... un rêve !” Ce message comprenait 153 caractères, espaces compris.
 
Mais la comptabilité particulière des opérateurs en décide autrement puisque, si les espaces comptent pour un seul caractère, les virgules, les points d’exclamations et les accents comptent pour deux caractères !

Grâce à ses accents, ou à cause d’eux, ce message est comptabilisé à 175 caractères. Supérieur à 160 caractères, il me coûte donc 24 centimes d’euros.

Si j’avais écrit (comme j’aurais dû) :
 
“Cherzami nouzy fum e tou le merite a ete lenotre Ah se reveiller entre dé n1phea, meme a trouville... 1 reve !”. Ce sms typique m’aurait coûté 12 centimes. Il est comptabilisé à 110 caractères.
 
J’aurais même pu être prolixe, continuer sur 50 caractères à massacrer l’orthographe pour le même prix ! Pas sûr que mon directeur artistique eût trouvé mon français si élégant !

Donc sur un même message, 65 caractères de différence selon que vous êtes respectueux de la langue ou que que vous ne le soyez pas. 45% moins d’espace pour qui écrivent en bon françois.
Dans mon cas, 52 messages à 12 centimes x 2 messages (dus au dépassement du plafond de 160 caractères) ça fait 6, 24 €, au lieu 3 € 12.

Vous avez dit “pouvoir d’achat” ? Vous avez dit “lutte contre l’illettrisme” ?

Les opérateurs ont beaucoup de clients parmi les jeunes de moins de 18 ans, encore en formation.
Cette comptabilité d’apothicaire désargenté revient à pénaliser ceux qui respectent la langue officielle. Je ne suis pas certain que cela encourage l’effort ni le goût du bien écrire (à défaut du bien parler) chez les plus jeunes qui sont de gros utilisateurs de messages.
 
Notre langue compte parmi les plus difficiles à bien écrire. Elle exige à un bon élève une dizaine d’années de fréquentation quotidienne et surtout d’attention avant d’être maîtrisée à peu près.
Le service de la Francophonie au Ministère de la Culture ne pourrait-il pas exiger un tarif unique du sms ? Ou cela serait-il trop demander aux opérateurs que de faire un geste pour la langue française ?

Documents joints à cet article

1 essèmesse pour 2 : le SMS nuit-il à l'orthographe ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • JoëlP JoëlP 10 juin 2009 09:59

    Amusant cet article plein d’exemples parlants. Je ne crois pas cependant que le prix des SMS soit la raison du volapuk utilisé par les djeunes. C’est un jeu pour eux, en plus du manque de maîtrise. Vous y fûtes, mais les djeunes comprendront que vous y fumâtes quelque herbe interdite appelée nymphéas. La Culture fout le camp !

    A quand une vrai simplification de l’orthographe ? Qui maitrise encore les règles d’accord du participe des verbes pronominaux ? A quoi bon garder des vacheries que si peu de gens sont capables d’écrire correctement ?


    • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 10 juin 2009 11:17

      « A quoi bon garder des vacheries que si peu de gens sont capables d’écrire correctement ? »

      Pour pouvoir exprimer des idées,des émotions,des fait avec une très grande précision.


    • JoëlP JoëlP 11 juin 2009 09:21

      Je ne vois pas bien en quoi ces accords bizarres permettent d’exprimer quoi que ce soit. C’est juste un truc de conservateurs et de nantis qui veulent garder leurs avantages chèrement acquis sur les bancs de l’école. Quelque part les complications inutiles que l’on a gardéés pour des raisons historiques sont aussi ridicules que le langage démantibulé des SMS.


    • John Lloyds John Lloyds 10 juin 2009 10:02

      Dans un système qui a juré allégeance au Dieu Rentabilité, où même l’usine à aligner des bacs, qu’on appelle « éducation » nationale, ne produit que du crétin moyen qui ne sait pas écrire une phrase sans faire 5 fautes, pourquoi s’étonner que la culture soit devenue un luxe, voire une anomalie vue comme une relique désuète ? Aujourd’hui, dans la culture sauvageonne urbaine, posséder un vocabulaire supérieur à 50 mots fait office de curiosité.

      ____________________________

      Alerte Info


      • Deneb Deneb 10 juin 2009 10:41

        John Lloyds : Aujourd’hui, dans la culture sauvageonne urbaine, posséder un vocabulaire supérieur à 50 mots fait office de curiosité.

        Elementary my dear Watson. Mais, savoir envoyer un SMS chez les plus de 45 ans fait également office de curiosité.


      • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 10 juin 2009 11:20

        « ..Aujourd’hui, dans la culture sauvageonne urbaine, posséder un vocabulaire supérieur à 50 mots fait office de curiosité. »

        Aujourd’hui ?? Je suis né et j’ai grandi dans un milieux ouvriers et je peut vous dire que ma passion pour la lecture était une curiosité,une difference.


      • finael finael 10 juin 2009 12:58

        @ deneb

        Je crois que vous tombez un peu vite dans les clichés : je suis plus près des 60 que des 50 ans, mais, comme nombre d’ami(e)s de mon âge, nous trouvons les SMS bien pratiques pour envoyer des messages sans déranger.

         La croix du cygne vous salue bien !


      • Deneb Deneb 10 juin 2009 13:25

        Finael, vous faites partie des exceptions. D’un autre coté, je connais des jeunes (mes enfants, par exemple) qui parlent plusiers langues et s’expriment de manière tout à fait acceptable. Question d’education.


      • Véronique Anger-de Friberg Véronique Anger-de Friberg 10 juin 2009 16:07

        Hum... 50 mots, c’est bien inférieur à la capacité de compréhension d’un chien vivant avec ses maîtres et un tant soit peu éduqué smiley


      • finael finael 10 juin 2009 16:47

        Je sais, je sais, je suis un être tout à fait exceptionnel smiley

        Mais blague à part, nombre de gens de ma génération, après quelque retard dû à l’expérience, se mettent de plus en plus aux nouvelles technologies : N’oubliez pas que nous en avons connu beaucoup des évolutions et des révolutions.

        Et, à mon humble avis, si les SMS sont si chers, c’est qu’ils permettent d’envoyer des messages en quelques secondes. Intolérable pour nos « chers » opérateurs !


      • plancherDesVaches 10 juin 2009 18:54

        Hhmm... John.
        Je retrouve votre exagération habituelle. 50 mots.... mais combien de français... ???

        Bon. Sinon : une bonne nouvelle :
        Les gosses perdront un peu moins de temps à taper leurs bêtises qui coûtent une fortune à leurs parents :
        http://www.lemonde.fr/economie/article/2009/06/10/la-crise-economique-pourrait-entrainer-une-augmentation-du-travail-des-enfants-selon-l-oit_1205298_3234.html#ens_id=1172969

        Comme quoi, cette crise financière n’a que du bon. Je l’ai toujours dit.


      • werther_original werther_original 14 juin 2009 10:39

        c’est exactement la même chose pour moi.
        L’argument n°1 est et était : profite de la vie au lieu de trop réfléchir.


      • gerlando gerlando 10 juin 2009 10:12

        Comme le dit JoëlP, ce n’est pas qu’une façon d’économiser du forfait SMS, c’est aussi un jeu, une façon d’aller plus vite (une sortie de langage « phonétique » qu’on utilise aussi sur MSN où l’espace n’est pas limité par le prix) et parfois même une sorte de nouvel argot.

        Je fais partie de la génération qui, adolescente, a eu en main les premiers portables. J’écrivais en SMS dans mes SMS, à la manière de ce qu’on peut lire dans le très méprisant exemple en pièce jointe de l’article (l’un ne manque peut-être pas d’orthographe mais l’autre manque très certainement de psychologie). Cela ne m’a pas empêché, à moi comme à une majorité de mes camarades, d’écrire correctement dans mes copies, articles, etc.

        Lier l’analphabétisme ou le crétinisme supposé de la jeunesse au langage SMS, c’est encore une fois un très gros raccourci... Celà dit, je comprends que les plus de trente ans, qui n’ont pas vécu ce phénomène de l’intérieur, percoivent la chose avec détresse....


        • Manshivas Manshivas 10 juin 2009 13:01

          Hop hop hop le jeunot....

          Me permet tu de te reprendre, j’ai 35 balais, et je fait partie de la génération qui a inventé le SMS (à l’époque des forfait ola et ses énormes portables)....
          Les trentenaires connaissent parfaitement le monde du portable et ses SMS, pour cause, nous y sommes les pionners.

          A cette époque nos téléphones avaient rarement des écrans de plus de 2 lignes, avec une qualité très basse, la rapiditée de frappe n’était pas exélentes sur les claviers....


          PS : Désolé pour mes fautes, mais je suis nul en orthographe, et la je suis au boulot sans mon Firefox préféré avec correcteur....


        • gerlando gerlando 10 juin 2009 15:26

          Que de familiarité.

          Je n’ai jamais dit que les trentenaires n’avaient pas connu l’ère pionnière du portable, j’ai dit qu’ils ne l’avaient pas connue en tant qu’adolescents. En 1998, quand les portables ont atteint un taux de pénétration significatif en France, les trentenaires actuels avaient alors entre 19 et 28 ans.


        • werther_original werther_original 14 juin 2009 10:41

          Gerlando,

          Je suis professeur à domicile à mes heures perdues.

          Je peux vous assurer que les mêmes contractions phonétiques se retrouvent dans une copie de philosophie que dans un SMS.


        • Deneb Deneb 10 juin 2009 10:16

          Les opérateurs télécom sont les plus grand brasseurs du vent de l’Histoire.

          Cela dit, les langues sont des entités vivante. Elles sont, de ce fait soumise aux règles darwiniennes.Ni grammaire, ni vocabulaire ne sont pertinents à long terme. Ces règles sont la pour notre gouverne, elses sont autant d’outil pour s’exprimer de façon que ceux, auquels est déstiné le message, le comprennent. Mais elles ne sont pas l’évangile. Les jeunes ont toujours eu tendance à inventer un code (comme le verlan, par ex.) qui leur donnait d’autant plus de liberté d’expression, qu’il était incompréhensible pour les oreilles non-désirés. Que cette tendance naturelle se soit adaptée aux nouvelle technologies, c’est tout à fait logique. Alors, si vous êtes doué pour les langues, amusez-vous à l’apprendre, ce « novlang », vous verrez qu’il existe des règles, du vocabulaire spécifique. En l’apprenant, vous arriverez peut-être à raccourcir vos SMS qui ne seront pas seulement moins chers, mais aussi plus rapides à écrire.

          Et n’ayez pas peur pour la belle langue de Molière : la seule chose qui peut la tuer, c’est que l’on en fige trop les règles - c’est ce que l’on fait avec les langues mortes, non ?


          • Flo Flo 10 juin 2009 11:29

            Tout à fait exact : voir les précieuses, dont la volonté de figer la langue sous la forme affectée qu’elles jugeaient seule « correcte » a bien failli condamner le français à n’être qu’une langue « d’élite »... donc une langue morte.

            Note : il y avait aussi des « précieux », mais le fait que Molière ait mis des femmes en scène, dans la pièce destinée à décrédibiliser ce mouvement, a durablement marqué l’imaginaire.


          • Flo Flo 10 juin 2009 11:32

            Ah l’article de Wikipédia que je propose en lien ci-dessus est trop court et ne fait pas état de l’aspect néfaste de l’influence de la préciosité sur la langue française. Hors sujet donc.
            Je cherche des documents plus pertinents et je reviens, désolé...


          • Cascabel Cascabel 14 juin 2009 04:14

            Flo

            N’importe quoi. Les précieuses ont été attaquées pour parler une langue excentrique inventé par elles.


          • Cascabel Cascabel 14 juin 2009 04:22

            @ Deneb

            Bonjour la démagogie.

            La plupart des jeunes parlent une langue vraiment pauvre et leur inventivité reste faible. Ceux qui maitrisent bien les langues étrangères sont peu nombreux, la plupart du temps ils baragouinent un anglais exécrable.


          • Rounga roungalashinga 10 juin 2009 10:19

            J n compren pa l interé 2 lartikl ou é l problem 6 on ariv a ce comprendr en fonetik ? vs ete 1 réaksionèr voila tou lekritur sms é la lang 2 lavenir il fo laksepté


            • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 10 juin 2009 18:06

              Comme disait le regretté (pas par moi) François Mitterand :

              « Je crois aux morses de l’esprit, et je ne les quitterais pas ! ».

              Typhon


            • Yann 10 juin 2009 10:25

              Mouais roungalashinga, vit fè kan mm. L’écriture SMS reste bien pratique dans un soucis d’économie.
              Je suis d’accord, cela tue la langue. Mais après je ne vois pas où est la responsabilité des opérateurs. Il propose un service, à nous de l’utiliser à notre guise, correctement ou pas. Je ne pense pas que cela changera les habitudes.


              • Deneb Deneb 10 juin 2009 11:37

                La responsabilité de l’opérateur c’est qu’ils te comptent 12 centimes pour un truc qui leur revient à 1 centime, et qui pourrait leur revenir à 0,1 centime s’ils s’y prendraient mieux.


              • Yann 10 juin 2009 10:27

                « Ils proposent ». Excuser moi ! ;)


                • Cascabel Cascabel 14 juin 2009 04:25

                  « ExcuseZ-moi »

                   smiley


                • morice morice 10 juin 2009 10:36

                  Excellent !!! plus on utilise autre chose que l’anglo-saxon (dénué de caractères dit diacritiques) plus c’est cher : c’est bien Orange qui verse langue de Shakespeare. Ça donne aussi des trucs assez croguignolets : pour lancer leur système de « push-mail » (joli barbarisme !) ils l’avaient appelé Blackberry, car chez eux il doit y avoir un décideur fan du bidule. Résultat, avec d’autres smartphones, il fallait chercher leur service portant le nom de la concurrence pour que ça marche ; RIM aurait pu les attaquer... chez Orange, on se contrefout de tout : dans la première version de leur mise à jour de site webmail (pas de traduction disponible !) rien n’était compatible Mac. Vive Microsoft chez eux ! Autre gag : ils se sont amusés ces derniers temps à changer les adresses de leur services SMTP car ils étaient hackés jusqu’au trognon.. vive Microsoft bis, mais sans en avertir leur clientèle, qui, du jour au lendemain pouvaient recevoir mais pas envoyer de courrier.. Bref, des nazes. Ils utilisent toujours « tchat » dans leurs messages car en France il est vrai on n’a toujours pas pris de décision sur sa francisation... une commission qui ne sert à rien (autres nazes) n’a rien réussi à proposer, alors que nos amis du Québec ont depuis longtemps claviarder...


                  • Yannick Harrel Yannick Harrel 10 juin 2009 14:06

                    Bonjour,

                    Tout juste Morice. Chez nous c’est même pas le minimum d’effort fourni, c’est zéro effort fourni !

                    J’ai bataillé pour imposer le terme de mél et courriel autour de moi, et je puis vous assurer que ça n’a pas été bataille facile (et qui n’est même pas gagnée par ailleurs puisque c’est une lutte permanente). De plus, je fais (trop) souvent l’amer constat que ceux qui adoptent et utilisent l’Américain de façon enjouée sont ceux qui sont le moins capable de pouvoir construire une discussion même basique dans cet idiome.

                    Cordialement


                  • Flo Flo 10 juin 2009 14:55

                    @ M. Harrel : ce dernier point est très juste. Les personnes qui ne peuvent pas construire deux phrases sans y fourrer un anglicisme quelconque sont généralement incapables d’exprimer quoi que ce soit dans la langue de Shakespeare. Il faudrait analyser ce phénomène... un article peut-être ?


                  • Yannick Harrel Yannick Harrel 10 juin 2009 15:26

                    @Flo

                    Yes, we can !  smiley


                  • pendragon 10 juin 2009 10:40

                    L’auteur pense forcément qu’avant c’était mieux, parce qu’il était jeune et et qu’il est désormais vieux. MDR !

                    C’est pas la peine de faire ch... les jeunes pour si peu. Il te reste la télé et « les chiffres et les lettres » ou « Question pour un champion ». MDR !


                    • Flo Flo 10 juin 2009 10:50

                      @Yann : justement, le problème est là : le système adopté par les opérateurs tend à pénaliser l’emploi d’un français correct, ce qui est anormal.
                      L’une des causes de ce problème est qu’ils utilisent des systèmes d’exploitation francisés à la hâte et à la truelle (comme Symbian OS), par incompétence dans la majorité des cas.
                      Les caractères « internationaux » (comprendre anglo-saxons) sont en ASCII et le reste en Unicode sauvagement greffé par dessus, d’où le fait que les accents « comptent double ». C’est aussi le cas du symbole euro, par exemple.
                      Il est en train de se produire avec les portables ce qui s’est passé avec les PC : le système d’exploitation imposé à un grand public qui ne comprend pas bien les enjeux de la question est médiocrissime et il sera extrêmement pénible de s’en débarrasser.
                      A signaler, l’évolution rapide des versions de linux destinées aux téléphones, tout à fait utilisables à l’heure actuelle et bientôt adaptées à être mises entre les mains du grand public.


                      • Rounga roungalashinga 10 juin 2009 10:50

                        Je pense que l’écriture sms devrait être rendue obligatoire partout. Attendez, j’explique : l’autre jour, j’étais à la bibliothèque, je cherchais des livres grâce à l’outil informatique mis à ma disposition. Je tape « R1bo », aucune réponse ; « bomarché » rien ; « st1dal », toujours rien ; « nitch » non plus. Il n’y a que Zola que j’ai trouvé tout de suite, et j’ai failli louper Balzak. C’est là que je me suis rendu compte que si la bibliothèque avait opté pour la modernité du langage sms, au lieu de s’accrocher inutilement aux dogmes démodés de l’orthographe, j’aurais pu trouver mes livres tout de suite.


                        • morice morice 14 juin 2009 12:48

                          très amusant et très bien vu : si on veut que les gamins accèdent, penchons-nous en effet sur comment le faire !! c’est excellent comme remarque, excellent !!!


                          degol, volter, napo, rouso, didero, ouh là plein de trucs à faire !!!!

                        • chria chria 10 juin 2009 10:57

                          Il n’empêche qu’à la fac le nombre de fautes d’orthographe a explosé depuis 10 ans, on peut se retrouver avec des bac+2 qui ne mettent même pas de verbe dans les phrases (si si !) et où la lecture est presque impossible tellement les mots sont triturés. Je ne sais pas si c’est à cause des sms (j’en doute), mais le sms cache sûrement le vrai problème, c’est-à-dire l’éducation en amont


                          • Menouar ben Yahya 10 juin 2009 10:58

                            Avec un respect sricte des régles grammaticales, adieu Queneau, adieu Céline, adieu Villon... qui lui employa l’argot, sacrilége ! Iconoclaste pour l’époque. Imaginez que tous le monde puissent écrirent comme bon lui semble sans souci de régles grammaticales, nous n’aurions plus le même rapport, nous serions tous sur un pied d’égalité. La maitrise de ces régles est censée nous montrer un certains degré de culture et un certains niveau d’étude chez la personne qui ne commet aucune erreur d’ortographe, (et je oui je ne dis pas faute d’ortographe mais erreur). Si nous vivions dans un monde comme ça, nous nous intérésserions à ce que dit la personne, à la pertinence ou non de ses propos et non pas à l’ortographe qu’elle emploie pour exprimer sa pensée.


                            • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 10 juin 2009 18:16

                              Avec un respect sricte des régles grammaticales, adieu Queneau, adieu Céline, adieu Villon...

                              Non. Tout les trois avaient plus de lettre que tout les français actuellement agés de moins de quarante ans. Quand on connait bien une règle, on peut se permettre de l’enfreindre. C’est ce qu’à fait Rimbaud, qui après un cursus secondaire exemplaire dont la teneur ne se trouve probablement plus qu’en Khâgne, est devenu le poète que l’on connait, affranchi de toutes règles.

                              qui lui employa l’argot, sacrilége ! Iconoclaste pour l’époque.

                              Non, et vous ne savez probablement même pas ce qu’est un iconoclaste.

                              Imaginez que tous le monde puissent écrirent,

                              ...Sans faire de fautes de conjugaisons aussi moches ? Ce serait bien.

                              comme bon lui semble sans souci de régles grammaticales, nous n’aurions plus le même rapport, nous serions tous sur un pied d’égalité.
                               La maitrise de ces régles est censée nous montrer un certains degré de culture et un certains niveau d’étude chez la personne qui ne commet aucune erreur d’ortographe, (et je oui je ne dis pas faute d’ortographe mais erreur).
                              Si nous vivions dans un monde comme ça, nous nous intérésserions à ce que dit la personne, à la pertinence ou non de ses propos et non pas à l’ortographe qu’elle emploie pour exprimer sa pensée.

                              Si nous vivions dans un monde sans règles de grammaire ni d’orthographe, il n’y aurait pas de pensée.
                              Sans conventions de fonctionnement, un système est réduit au hasard. De même que l’on peut tirer du sens d’une suite de un et de zéro ordonnés selon un protocole arbitraire, mais pas d’une suite tirée au hasard, de même ce sont les conventions grammaticales qui font que le langage est plus qu’une suite de borborygmes.

                              Typhon


                            • Arunah Arunah 10 juin 2009 22:55

                              @ Menouar ben Yahya

                              Argumentation grotesque ! Pour vous égalité = paresse !
                              Si chacun adoptait une orthographe personnelle la compréhension en serait lourdement entravée. L’apologie de la paresse, de l’incurie et du laissez aller est une attitude suicidaire qui ne peut que mener à un appauvrissement de la pensée, voire à sa disparition. Belle perspective !


                            • Menouar ben Yahya 11 juin 2009 20:35

                              Il est probable que dans un monde comme ça, il n’y aurait , non pas plus de régles mais d’autres régles...l’homme est comme ça il lui faut des régles, il inventerait un autre carcan un peu moins rigide que celui d’aujourd’hui et puis tient si on rajoutait au petit Robert , au Larousse, un langage SMS comme s’il s’agissait de synonymes, ça serait un enrichissement pour le vocabulaire non ! Ceux qui sacralisent le vocabulaire sont souvent ceux qui s’en servent comme un outil de domination, alors que c’est un outil de communication...appauvrissement de la pensée, mort de la pensée que ne faut il pas lire, je ne partage pas cette sacralité de la pensée non plus car je crois que l’homme est plus pensée que pensant. Je connais des illétrés, l’école ils ne connaissent pas, il y a une sagesse en eux que je trouve rarement ici, les SMS ils ne savent pas ce que c’est, n’ont-ils aucune pensée,sont t’ils pour autand des crêtins, je ne le crois pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires