• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > 80e cérémonie des Oscars : le cinéma français à l’honneur

80e cérémonie des Oscars : le cinéma français à l’honneur

300770166.jpgOui, je l’avoue de nouveau : je n’ai pas été emballée par La Môme (voir ici) d’Olivier Dahan, et j’aurais préféré que le cinéma français soit à l’honneur pour un autre film, mais je ne peux néanmoins m’empêcher de me réjouir que notre cinéma, celui qui a le devoir de faire le meilleur cinéma au monde pour reprendre les propos de Roberto Benigni aux César, soit ainsi le "héros" de cette 80e cérémonie des Oscars, que Marion Cotillard ait reçu l’Oscar de la meilleure actrice (après un César, un Golden Globe et un Bafta pour ce même rôle d’Edith Piaf ! Elle devient ainsi la troisième française oscarisée après Simone Signoret pour Les Chemins de la haute ville en 1960 et après Juliette Binoche - alors Oscar du meilleur second rôle - pour Le Patient anglais en 1997) pour un film français, mais aussi et peut-être surtout, que l’Oscar du meilleur court métrage soit également attribué à un film français qui avait d’ailleurs déjà reçu le César du meilleur court deux jours auparavant : Le Mozart des Pickpockets de Philippe Pollet-Villard. Deux Oscars qui témoignent de la diversité de notre cinéma.

La Môme sous son titre pour le cinéma américain La Vie en rose a également reçu le prix du meilleur maquillage. Si je voulais être sarcastique (non, non, ce n’est pas mon genre), je ferais un commentaire et un parallèle, mais je m’abstiendrai. Le talent de Marion Cotillard est incontestable, malgré toutes les outrances du film précité.

Sur ses 10 nominations (dont 4 pour Le Scaphandre et le Papillon de Julian Schnabel qui n’a malheureusement récolté aucun Oscar), le cinéma français est donc reparti avec 3 Oscars.

Je me réjouis également pour Once dont la chanson a été récompensée, un film qui était en compétition au dernier Festival du film britannique de Dinard, et dont le concert en direct avait charmé tous les festivaliers (promis, la vidéo un de ces jours, sur le blog...)

No Country for Old Men est reparti grand vainqueur avec 4 Oscars dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour les frères Coen.

726140377.jpg

La Vengeance dans la peau dont le rythme trépidant tient beaucoup de sa mise en scène, mais aussi de son montage a reçu trois trophées techniques (meilleur montage son, meilleur mixage son, meilleur montage).

L’Oscar du meilleur film en langue étrangère est revenu à l’Autrichien « Stefan Ruzowitzky » pour Les Faussaires.

Je suis évidemment déçue que L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford d’Andrew Dominik qui reste pour moi le meilleur film américain de l’année 2007 (en précisant néanmoins que je n’ai pas encore vu There will be Blood) et que je continue à défendre quoi qu’ « on » en dise, n’ait rien obtenu et que Casey Affleck n’ait pas obtenu l’Oscar du meilleur second rôle, et que la photographie qui y est absolument exceptionnelle n’ait pas non plus été récompensée...

Pour le reste je vous laisse découvrir l’intégralité du palmarès ci-dessous :

Intégralité du palmarès de la 80e cérémonie des Oscars :

Meilleur acteur

1478123491.jpg

Daniel Day-Lewis - There will be Blood

Meilleur acteur, second rôle

Javier Bardem - No Country for Old Men

Meilleure actrice

1826869558.jpg

Marion Cotillard - La Vie en rose

Meilleure actrice, second rôle

Tilda Swinton - Michael Clayton

Meilleur film d’animation

Ratatouille

Meilleure direction artistique

Sweeney Todd the Demon Barber of Fleet Street

Meilleur direction photo

No Country for Old Men

Meilleurs costumes

Elizabeth : the Golden Age

Meilleur réalisateur

Joel et Ethan Coen, No Country for Old Men

Meilleur documentaire

Taxi to the Dark Side

Meilleur documentaire, court métrage

Freeheld

Meilleur montage

1519474848.jpg

The Bourne Ultimatum

Meilleur film étranger

The Counterfeiters (Les Faussaires) Austria

Meilleur maquillage

La Vie en rose

Meilleur musique de film

Dario Marianelli, Atonement

Meilleure chanson originale pour un film

1116930561.jpg

Falling Slowly dans le film Once ; Glen Hansard et Marketa Irglova

Meilleur film

No Country for Old Men

Meilleur film d’animation, court métrage

Peter & the Wolf

Meilleur court métrage

Le Mozart des Pickpockets

Meilleur montage sonore

The Bourne Ultimatum

Meilleure sonorisation

The Bourne Ultimatum

Meilleurs effets visuels

The Golden Compass

Meilleure adaptation de scénario

No Country for Old Men

Meilleur scénario original

Juno


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 27 février 2008 10:58

    Bonjour Sandra

    Le film "La Môme" n’aura emballé personne en France car ce film etait un produit d’exportation et d’ailleurs le succes est venu de l’étranger et de la manière dont les étrangers ont une vision de la France du passé et de celle d’aujourd’hui avec "la grandeur de la France"

    Il est vrai que pour un touriste qui visite Paris,entre le Petit Palais,le grand Palais,La Tour Effeil,Les champs Elysées,La place de la Concorde,l’Arc de Triomphe.........c’est vraiment une image forte de la France qui ressort pour eux et en plus.........maintenant ils viennent faire du vélo à Paris

    Bref une image d’Epinale qui ne peut que fonctionner et avec ce film ça fonctionne bien.

    Voila pourquoi,il convient de faire des films français de qualité pour l’exportation car "la Môme" à rapporté à ce jour 500 millions d’euros

    J’ai au cours d’un post précédent affichait une liste de films qui auraient pu être réalisé par du cinéma français mais la "culture" conservatrice du cinéma français s’enferme dans une volonté de vouloir en faire dénigrer le film populaire

    Ce film constitue une rupture dont le gouvernement doit se servir pour réformer le financement du cinéma français et le sortir de son gettho pseudo-intellectuel-bobos

     

     


    • COLRE COLRE 28 février 2008 12:02

      Bonjour à tous les cinéphiles.

      Je me permets de donner un avis un peu discordant. Ètant une ex-cinéphile, « ex » car trop souvent déçue par les films contemporains (aussi bien américains que français), j’ai personnellement trouvé que La Môme ne méritait pas tant d’opprobres de la part de la critique disons « intellectuelle ». J’ai su faire la part des choses : le film et l’actrice. Ok, le film est très inégal, la réalisation aussi, mais la performance de l’actrice n’aurait pas été ce qu’elle est sans le talent du réalisateur, ne l’oublions pas.

      Alors, parlons de l’actrice, car après tout c’est bien une récompense de la meilleure actrice dont il s’agit ! or, vraiment, je l’ai trouvée époustouflante. Je sais, cela a déjà été dit un million de fois, alors un million et une fois : oui, elle habite son rôle d’une façon extraordinaire. Elle EST son personnage. Et ne disons pas que c’était facile !!! elle incarne toutes les facettes du rôle, tous ses âges, toute la palette de ses émotions, et j’imagine même que, parfois, sous la couche de maquillage, ce ne devait pas être facile de rester « vivante » !

      J’aimerais dire aussi qu’un oscar (ou un prix quelconque) récompense UNE performance, UN film, bref : UNE création particulière, et non un talent général ! sinon, les prix seraient toujours donnés aux mêmes meilleurs !

      Or, je vois mal comment on aurait pu choisir plus extraordinaire performance que ce que Marion Cottillard a réalisé dans ce film (qui n’est pas excellent, ok, mais ce n’est pas le sujet). Elle n’est sûrement pas la plus grande actrice du moment, mais ce n’est pas le sujet, ce n’est pas cela qui est en cause et ce n’est pas cela qui doit être critiqué.
       


      • Vierasouto Vierasouto 2 mars 2008 03:45

        Je n’ai pas non plus été emballée du tout par "La Môme" et pour Marion Cotillard, c’est typiquement le rôle de transformation à Oscars qui plaisent aux US, et personnellement, les interprétations mimétiques ne me touchent pas beaucoup,enfin, ça fait tjs plaisir pour la France et quelle belle robe de JP Gaultier... Moi aussi, ravie pour "Once", ce film délicieux, ça m’a fait plaisir d’entendre à nouveau la musique du film... En revanche, je suis carrément d’accord sur les quatre prix pour "No Country for old men" qui m’a stupéfiée tant c’est le film brillant et parfait et Javier Bardem, quelle performance, sobre, habitée et intériorisée, et tout et tout comme j’M !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès