• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > 300, ou comment déformer l’Histoire

300, ou comment déformer l’Histoire

Je suis allé voir ce soir le film « 300 ». Dans un climat de tensions internationales avec l’Iran, il m’avait semblé intéressant d’aller voir un film décrivant la bataille de Salamaine entre Léonidas et Xerxès. Quelle déception !

300. On ne peut qu’admirer la signature de l’ambiance glauque du créateur de Sin City. Les effets visuels, le jeu des ombrages, cette quasi permanente ambiance morbide qui sous-tend le film.

Mais si l’on s’intéresse un instant aux faits historiques, à l’histoire vraie censée être contée par ce film, quelle pitoyable mise en scène macabre.

Le contexte. Vers 480 av J.-C., Xerxès, fils de l’empereur perse Darius Ier (qui règna sur vingt-trois nations, de l’Indus à l’Ukraine et de la Russie au Soudan, soit le plus grand empire connu), tente de reprendre les terres grecques gagnées puis perdues par son père et de les intégrer au système fédéral imaginé par ce même père. Zoroastrien convaincu (donc monothéïste ou presque), il a pour cela le soutien d’une vaste armée, dirigée par des officiers, organisée en bataillons structurés, en uniforme et disciplinés. Il possède également l’appui des "10 000 immortels" décrits ainsi par Hérodote (grec) : "Ces soldats, au nombre de dix mille étaient les meilleurs guerriers de l’empire. Chaque fois que l’un d’entre eux tombait au combat, un autre venait le remplacer, si bien qu’aux yeux de l’ennemi, il n’étaient jamais ni plus ni moins de dix mille".

De l’autre côté, les Spartiates, barbares aux coutumes guerrières et incestueuses, qui offraient à leurs dieux païens des sacrifices de vierges et d’enfants, redoutés et détestés des Athéniens plus civilisés.

Lorsque Xerxès entreprend de reprendre ces petites cités isolées et ennemies les unes des autres, il s’attend à une victoire facile. Mais la mauvaise saison, le trop grand nombre de vaisseaux perses, la situation du détroit de Salamine, l’épuisement des soldats, voient sa flotte battre en retraite le 20 septembre de l’an - 480.

Cette défaite est la première de l’Empire perse depuis Darius et, malgré la défaite de Léonidas, roi sparte, l’union des cités grecques voit le jour et gagne sa liberté définitive treize années plus tard. Il faut cependant souligner que deux autres guerres battaient leur plein dans le même temps, dont les enjeux pour les Perses étaient bien plus importants : le soulèvement de l’Inde à l’est et celui de l’Egypte, plus au sud.

Il est à noter qu’à cet époque, les Grecs sont loins de posséder le degré de civilisation atteint par les Perses, d’origine européenne. Que l’Empire perse est organisé autour d’une monarchie qui dirige des satrapes, à l’image des "landers" allemands actuels. Chaque satrape est, selon les souhaits du cylindre de Cyrus (fondateur de l’Empire), libre de sa langue, de sa religion, de ses coutumes.

Voilà pour l’Histoire.

Quant au film, il dépeint des Perses aux allures d’Africains percés dans le nez et les oreilles, cités comme "barbares" par les Spartiates (belle inversion !), moitié hommes moitié bêtes meuglantes ou rugissantes, ridiculement habillés d’étoffes arabes (rien à voir avec l’équipement des soldats perses dont les bas-reliefs de Persépolis donnent un aperçu), et se prosternant devant un homme-dieu, Xerxès (qui, je le rappelle, était en réalité adepte du prophète Zarathoustra), et qui me fit davantage penser à Agamemnon qu’à un dirigeant perse.
Enfin, le film décrit des Perses malpropres, méprisant les femmes (pourtant citoyennes et ayant droit au vote en Perse mais justes bonnes à élever les enfants dans la Grèce antique), face à des Spartiates beaux, ténébreux, modèles d’héroïsme herculéen...

On peut aimer les guerres médiques et apprécier leur aboutissement. Mais dénigrer ainsi tout un peuple, son passé, la réalité historique, c’est une faute irresponsable, qui de surcroît engendre racisme et haine interethnique. Ceux qui ont dépeint ce film comme une "oeuvre" devraient réellement réviser leur copie. Il tient, à mon avis, plus de la pub de "Banania" que d’un film intéressant.

J.T.


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (483 votes)




Réagissez à l'article

128 réactions à cet article    


  • (---.---.5.107) 5 avril 2007 11:52

    Je me disais te connaitre ... et bien voui ! C’est toi qui avais fait un article pour dire que Jurassic Park n’était pas un film sur la préhistoire.

    Franchement qui est-ce qui a dit que 300 était un film historique. Déjà c’est juste une adaptation d’un BD qui avait pris pour trame « un fait historique ».

    Pour info l’Odyssée n’est pas un récit historique, alors inutile de venir nous faire un baratin sur le fait que les cyclopes n’ont jamais existé.


    • Malkut Malkut 5 avril 2007 13:39

      Le problème n’est pas là. Le film n’est pas présenté comme une œuvre de fiction pure, mais un genre de récit historique. Curieusement, comme si toute la presse n’était pas déjà assez déchaînée contre l’Iran, on nous y sert un condensé de stéréotypes contemporains style « axe du mal ».

      C’est cette proximité dans les clichés, entre le film et la propagande de nos amis néo conservateurs qui laisse cet arrière goût de vomi.


    • Julot (---.---.97.120) 5 avril 2007 13:45

      Bein que répugnant à tant de violence, je me suis dit que l’on ne pouvait critiquer un film sans l’avoir vu.

      J’ai donc vu ce film. Je vous épargne ma critique, du reste tout le monde s’en tape et si je m’avisait de donner mon avis, le reste de mon propos ne serait pas lu objectivement.

      Pour ce qui est de cet article. Désolé, mais les perses étaient bien considérés comme étant des barbares. Le terme a éjourd’hui une connotation péjorative voir insultante, mais à l’époque il n’en était rien. Cela signifiait juste qu’ils ne parlaient pas le grec.

      Deuxièmement, je croit que l’auteur fait un sacré mélange. Il faut commencer par relativiser l’armée perse. Quand on parle d’un million d’homme, d’une part on exagère (arrien par exemple prétends qu’Alexandre le Grand aurait affronté pas loin d’un million d’homme à gaugamèles...), et on ne prends pas en compte la foule innombrable de serviteurs, ouvriers, esclaves...

      Les vainqueurs écrivent l’Histoire, et à une époque ou la transmission orale reste le principal vecteur... vous imaginez qu’on ne rentre pas chez soit sans grossir les chiffres.

      Déjà à cette période, l’empire perse est considéré comme ramolli et sa décadence a commencée.

      Quand on parle des redoutables perses, on confonds souvent avec les parthes, lesquels ne sont pas des perses, et dont il ne subsiste plus rien de nos jours (c’est d’ailleurs une énigme). Parthes contre lesquels d’ailleurs, les perses se casseront les dents.

      Enfin, il n’y a autant en commun entre les perses de Xerxès et les iraniens contemporains, qu’il n’y a entre un chien et un chat. Excusez du peu, mais tout ceci se déroule il y a pratiquement 2500 ans (si on arrondit à la louche).

      Cela étant, je comprends que l’on puisse s’identifier et qu’on se sente vexé par une représentation. Ce qui est curieux, c’est que personnellement, je ne me suis pas identifié une seule seconde aux Spartiates.

      Le réalisme au cinéma est difficile à atteindre car il va à l’encontre des images d’épinal. Si vous prenrez la série Rome, très bien faite, vous y voyez des légionnaires avec un armement qui n’entrera en vigueur que un siècle plus tard.

      Et les décors de Gladiator ont plus de rapport avec la renaissance qu’avec l’antiquité.

      Mais la question n’est pas là. Ceux et celles qui auront été intéréssées iront peut-être lire Hérodote et Thucydide. Les autres de toutes façon seront venus se divertir et puis c’est tout.

      Tout parralèle avec le conflit USA/ Iran est à mon sens très exagéré.

      Le cinéma n’est pas fait pour instruire, maisn pour éclairer. Et c’est précisemment pourquoi la littérature n’entre pas dans la définition du mot Art. Leur role n’est pas le même.


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 5 avril 2007 13:46

      Où avez-vous vu que ce film était présenté comme un film historique ?


    • parkway (---.---.18.161) 5 avril 2007 15:30

      j’ai les 4 tomes du’lion de macedoine’ de david gemmel.

      La civilisation perse était loin d’être décrite comme décadente ou barbare, bien au contraire, et très redoutée des spatiate et de la grèce en général...


    • Julot (---.---.97.120) 5 avril 2007 16:12

      Sans vouloir être pédant, david gemmel n’est pas un historien. La supériorité militaire des grecs sur celle des perses est démontrée par le fait que Xerxès a eu recours à toutes les tentatives de corruption possible.

      Il a essayé, comme le fera Darius III d’ailleurs, d’apporter la division dans le camp ennemi.

      Enfin, les mercenaires grecs étaient très recherchés car l’on estimait qu’un seul spartiate valait 100 perses. Ce qui bien qu’exagéré donne une idée.

      La facilité avec laquelle Alexandre renversera par la suite ce gigantesque empire en dis long.

      La société perse était sur le déclin, et la desertion des satrapes le montre bien. Ce n’est pas faire injure à l’Iran d’aujourdh’ui que de le dire.

      Ou bien il nous reste à nous vexer que l’on ose se moquer de nos rois fénéants...


    • pace (---.---.252.98) 5 avril 2007 19:03

    • Jean TAFAZZOLI (l’auteur) (---.---.56.46) 6 avril 2007 13:44

      Bref.

      Je ne suis pas le féru d’Histoire qui cherche à se faire remarquer, loin de moi cette idée, d’ailleurs certains ont bien relevé que mon article comporte quelques imprécisions. C’est juste un peu de culture que de connaitre les guerres médiques, et je souhaite ce bonheur à tous.

      Le problème que je soulevais n’est pas le fait que ce film soit ou non basé entièrement sur des faits historiques. Qu’on le veuille ou non, et contrairement à « La guerre des étoiles » ou « Jurassic Park », ce genre de films (comme Troie par ex), utilise comme trame de fond des faits historiques qui leur sert d’ailleurs bien. L’identification aux héros n’est pas générale, mais des valeurs peuvent ressortir du film. Il y a, implicitement, des « gentils » et des « méchants », une confrontation, qui me rappelle amèrement les films américains des années 60 où le Russe communiste était toujours sanguinaire et pédant ou encore les films allemands des années 30 où le Français manquait affreusement de classe et de culture... il y a dans ce genre de films, un 2nd degré très malsain.

      Que dirait-on d’un film où les Français seraient dépeints comme des Nord-Africains ? Les Perses sont un peuple émigré d’Europe il y a environ 8000 ans, pas des « blacks » comme on en voit dans le film. Je ne suis pas non plus un féru de cinéma, sans doute, mais je sais reconnaître la beauté d’un Makhmalbaf, d’un Kourosawa ou même d’un Ron Howard. Je ne dénigre pas la beauté du travail des cinéastes dans ce film, mais le contenu de leur oeuvre. Je ne crois pas au hasard des coïncidences dans le cinéma, ni dans la BD. Ce serait bien triste d’ailleurs si c’était le cas.

      Enfin, au niveau historique, je n’ai pas de leçons à donner, mais j’ai pu lire tout et n’importe quoi dans vos réponses. S’il est vrai que Xerxès ne fut pas le meilleur souverain dont la Perse eut rêvé, dire que les Parthes ou les cités grecques faisaient peur aux Perses relève du bidon. C’est bien parce que les Grecs ont pu battre les Perses et que cela paraissait impossible que l’Histoire retint cet épisode. Par ailleurs, je rappelle que Léonidas n’a remporté aucune guerre ni bataille, on le voit d’ailleurs dans le film.

      Quant aux armées Perses, si leur nombre n’a sans doute pas dépassé les 300.000 hommes en réalité, leur organisation était sans conteste bien plus structurée que celle dépeinte dans « 300 ». C’est en effet le père de Xerxès, Darius Ier qui inventa les titres d’officiers et toute l’organisation que l’on retrouve actuellement dans nos arémes (bataillons,régiments, etc), bien avant que les Grecs ou les Romains y pensent. Enfin, celui qui m’a parlé de Darius III et d’Alexandre oublie un peu la manière dont Alexandre a remporté sa victoire toute relative sur la Perse en enlevant la fille de Darius III puis en le faisant chanter. Heureusement pour son honneur qu’il finit par l’épouser.

      Pour terminer sur ces remarques, vous aurez remarqué dans les commentaires, certaines personnes s’échauffer et parler de « chocs des civilisations », de « libération de la France », de « gens qui pissent sur la France », faisant bien ressortir ce que je souligne, la confusion générale et les amalgames faits sur le dos des musulmans, puisque d’une part les Iraniens sont très peu présents en France (à peine 35000, qui occupent des postes à hautes responsabilités pour 70% d’entre eux) et sont donc étrangers aux problèmes d’immigration actuels, et d’autre part que mon article traitait de culture et non d’Islam.

      Comme tout article, celui-ci aura eu le mérite de faire réfléchir, en bien ou en mal, mais de réfléchir, et c’est déjà suffisant pour que certains esprits fermés s’ouvrent.

      PS : je n’ai pas écrit de film sur Jurassic Parc, je devais avoir 15 ans quand ce film est sorti... smiley


    • nispo (---.---.135.160) 8 avril 2007 19:18

      Mis à part l’apparition de sortes de monstres, d’hommes extremement vieux se battant et d’autres animaux legendaires, le film retrace une histoire qui s’est réellement passée, certes d’une maniere tres subjective, mais elle n’en est pas moins réelle. le film n’a pas pour but d’affirmer que l’un des camps est bon et l’autre non. Je pense que ce film a tout simplement pour but de faire reflechir sur la guerre et sur l’honneur qui mene certains hommes sur le chemin de la mort, parce qu’ils croient bon de defendre leur nation, même au prix de milliers de vies. Je pense que ce film ne reduit pas completement les perses a de vulgaires barbares, puisque a de maintes reprises, des messagers justifient l’action des perses, et tentent de RAISONNER les spartiates. Pour finir, ce film est manifestement narré du point de vue des spartiates, et il ne faut pas tenir compte d’une simple glorification d’un peuple qui était redouté pour sa bravoure et son art guerrier (qui pour l’epoque était fort courant) j’ajouterai que neammoins, le contexte actuel amerique/iran ne doit pas etre un justificatif valable pour critiquer ce film : ce n’est absolument pas la meme situation.


    • JLB (---.---.159.179) 8 avril 2007 23:30

      Très beau film, au contraire, qui oppose les helléno-romains que nous sommes, nourris aux Lumières et à la Raison aux hordes obscurantistes du Moyen-Orient. Quelle actualité !


    • jlb1305 (---.---.159.179) 9 avril 2007 02:42

      Excellent film. Nous sommes fiers d’être des helléno-romains descendants de ces hommes courageux qui livraient déjà combat contre les obscurantistes venus du Moyen-Orient. Le dernière phrase du film nous demande de nous lever contre tous les mysticismes. Qelle actualité !


    • John T. John T. 21 décembre 2009 17:01

      « La facilité avec laquelle Alexandre renversera par la suite ce gigantesque empire en dis long. »

      Pour rappel, Alexandre a enlevé la fille de l’empereur Darius III et a joué le chantage de sa mort à Persépolis... avant de finalement l’épouser pour obtenir grâce aux yeux des Perses... ah oui, quelle belle victoire digne...mdr !


    • FrihD (---.---.190.89) 5 avril 2007 11:56

      D’une certaine manière, quand on va voir ce genre de film c’est plustôt pour une prouesse technique, un divertissement, que pour une réalité historique. On a parlé de la même manière d’Apocalypto de Gibson y’a pas si longtemps. La logique divertissement n’est pas forcément la logique culturelle au sens noble, mais c’est une forme de culture. Et puis, ça se saurait si les films ou documentaires bénéficiaient de la même couverture médiatique que les « films à succès ». Le meilleur moyen d’éviter que ce genre de film fasse des séquels, à mon sens c’est de ne pas aller les voir et ne pas polémiquer dessus... car c’est justement ce que cherchent les producteurs de divertissements : qu’on parle d’eux, peu leur importe si c’est en bien ou en mal.


      • iago (---.---.118.193) 5 avril 2007 11:57

        Le film 300 n’a pas une vocation de reconstitution historique. Il est la mise en scène d’une bande dessinée de Richard Miller, dont il reproduit fidèlement le graphisme ainsi que certains personnages (le monstre et le bourreau, qui n’ont jamais existé réellement, c’est de l’heroic fantasy).

        Le film retrace la bataille des Thermopyles et non celle de Salamine, qui fut une bataille navale gagnée par les Athéniens (Athènes était un port, pas Sparte)après le sacrifice des spartiates pour retarder l’avancée des troupes perses.

        Que vous qualifiez les Spartiates de barbares est votre droit, mais il s’agit d’une connotation et non d’une dénotation : en clair, est barbare pour un grec celui qui ne parle pas le grec.

        Civilisé signifie : être régi par des lois civiles écrites (au sens étymologique du terme avant toute connotation morale de supériorité ou d’infériorité)(cf. Solon). Le différend entre Athènes et Sparte, outre les rivalités des Cités indépendantes et du leadership politique, reposait sur l’éducation (paideia) : aux yeux des Athéniens, le spartiate était dans l’hubris, l’autre pôle de la passivité, de la timidité (la féminité, d’où le gynécée). L’éducation athénienne reposait sur la recherche d’un juste milieu : éviter la timidité (la crainte, la peur, la passivité) et l’hubris guerrière ( le sauvage, la démesure).

        N’oubliez pas, vous qui êtes féru d’histoire, que les derniers spartiates, à Thermopyles, se battirent nus, sans armes, avec leurs mains et leurs dents (cf Herodote). Ce qui soudait le groupe était l’homosexualité, bien que ce terme, né en 1860, issu de la psychiatrie, soit impropre pour comprendre la sexualité du monde grec ou romain. Le guerrier est un erotikoi, un amant, actif.

        Votre propos est faux historiquement, faux quant à la signification de l’oeuvre , et tombe dans le discours de la haine de soi (anti-occidental à souhait : les étrangers sont bons, civilisés et nous sommes les méchants, les barbares). C’est manichéen, partial, partiel donc dépourvu d’intérêt.


        • (---.---.5.107) 5 avril 2007 15:05

          Pas Richard, mais Franck Miller.

          Je précise juste pour ceux qui voudrait lire la BD originale.


        • (---.---.5.107) 5 avril 2007 15:14

          Il y a aussi un truc qui a échappé à l’auteur de l’article, c’est qu’à l’origine il y a une BD, et que celle-ci date de 1998, soit bien avant les problèmes entre les EUA et l’Iran.

          Donc votre propos ne tient pas.


        • Julot (---.---.97.120) 5 avril 2007 16:17

          « N’oubliez pas, vous qui êtes féru d’histoire, que les derniers spartiates, à Thermopyles, se battirent nus, sans armes, avec leurs mains et leurs dents (cf Herodote). Ce qui soudait le groupe était l’homosexualité, bien que ce terme, né en 1860, issu de la psychiatrie, soit impropre pour comprendre la sexualité du monde grec ou romain. Le guerrier est un erotikoi, un amant, actif. »

          Historiquement tout à fait correct, mais très exagéré de nos jours. En fait, toutes les relations sexuelles étaient tolérées, mais il y avait un élément dominant et un élément faible.

          Pour parler très crument, il n’était pas mal vu de sodomiser un ados. Mais il était honteux en revanche d’être un ados sodomisé.

          Si vous lisez les écrits de l’époque, à commencer par Aristophane, vous verrez qu’il y a deux grandes hontes à cette époque : abandonner ses armes sur le champ de bataille et être le mignon de quelqu’un.


        • toz (---.---.241.156) 6 avril 2007 07:17

          1998 est-elle l’année de votre naissance ?

          Sachez mon jeune enfant que les USA et l’Iran sont en conflit depuis bien avant ’98...


        • dede (---.---.228.234) 5 avril 2007 13:08

          « Il est à noter qu’à cet époque, les Grecs sont loins de posséder le degré de civilisation atteint par les Perses, d’origine européenne. »

          J’ai un problème avec cette phrase : elle sous-entend que les Grecs formait un peuple unique -ce qui, au vu des différences politiques et sociales qui existaient entre les multitudes de Cités-Etat grecques est loin d’être vrai, Sparte étant sûrement la cité la plus marginale de Grèce- ou du moins qu’aucune n’atteint le « degré de civilisation » des Perses -au sein de l’empire perse aussi il existait de nombreuse différences entre les Etats-. Aussi je m’interroge, comment définissez-vous le « degré de civilisation » ? Par des arguments portant sur le système politique, les moeurs ou encore les sciences ? Si vous pouviez être plus clair sur ce point, car je pense ne pas être le seul qui se pose la question.

          Sinon le problème que vous posez est intéressant. En effet, si je ne pense pas que les films « anti-historique » (je n’aime pas ce terme mais je n’ai pas trouvé mieux sur le coup) soient de plus en plus nombreux, j’ai l’impression qu’ils ont une portée de plus en plus grande. Le problème se posait déjà avec Apocalypto, un film limite propagandiste mélangeant allègrement éléments de la culture Maya, Aztèque et idées reçues sur le sujet. Evidement c’est bien plus le fait de les accepter comme référence historique que les films en eux-même qui est dangereux. J’espère en tout cas que personne n’aura eu la naïveté de les prendre pour autre chose que des films fantastique.


          • pace (---.---.252.98) 5 avril 2007 19:06

            300 made in persia !!

            http://www.youtube.com/watch?v=Ppg-zeL0R20

             smiley


          • Internaute (---.---.10.253) 5 avril 2007 13:11

            Peut-être que le film ne prétend pas être une reconstitution historique mais il n’en demeure pas moins que présenter les perses de l’époque comme les africains d’aujourd’hui tient de la propagande pure et dure pour le métissage obligatoire. D’ailleurs ces films portent toujours un message sous-jacent qui n’a rien à voir avec le sujet du film mais qui est sensé marquer les esprits sur le long terme. C’est la même mécanique qui fait que dans les séries américaines le chef de section de l’armée, l’avocat ou le bon juge sont toujours un noir, l’imbécile alcoolique et le méchant sont toujours un blanc, et le génie salvateur je vous laisse deviner.

            Comme l’éducation nationale n’apprend plus rien aux enfants et surtout pas l’histoire ancienne, il restera dans leur tête cet amalgamme destructeur.


            • Tor (---.---.161.27) 5 avril 2007 13:13

              Article inutile... les precedents commentaires expliquent ca bien...


              • azhimi (---.---.25.233) 5 avril 2007 13:16

                Il est vrai que ce film est a coniderer comme un divertissement ou les personnages et l histoire ne sont la que pour accompagner une certaine esthetique. On ressent malgre tout ce besoin fort occidental de depeindre l autre (le perse) comme le mauvais, le barbare, et nous (les spartiates), comme les defenseurs inconditionnels de la Civilisation, de la Liberte et de la Democratie. Ce discours est toujours present sur la scene politique et mediatique malheureusement.

                Je trouve ce type de film encore plus dangereux dans le sens ou il ne dit pas clairement ses intentions et ou un certain message passe de maniere insidieuse surtout pour les jeunes sans reperes historiques.

                Dans sin city, je trouve que c etait plus sain. le film n avait pas d ancrage historique.

                Je pense qu a partir du moment ou on fait le choix d un film base sur l histoire et surtout vu le contexte actuel (beaucoup ne manqueront pas de faire le parallele entre l’affrontement occident-iran), il est legitime de s’attendre a un minimum d objectivité historique.

                J ai lu plus haut que le film n avait d autre but que le divertissement, j en doute fort. Hollywood a toujours ete le vecteur mediatique de la propagande americaine. Apres l URSS, c est au tour du moyen orient et des arabes d etre les mechants, les exemples ne manquent pas. Il faut quand meme souligner le courage de certains realisateurs qui essayent de sortir des sentiers battus et proposent d autres lectures...

                Bonne journee (desole pour les accents)


                • Dragoncat Dragoncat 5 avril 2007 13:21

                  @ l’auteur

                  Mes félicitations circonstanciées !

                  Vous avez démontré dans votre article que vous aviez une connaissance impressionnante en matière d’histoire sur l’époque concernée. Vous avez prouvé par la même que vous n’êtes pas familier avec un principe aussi ancien, celui de la création artistique.

                  Une création artistique n’a pas pour vocation de rétablir une vérité historique ou de se substituer au documentaire. Elle présente un point de vue, un parti pris qui par définition ne colle pas avec une démarche d’historien.

                  On peut aimer ou détester le résultat mais ça reste du domaine du point de vue personnel. Sur le fond, vous oubliez de mentionner que le début du film donne un aperçu peu sympathique des spartiates qui « jettent » les bébés apparemment faibles, donc pas susceptibles de devenir des guerriers digne de ce nom. Idem pour la tradition qui consiste à envoyer des enfants dans la nature risquer leur vie pendant des années pour prouver leur valeur...

                  Mais peu importe. Je ne sais pas comment vous faites pour critiquer un divertissement sur la base de la réalité historique, les deux n’ont pas la même vocation et n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Alors y voir du racisme...

                  Votre article démontre que :

                  1. Vous êtes érudit en la matière et que vous souhaitiez le faire savoir à tout le monde, c’est fait ! smiley

                  2. Vous n’avez pas une ouverture d’esprit panoramique en matière de divertissement et que les qualités graphiques et visuelles d’une oeuvre cinématographique vous passe très loin au dessus de la tête : c’est fait aussi ! smiley

                  Pour votre prochain article, je vous suggère un autre thème : attardez-vous à nous démontrer à quel point « La guerre des étoiles » est techniquement impossible.

                  Ca va surement passionner les foules... smiley


                  • Julot (---.---.97.120) 5 avril 2007 13:48

                    1. Vous êtes érudit en la matière et que vous souhaitiez le faire savoir à tout le monde, c’est fait !

                    Et ce n’est pas le cas, ca sent le copier/coller de Wikipedia. Le moindre lecteur de classique en sait dix fois plus.

                    Pour le reste, sur la qualité du film il y aurait débat.


                  • pace (---.---.252.98) 5 avril 2007 19:04

                  • Dragoncat Dragoncat 5 avril 2007 13:24

                    @ l’auteur

                    Mes excuses : il semblerait suite au propos d’Azhimi que votre érudition elle aussi est sujette à caution.

                    Aie ! Mais que reste-t-il de votre article alors ?? smiley


                    • Dragoncat Dragoncat 5 avril 2007 13:26

                      Erreur de ma part, je faisais référence au propos de Iago. Sorry !


                    • tvargentine.com lerma 5 avril 2007 13:42

                      Vous dites :« Je suis allé voir ce soir le film »300« . Dans un climat de tensions internationales avec l’Iran, il m’avait semblé intéressant d’aller voir un film décrivant la bataille de Salamaine entre Léonidas et Xerxès. Quelle déception »

                      Franchement,quand je vais au ciné,c’est pour passer un bon moment et voir un bon film et si possible un très bon film américain car ils savent faire de très bon film.

                      Vous dites aussi « On peut aimer les guerres médiques et apprécier leur aboutissement. Mais dénigrer ainsi tout un peuple, son passé, la réalité historique, c’est une faute irresponsable, qui de surcroît engendre racisme et haine interethnique »

                      Franchement,vous ne devez plus aller au ciné,mais aller voir un psy,car votre cas est grave. smiley

                      PS : vous imaginez si les américains faisaient un film merdique sur une vie merdique d’un supporter de l’Iran


                      • Julot (---.---.97.120) 5 avril 2007 14:23

                        Je peux vous assurer que en ce qui me concerne, je suis loin d’être iganre sur ces points d’histoire.

                        Mais vous savez quoi ? Tout le monde s’en fout. Et avec raison, on ne va pas repprocher à des gens de ne pas avoir lu les même livres que nous.

                        Et depuis quand il faudrait connaitre la bataille de Salamine pour élever des enfants.


                      • personn (---.---.20.123) 5 avril 2007 14:04

                        votre mécanisme de pense est bizarre vous mélanger l’actualité avec le cinéma et l’histoire avec les BD ce n’est pas un documentaire historique mais bien un film fiction donc rien à voir par contre on pourrai critique la façon de présenter les personnages ou les clicher pris par le réalisateur


                        • non666 non666 5 avril 2007 14:09

                          Dans ce film magnifique, il y a deux choses :

                          1) Un recit EXACT de l’education spartiate, de leur société guerriere, de leur mode de combat.

                          2) Un traitement heroic fantaisy avec des loups aux allures de monstres fantastiques, des rhinoceros et des elephants surdimensionés comme les oliphants du seigneurs de anneaux et des ennemis caricaturés, « monstruotisés ».

                          En ce sens, c’est un belle oeuvre.

                          Maintenant sachez que pour les grecs, les barbares etaient tous les non-grecs.

                          Pour les Romains, les barbares sont ceux qui ne boivent pas de vin. D’ailleurs barbare est la contaction phonetique de « bier -bier »...

                          Que des buveurs de bières anglo-saxons se prennent pour des civilisés, c’est donc bien un abus de langage....

                          Il est completement stupide d’envisager ce film comme une critique de l’Iran puisque justement, si l’Iran a changé de nom, c’est en rupture avec l’Histoire de la perse antique.

                          Mais bon nous trouverons toujours des adeptes de « nous sommes des barbares » , les gentils c’est les autres chez nous.

                          Je ne suis pas sur qu’a notre epoque qui s’attend a un choc de civilisation a domicile les gens, qui tirent contre leur camps soient très bien perçus quand les hostilités commenceront.

                          Je rajouterais meme : le jour de la liberation, il y a des chances qu’ils soient tondus !


                          • Julot (---.---.97.120) 5 avril 2007 14:26

                            Pas faux. Actuellement les francais ont plus peur que mal. Quand ils auront mal ils vont bouger. Les imbéciles qui s’enréjouissent, comme ceux qui pissent sur la France le payeront très cher.

                            Moi perso je ne serai plus en France.


                          • Romain Baudry 5 avril 2007 15:18

                            Les tondre, quelle bonne idée ! Et qui fait référence à un épisode tellement glorieux de notre histoire que nous devons vénérer dans son intégralité. On pourrait aussi accrocher des pancartes autour du cou des gens qui ont fait un mariage mixte et les promener dans les rues.

                            Par curiosité, qu’est-ce que vous appelez le « jour de la libération » ? Celui où on expulsera hors de nos frontières les gens un peu trop basanés ? Celui où on interdira l’Islam ?


                          • (---.---.97.120) 5 avril 2007 16:27

                            Dire que l’on pense que l’on va vers un affrontement ethnique ne signifie pas qu’on le souhaite. J’espère sincèrement que l’on n’en arrivera pas à une telle barbarie


                          • Dominique Larchey-Wendling 10 avril 2007 10:14

                            "Je ne suis pas sur qu’a notre epoque qui s’attend a un choc de civilisation a domicile les gens, qui tirent contre leur camps soient très bien perçus quand les hostilités commenceront.

                            Je rajouterais meme : le jour de la liberation, il y a des chances qu’ils soient tondus !"

                            Peut-être que le plus difficile pour éviter d’être tondu, c’est de bien choisir le camp des vainqueurs ...

                            Si nous nous obligeons à choisir un camp et que ce camp soit alors évidement le camp atlantiste (est-il seulement possible d’envisager une autre option ?) n’oublions pas que dans l’autre camp, il y aura tous ceux qui possèdent les ressources énergétiques, avec en plus la Chine et peut-être l’Inde. De cette guerre, peut-être sortirions-nous « vainqueur » mais alors au prix de massacres tellement indescriptibles qui nous en aurons perdu toute humanité. Si c’est le prix de la victoire, les valeurs de justice, de raison et de tolérance prétendument incarnées par l’Occident disparaitront à jamais. Mais peut-être n’est-ce pas cela le vrai visage de notre civilisation ?


                          • Droopy (---.---.199.139) 5 avril 2007 14:11

                            Ca devient saoulant à la fin ! Il ne peut plus rien se passer sans qu’on se jette à la figure des accusations de racisme.
                            - critique d’un film
                            - reportage TV
                            - arrestation de voyous
                            - licenciement
                            - embauche
                            - entrée de boite de nuit et puis quoi encore ? Papier jeté par terre ? Accident de la route ? Mauvaise note à l’école (oups...c’est déjà fait : à l’école de mon gamin), résultats de sports ?

                            Ceux qui utilisent à tout bout de champ ce vocabulaire ne font, à mon avis, que renforcer l’exaspération du populo moyen qui ne peut plus rien dire ni faire sans se faire traiter de tous les noms et culpabiliser.

                            Pouvez pas arrêter un peu avec ces salades de racisme ?


                            • Unknown (---.---.241.82) 5 avril 2007 14:14

                              N’empèche ce film véhicule des valeurs de MERDE.

                              Vive le body-building.


                              • Romain (---.---.10.200) 5 avril 2007 14:16

                                Non mais franchement, qui as dit que 300 étais un récit historique ??? C’est une BD de fantasy INSPIRÉ de faits réels, rien de plus.


                                • (---.---.162.15) 6 avril 2007 00:24

                                  Qui a dit que « 300 » est un récit historique ? L’auteur lui-même.

                                  En effet, Frank Miller écrit au dos de sa BD (du moins en version française, et, vu le style, je pense que c’est traduit de l’édition US ) : L’armée persane - si puissante que la terre tremble sous ses pas - s’apprête à écraser la Grèce, île de raison et de liberté dans une mer d’obscurantisme et de tyrannie. Entre la Grèce et cette vague destructrice, il y a un petit détachement d’à peine trois cents guerriers. Mais ces guerriers sont plus que des guerriers... Ce sont des Spartiates.

                                  Il n’est pas question d’Heroic Fantasy, le propos est bien historique avec un très fort parti-pris pro-Grec.

                                  Au niveau de la BD, je n’ai pas vu le film, mais tout le monde dit qu’il est très fortement inspiré de la BD. Donc aussi avec un propos historique.

                                  Frank Miller, par ailleurs, a une oeuvre derrière lui. Elle est marquée beaucoup plus par le goût de la violence que par celui de la subtilité.

                                  Finalement tout semble dit dans les quelques lignes que j’ai citées, la BD et le film n’en sont que l’illustration. Et relisez-les donc ces quelques lignes : elles donnent froid dans le dos. Enfin, à moi et à beaucoup de Français, mais je connais un dénommé George Bush qui aime ce genre de caricature guerrière.

                                  Am.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

John T.

John T.

No comment.


Voir ses articles







Palmarès