• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > 1988 : Adios Pinochet ! 2013 : Oui à « NO » ! (le film)

1988 : Adios Pinochet ! 2013 : Oui à « NO » ! (le film)

Tout est toujours possible. Il faut juste y croire très fort. En 1988, le Chili met Augusto Pinochet à la porte de son palais présidentiel grâce à un référendum organisé sous la pression internationale. Le dictateur n’en revient pas de s’être fait renverser par la campagne du « No ». Le peuple chilien lui a opposé une idée toute simple : sa joie.

C’est la montée progressive de cette joie qu’a retranscrit le cinéaste chilien Pablo Larrain en s’inspirant de la pièce d’Antonio Skàrmeta. Une joie à laquelle les chiliens avaient renoncé au profit de d’un confort d’opérette offert par le tyran à ceux qui savaient se taire et marcher droit. La retrouver a sorti de façon surprenante le dictateur de l’équation et le Chili d’une horreur si quotidienne qu’elle en était devenue presque acceptée. En se voilant, faute de mieux, la face.

L’étonnante victoire du peuple chilien en 1988 peut nous ramener à une question majeure et actuelle : Au-delà de « l’indignation », fort sympathique mais jusqu’ici limitée en efficacité, à quoi donc faudrait-il faire rêver aujourd’hui le monde pour qu’il entame un nécessaire tour sur lui-même : une Révolution ?

Reste qu’à l’époque un rêve a déplacé plus que des montagnes : la cordillère des Andes. Pendant trois semaines, et pour la première fois depuis le coup d’Etat du 11 septembre 1973 qui avait destitué Salvator Allende, l’opposition avait pu s’exprimer à la télévision, un quart d’heure par jour. Une aubaine.

 

COCA COLA

Mais rien ne semble évident, alors. Il faut dire, et faire dire, non à Pinochet mais comment ? Parler des escadrons de la mort, activer la peur encore et encore. Pas sûr. Les partisans du Non font appel à un jeune publicitaire plein d’avenir, tiraillé entre sa carrière et un engagement politique aiguillonné par celui de sa femme en lutte qui l’a laissé seul avec leur fils.

Ce dernier, René Saavedra (Gael Garcia Bernal remarqué dans Carnets de voyage pour son interprétation d’un Ernesto Guevara chrysalide du Che) incarne les derniers doutes qui habite le Chili face à la junte militaire.

Le jeune homme va déconcerter ses companeros, autant que le régime en place et ses conseillers en communication politique, en imposant une campagne « think positive » issue en droite ligne de celle de Coca Cola.

Les années quatre vingt étaient riches en jeunesses pleines de santé crevant l’écran avec des sourires larges comme des parapluies façon « we are the world ». A l’insu de son propre patron partisan du « Si », l’inspiré créatif les utilise et n’est alors pas loin de faire rêver le Chili torturé aux idéaux US. Banco ! Le résultat nous est désormais connu.

Pablo Larrain a donné un ton de vérité à ses images en utilisant des caméras d’époque. Ce qui fond les images d’archives, omni présentes, dans la trame de No. Déroutant mais efficace.

No est un bon slogan, d’ailleurs ! Percutant et plein de sens. Appuyé par un joli arc en ciel quelques années avant celui qui s’est déployé en Afrique du Sud. 

Allez ! Creusons nous la tête et parlons en à nos copains grecs, espagnols ou portugais …


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 14 mars 2013 10:35

    pour ne jamais oublier : 11 SEPTEMBRE 1973


    • La mouche du coche La mouche du coche 14 mars 2013 11:51

      Ce film m’a l’air d’un bon gros film de propagande americaine où les méchants sont bien sûr les chiliens et grace à la gentille Amérique, le pays est sorti de la dictature pour vivre dans le bonheur de l’ultra - libéralisme américain. Qui croît encore à ces sornettes ?


    • La mouche du coche La mouche du coche 14 mars 2013 12:34

      Et ça ne vous inquiète pas de penser tous comme Tf1 vous dit de penser ? smiley


    • La mouche du coche La mouche du coche 14 mars 2013 17:11

      Moi non plus. Et j’en profite pour penser différemment. Vous pourriez faire de même. smiley


    • Detoxinfo.fr Detoxinfo.fr 14 mars 2013 10:43

      Il y a des dates comme ça ....


      • MARMOR 14 mars 2013 17:53

        11 septembre 1973, Allende se « suicide » et Pinochet prend le pouvoir avec l’aide d’un certain Kissinger à qui on a remis le prix nobel de la paix !!!


        • ZEN ZEN 14 mars 2013 18:30

          Je ne sais si j’irai voir ce film, mais je revois toujours avec autant d’émotion celui-là, qui démonte assez bien le jeu US dans les événements, avoué par Kissinger lui-même sur le tard.


          • Guilhaume 14 mars 2013 22:47

            J’ai vu ce film, et je dois dire que je n’est pas réussi à cerner le message qu’il veut faire passer. Ce qui me fait poser des questions c’est le discours que tient le personnage principal (et aussi son supérieur dans son boulot) dans la première scène, dans la scène centrale, et dans la dernière scène...
            Je reste sceptique quant au message délivré...


            • COLRE COLRE 15 mars 2013 10:26

              Je suis curieuse de voir ce film et s’il est fidèle à mon souvenir. J’étais au Chili, à l’époque du référendum, et je me souviens à quel point le « No » se nichait partout, au 2ème, au 3ème degré, avec des saynètes à la télé, dans les médias, entre les gens. 

              Je me souviens d’une libération joyeuse de la parole et du rire dans une ambiance politique toujours terrorisante du vieux tortionnaire et de sa clique. Dans un pays paralysé, figé dans la résignation de ne pas pouvoir se débarrasser d’eux avant la mort de Pinochet, soudain l’espoir et la joie renaissaient.

              Ce principe de com a agi comme une libération chez le peuple qui a retrouvé la force de dire « NO ».


              • Jules Jules 22 mars 2013 19:51

                Je trouve ce film relativement mauvais ; le sujet traité est digne d’intérêt mais ne décolle malheureusement jamais, de la manière dont il est exploité ici.


                On reste dans une mollesse documentaire empreinte de bons sentiments, dommage car je trouvais l’idée de raconter cette subversion et inversement du Non en Oui, très intéressante.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès