• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « 28 semaines plus tard » : un cinéma... mis en quarantaine (...)

« 28 semaines plus tard » : un cinéma... mis en quarantaine ?!

J’ai vu 28 semaines plus tard, ditribué par la Twentieth Century Fox, j’ai beaucoup aimé. Je me pose deux questions : Juan Carlos (Fresnadillo) est-il le nouveau roi... hollywoodien ? Et son 28 semaines plus tard, avec ses allures de jeu vidéo à la Resident Evil, est-il un exemple de cinéma "mis en quarantaine" ?!

28 semaines plus tard, ça ressemble à un jeu vidéo, mais c’est nettement plus réussi qu’un Silent Hill par exemple, d’autant plus que la fuite en avant frénétique du film trouve vite ses mots d’ordre, ses injonctions, la chercheuse scientifique casse-cou et sexy (Scarlet, qui finira bouffée) le dit, il y a 3 étapes : 1) éliminer les contaminés ; 2) le confinement ; 3) l’extermination totale (alerte maximale, le code rouge est enclenché). Et voilà donc le cahier des charges de ce film qui, sur fond de chasse à l’homme et de course-poursuite (façon slasher) pour sauver sa peau face à des monstres sanguinaires, sans en avoir l’air et sans grosse prétention non plus, distille la peur, soit de manière brut de décoffrage - il y a des scènes jouissives, à la lunette infrarouge (guidant à un moment une jeune fille, Tammy, et son petit frère, Andy, petit mais ô combien vaillant !) qui transforme bientôt le parcours de ces combattants de l’ombre, de ces survivants, de cette armée des ombres (un sniper dit d’ailleurs à ses "ouailles" de le suivre comme son ombre) en train fantôme, le film finit d’ailleurs dans les couloirs du métro, noirs comme l’enfer -, puis d’autres séquences viennent épouser avec brio l’ultra-rapidité des assaillants, en ce sens, la scène d’exposition est remarquable, tout se passe très vite, on dirait la séquence finale du clip Thriller, mais défilant, cette fois-ci, de manière hyper accélérée, quasi sur un mode hystérique, et pourtant la topographie du lieu est respectée, hautement lisible, et, en tant que spectateur, on suit ces pérégrinations dans l’effroi et dans l’excitation de ce qui va bien pouvoir se passer, nous invitant à un voyage au bout de la peur.

Le film est violent, très violent. En ce moment, pour être franc, j’en ai ras la casquette des montages cut téléfilmesques, de type MTV ou de la plupart des séries américaines à la téloche, puis là, ça fait vraiment plaisir, on a un réa espagnol, Juan Carlos Fresnadillo, cinéaste géographe-topographe-urbaniste, qui sait cadrer, qui sait filmer la ville de Londres, jusque dans ses abstractions (des plans panoramiques en plongée, en survol, jouent bien avec l’architectonique high-tech des lieux, tracés au cordeau, notamment avec le tracé des lignes de chemins de fer, des rues et de la ballistique), et qui sait alterner une vitesse sidérante avec un tempo qui se ralentit, pour laisser vivre et quelque peu respirer ses personnages, avant l’assaut final. Romero n’est jamais très loin, John Carpenter non plus. La BO, bien ancrée dans les lignes de basse, est prenante, en harmonie avec les bouches d’ombre de l’image et, par moment, celle-ci devient soudainement surexposée, son effet "fromage blanc" vient manger tel ou tel personnage, oscillant entre l’ombre et la lumière, la mort imminente et l’instinct de survie. Une séquence est vraiment réussie, c’est lorsque l’acteur de The Full Monty, Robert Carlyle (Don) donc (!), en mort-vivant déchaîné et assoiffé de chair fraîche, pénètre dans l’espace claustrophobique, soi-disant de sécurité, ou résident les non-contaminés, il y a alors des effets stroboscopiques qui participent de l’ultra-tension de la séquence, c’est une vraie boucherie là-dedans, cette scène est vraiment flippante, on distingue plus qu’on ne voit dans ce sous-sol sans issue (ce film ne cesse de filmer des tunnels sans fin) et Dieu sait si la suggestion au cinéma, voire chez Jacques Tourneur et autres, est diablement plus efficace qu’une monstration trop tape-à-l’oeil.

Et le film, dans son ensemble, est flippant, ce réa sait filmer la peur et la faire naître chez son spectateur. Je craignais le pire quand j’ai vu l’affiche française, compo et typo d’une banalité confondante, et pourtant le film, 28 semaines plus tard, vaut nettement mieux que ça, il va au-delà du tout-venant audiovisuel. Son réa a une vraie maîtrise du langage cinématographique (sens du filmage, maîtrise notamment dans la lumière générant une angoisse insidieuse et imparable - le film finit d’ailleurs dans le noir complet -, et dans des mouvements de caméra au millimètre qui épousent parfaitement le côté confiné du film, on est bel et bien ici dans un espace clos, une ville dévastée en état de siège, et il va bien falloir trouver une sortie de secours, un sentier libérateur pour se tirer de ce bourbier infernal). Alors c’est pas l’objet filmique du siècle non plus (la décapitation de zombies à l’hélico est d’un goût douteux, et le rouge sang sur les hautes herbes sent la sauce ketchup de série Z et le traitement numérique à plein nez !), on a déjà vu ça aussi, tout ce côté film d’horreur old school, mais sur fond de déferlement de violence extrême, on peut penser à d’autres films anglais horrifiques comme Creep, The Descent ou encore 28 jours plus tard. Certes, 28 semaines plus tard a un parfum de déjà-vu.

On a encore des trucs en filigrane qui, limites tarte à la crème, se veulent quelque peu politiques, sociétaux, comme si l’on voulait tirer ce film vers le documentaire in situ. De toute évidence, le rejet des non-contaminés à l’égard des contaminés chargés à bloc joue bien avec la peur de l’autre, celle de l’étranger, du réfugié ou du malade, c’est ici une sorte de méga virus Ebola gonflé à l’EPO qui s’abat sur Londres six mois après l’épidémie qui avait ravagé la Grande-Bretagne dans le n° 1 signé Danny Boyle, des plans font aussi penser aux événements d’hier et/ou d’aujourd’hui. Au début, la caméra de Juan Carlos Fresnadillo s’attarde sur un avion qui semble, effet d’optique dû au cadrage, s’abattre sur un gratte-ciel, Londres prend alors l’allure d’une ville menacée à l’instar de New York et de son World Trade Center, puis l’escouade de quelques survivants (les héros du film) menée par un sniper façon Full Metal Jacket de Kubrick, se profilant dans les angles morts d’une ville nocturne dirigée par l’armée américaine et quadrillée par des snipers guettant et éliminant tout ce qui passe, aussi bien des hordes de mort-vivants enragés que des habitants sains de corps et d’esprit, fait automatiquement penser aux guerres d’aujourdhui, celles d’Irak notamment, basées sur l’infiltration, l’ennemi intime et la frappe chirurgicale d’ "experts", à la réussite plus ou moins discutable.

Malgré ces quelques topoï, 28 semaines plus tard ne me semble pas signé par un tâcheron tous azimuts, j’ai l’impression que ce Juan Carlos (Fresnadillo), sans être non plus le Kubrick de l’épouvante, est bel et bien le... nouveau roi d’Espagne, en route pour Hollywood ! Bon, OK, j’en rajoute (!), mais ce film m’a agréablement surpris. J’y allais pour le descendre ensuite et, non, raté, 28 semaines plus tard, c’est nettement au-dessus du Danny Boyle, ici, simple producteur de cette suite - son 28 jours plus tard, inaugurant la série (le 3e, si l’on en croit la fin, se passera à Paris !) étant beaucoup plus plan-plan malgré quelques bonnes scènes, notamment celle de la goutte fatale. Ouais, cet opus n° 2, c’est un curieux mix entre le jeu vidéo et le film de cinéma qui vaut largement le détour, et c’est son aspect hybride qui le rend sympatoche au final. Il ne s’agit pas d’un décalque plat d’un video game façon Doom par exemple. Ce qui fait la force de ce film-train fantôme (il y a d’ailleurs un beau moment suspendu dans une fête foraine désertée, laissée à l’abandon), c’est que Fresnadillo réussit la gageure d’intégrer dans son objet filmique une narration inspirée et « travaillée » par les jeux - à savoir que, dans cette ville maudite de zombies fanatiques, on avance par paliers, par glissements progressifs, par collages et par flashs. En fait, j’aime 28 semaines plus tard pour son « impureté ». Est-on devant un film de cinéma à part entière ? Est-on plutôt dans un cinéma mis en quarantaine et davantage, donc, dans un jeu vidéo du style Abu Ghraib movie (surenchère de violences, de gorno*, façon Saw ou Hostel) ? C’est ce trouble même, ce flottement permanent entre cinoche et jeu qui fait l’intérêt de 28 semaines plus tard, on a un mode de narration ludique et contemporain qui vient puiser sa source dans le jeu vidéo. En ce sens, ce réa a réussi son "pari", son film, loin d’être game over, a de grandes chances d’attirer tout aussi bien les aficionados de jeux vidéo que les amateurs d’expérience cinématographique inédite. Play it again ? Au fait, sur AgoraVox, qui l’a vu ?

* C’est la critique américaine qui a inventé ce terme, gorno : contraction de gore et de porno.


Moyenne des avis sur cet article :  3.98/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • alberto alberto 3 octobre 2007 10:46

    Bravo : ça donne envie ! Mais pourquoi cette bouderie des critiques « officielles » ?

    Bien à vous.


    • Johnbob 3 octobre 2007 16:06

      Ce film m’a également très agréablement surpris ! J’adore smiley L’article est très bon.

      La première scène est époustouflante smiley La musique et le cadrage sont excellents lorsque Carlyle court à en perdre haleine dans les champs poursuivi par des hordes de zombie.

      A noter aussi qu’à l’instar de l’épisode 1, ce film nous montre des zombies très rapides et très athlétiques, ce qui nous change des autres films du genre.


      • Vincent Delaury Vincent Delaury 3 octobre 2007 16:21

        « L’article est très bon »(Johnbob). Merci !


        • Vincent 3 octobre 2007 17:46

          J’ai vu le premier, 28 jours plus tard,

          suite à votre article je crois que je vais aller voir le second.

          Poue le troisème j’attendrai de lire votre crituqe avant d’y aller. Au fait ce sera : 28 mois plus tard ?


          • jamesdu75 jamesdu75 5 octobre 2007 01:13

            Que dire aprés avoir lus cette article.

            Faut arrêter de ne voir les films que par un bout de la lorgnette.

            @ l’auteur desolé d’être aussi incisi mais. Savez vous de quoi vous parlez ? Avez vous vus le 1er opus.

            Pour vous repondre personnelement j’ai vus les deux.

            Que dire du second.

            D’une il n’y a aucune ingeniosité comme apus le faire Danny Boyle en 2003. Le réalisateur n’a fait tout simplement que suivre un script dicté par un producteur sans imagination.

            2 - La plus part des sequence que vous decrivez sont tout simplement expliqué dans le 1er opus. La sequence ou les gens sont parqués et se font contaminé est tout simplement la mm explication que faisait un protagoniste du premier opus avec la scéne de la gare.

            Le coup du gamin qui est insensible comme sa mere a la morsure c’est du grand n’importe quoi. Pour infos dans quelques semaines verrais un 4eme remake de body snatchers et etrangement un gamin a une degenerecence qui fait qu’il ne sera jamais contaminé.

            Fox oblige il faut faire des explision alors on rase Londres en carton pate car avouez le les effets sepciaux sont raté. La ou Dany boyle s’est cassé le c** a tourner a 5 h00 du mat pour avoir un Londres vidé de ces habitants (j’était prêt a pleurer en voyant Picadilly Circus). Ici on tourne en studio Americain je precise. On met des explosions et image de synthése sinon le temps de cerveau disponible n’est pas content.

            On ajoute une pseudo histoire de famile pour le côté « hugs ».

            La réalisation est totalement sous cafiene avec des caméras qui font du n’importe quoi. Encore une fois la ou Boyle avait donné un excellent rythme avec une camera epaule. ici c’est un montage epilleptique a la MTv, mm ce bourrin de Bay n’en ferait pas autant.

            J’oublais bien l’armée americaines qui s’excuse dans ses films des atrocités qu’elle commet. Massacre de population, napalm intensif, stupidité de rigueur. Et bien sur le gentil GI qui se fait tué pour la bonne cause.

            Desolé, je ne casse pas votre article mais je critique fortement ce film. Avec j’oubliais une fin qui donne forcement la porte ouverte a un 3eme opus, faut bien rentabilisé.


            • Vilain petit canard Vilain petit canard 5 octobre 2007 09:24

              Moi aussi j’ai vu les deux... bof.

              Celui-ci on dirait un clip dopé aux prises de vue « choc », c’est sûr la photo est pas mal, il y a des idées, mais au niveau filmique d’une grosse pub. Le premier était à mon avis pas terrible, mais les acteurs avaient plus d’opportunités pour jouer, là, ils ont à peine le temps de grimacer entre deux effets de lumière.

              J’aime bien les films horribles, mais là franchement, je me suis copieusement emm...é.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès