• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Actualité intemporelle négligée : La carte n’est pas le (...)

Actualité intemporelle négligée : La carte n’est pas le territoire

L’illustration est un chaos architectural intelligent certes, mais labyrinthique et inconfortable. Ce peut être l’univers dans lequel on se vautre innocemment comme un embryon humain dans son placenta. De plus, la gestation est lente et laborieuse.

Bien que le monde soit réel, nous n’agissons pas directement sur cette réalité. Chacun de nous construit sa vision du monde, et celle ci diffère d’un individu à un autre.


Les appréciations ne sont valables que relativement à nous même dans un cadre fixe, le "système de référence".
la plupart de nos problèmes relationnels, et plus globalement de civilisation , proviennent de la dichotomie entre notre évolution aux niveaux scientifiques et humains, et du fait que nous raisonnons encore dans les sciences humaines sur les bases des systèmes de pensée plus ou moins anciens.

La carte n’est pas le territoire,

Un polytechnicien polonais, Alfred Korsybski, impressionné par la monstruosité de la première guerre mondiale, pris conscience que les hommes vivaient encore dans le conditionnement de la logique d’Aristote. Au IV e siècle, à l’époque où la terre était un disque plat situé au centre de l’univers...il est vrai que l’école était laïque et obligatoire depuis peu de temps (rire jaune)

Je sais que les guerriers de Sparte
Plantaient pas leurs épées dans l’eau
Que les grognards de Bonaparte
Tiraient pas leur poudre aux moineaux
Leurs faits d’armes sont légendaires
Au garde-à-vous, je les félicite
Mais, mon colon, celle que j’préfère
C’est la guerr’ de quatorz’-dix-huit


Sparte nous parle d’Aristote et Georges, notre ami, inscrit le lien chantant et intuitif dans notre triste temps.

L’évolution sémantique découle des cartes dressées par les savants des différentes époques en fonction des données dont ils disposent.
En conséquence la logique d’Aristote a structuré l’évolution de nos langages et de notre civilisation aux niveaux humains, institutionnel, spirituel, etc., du IV° siècle avant notre ère au XVII° siècle, c’est-à-dire durant deux mille ans, et celle de Descartes, du XVII° siècle à nos jours.
Les propos joyeux du poète contiennent en esprit les 3 principes d’Aristote, celui d’identité, de contradiction, du tiers exclu. Cet ensemble constitue la logique conflictuelle dans laquelle notre monde est emprisonné.

A partir du début du XX° siècle, les découvertes en physique de la mécanique quantique, puis de la théorie de la relativité de Einstein, ont bouleversé la conception scientiste de l’homme et du monde. C’est sur ces nouvelles données de la physique que Alfred Korzybski créa, durant la première moitié du XX° siècle, la sémantique générale ou logique non-aristotélicienne, dans le but de résoudre les contradictions des systèmes de pensée précédents et les problèmes qu’elles engendrent au niveau humain. Il élabora une nouvelle conception de l’homme "comme un tout dans son milieu qui le pénètre et auquel il réagit", dont les différents niveaux sont liés entre eux structurellement et ne peuvent être isolés artificiellement les uns des autres.

 Korzybski rejeta catégoriquement les principes aristotéliciens d’identité, de contradiction et du tiers exclu et fonda la sémantique générale sur les postulats suivants :

        - une carte n’est pas le territoire,

        - une carte ne représente pas tout le territoire,

        - une carte est auto-réflexive.

qui, donnent, appliqués à la vie courante et au langage :

        - un mot n’est pas ce qu’il représente,

        - un mot ne représente pas tous les faits,

        - le langage est auto-réflexif.

Cette nouvelle logique est un outil de pensée permettant d’unifier les sciences humaines et les sciences exactes en appliquant aux problèmes humains des méthodes de résolution mathématique en les abordant à l’aide d’une démarche scientifique, à partir de l’observation des faits. Dans la mesure où elle intègre les données de la physique moderne, elle nous permet de dresser de nouvelles cartes de nous-mêmes et du monde qui sont similaires aux faits, c’est-à-dire des cartes fiables et prédictives. Elle nous permet alors d’obtenir, dans les domaines humains, des résultats aussi efficaces que ceux auxquels nous sommes parvenus dans les domaines scientifiques et techniques.

Bien sur me direz-vous, mais que se passe-t-il vraiment ?

Eh bien, comme dans l’univers de carte postale du "Fabuleux destin d’Amélie poulain,"
 

les politiques balancent de droite à gauche avec ou sans état d’âme, dans une étrange chorégraphie, critiquant beaucoup sans projeter,
la foi distille son créateur, la religion le systématise, pendant que le croyant l’aime à son image,
les scientifiques nous parlent de la création mais assistent impuissants à son extinction,
les humanistes rêvent du G vingt, pendant que les politiques président le G vain,
La femme et l’homme, dans le meilleur des cas, parlent toujours d’amour sans bien comprendre ce qui les foudroie,
et enfin le sage imperturbable montre toujours la lune, l’obsédé, jusqu’à l’ankylose, pendant que le fou, le malheureux, s’obstine à regarder le doigt...
et la carte n’est pourtant pas le territoire !



Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 16 novembre 2010 12:14

    Yes my dear 


    Bonjour Jack , 

    Je vais vous dire ce que je pense qu’ il manque dans notre civilisation avancée , 

    il manque l’ idiot du village , celui qui fait des trucs impensables , qui roule à l’ envers sur son vélo , qui rigole et personne ne sait pourquoi , 

    on a sur dire que la terre est ronde et on est toujours autant incapable de prendre la mesure de notre bonheur de vivre , l’ idiot lui est heureux , si on s’ instruit pour se pourrir le cervelet à quoi bon ?

    d’ après les infos il faudrait une cellule sycologique quand un pet passe de travers , 
    un maintien compassionnel quand il n’ y a pas de pommes frites mayo au repas de midi et un soutien cervical en cas de réponse négative à un appel à une gâterie sexuelle momentanément indisponible .

    Je ne dis surtout pas qu’ il faudrait une bonne guerre , mais ce qu’ il faudrait c ’est que l’ on se souvienne d’ où on vient et où on veut aller .... smiley

    Bien à vous Jack .

    • jack mandon jack mandon 16 novembre 2010 13:07

      Salut capitaine,

      Votre émotion exprimée, la tension retombée, une petite réflexion pour l’après midi.

       " De là le phénomène du bouc émissaire, les sociétés qui raisonnent en fonction de cette logique, étant incapables de se confronter aux faits, de remettre en cause leur comportement, déclarant coupables les individus qui portent un regard lucide à leur encontre (Socrate, Jésus, etc.), rejetant sur eux, en termes de faute, les conséquences désastreuses de leur système de pensée et de comportement. "

      Grâce à vous capitaine mes papiers passent encore.

      Peut être sommes nous des idiots de village ?

      En attendant j’ai beaucoup de sympathie pour vous.

      Qu’est devenu l’écri vain Sandro ? il me manque lui aussi.


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 16 novembre 2010 13:35

      Ben oui Jack 


      On vit dans un monde certes imparfait et perfectible mais tout un chacun pense maintenant que ce qui lui arrive est de la faute à celui  celoua celle-çi ou celle-loua son patron son président son chien son poisson rouge et presque plus personne a comme idée que notre destin tient entre nos mains . On a des montagnes de fils sur Avox avec une constante désignation du salopard qui pourrit notre vie . On revient deux ans plus tard les mêmes chantent la pareille chanson . Tu leurs dis à ceux qui râlent contre leur patron de se mettre à leur compte en créant leur boîte , ils ont mille prétextes et excuses pour ne pas le faire . Ils ont quand-même pas l’ air d’ être handicapés , non ? 

      Je viens parler chez vous Jack car je vois dans votre oeil de la bienveillance et j’ aime bien la bienveillance . 

      Sinon Sandro et quelques autres sont sur un site dont je vous dirais volontiers le nom , comme je l’ ai fait au début pour encourager la nouvelle start-up , mais il se trouve qu’ il s’ y promène un espèce de coq de village monté sur ergot , caché dans les fourrés prêt à incendier quiconque a une tronche ne lui revenant pas se permettant des phrases qu’ il refuse automatiquement à ses contradicteurs prétextant des arguments inégalitaires anti-démocratiques et contraires aux bonnes manières en usage de la discussion équilibrée . C ’est genre on a le choix entre ferme la ou tais toi . Ceci dit c ’est dommage car les articles sont de qualité . De plus il y a qu’ une opinion qui vaille la leur . Le genre qui fait le vide autour de soi en moins de temps qu’ il ne faut à une tartine qui tombe par-terre et que le chat se précipite . 

      La bienveillance est pas dans son dictionnaire au gonzinard .

      Mais une fois de plus l’ important n’ est pas là , l’ important c’ est de n’ être pas atteint d’ un cancer généralisé ou une petite maladie sympa . 

      Ceci dit , le vent vient de chasser tous les nuages encombrants qui faisaient un gris-bleu très nuancé dans notre ciel de Provence .

      Bien à vous Jack .



      • jack mandon jack mandon 16 novembre 2010 14:00

        Capitaine,

        Tout le monde peut se tromper...et les intellectuels aussi, la preuve.

        Je vois ce dont vous parlez.

        les évaluations basées sur des jugements en termes de valeurs, sont générateurs de malentendus :

        Personne n’est d’accord sur le sens des mots, et les conflits qui en découlent inéluctablement, dans la mesure où les gens qui les utilisent partent du principe que leurs critères sont « bons » et ceux des autres, « mauvais ».

        L’arrogance intellectuelle alimente le débat.

        Difficile la communication


      • Jean 16 novembre 2010 23:45

        "On vit dans un monde certes imparfait et perfectible mais tout un chacun pense maintenant que ce qui lui arrive est de la faute à celui celoua celle-çi ou celle-loua son patron son président son chien son poisson rouge et presque plus personne a comme idée que notre destin tient entre nos mains . On a des montagnes de fils sur Avox avec une constante désignation du salopard qui pourrit notre vie . On revient deux ans plus tard les mêmes chantent la pareille chanson . Tu leurs dis à ceux qui râlent contre leur patron de se mettre à leur compte en créant leur boîte , ils ont mille prétextes et excuses pour ne pas le faire« 

        Les milliards de dollars versés aux traders tandis qu’ on ferme des crèches c’ est du vent ?
        Il y a des destins de peuples qui ne se font (malheureusement) que par la lutte, la révolution, tant que l’ Homme vit toujours selon son animalité.

        Et ça ne vient pas à rocla qu’ un Homme peut ne pas vouloir être à son compte mais travailler pour une communauté. Question de goût, d’ aspiration.

        Restez donc sur votre passerelle de commandement capitaine, j’ espère que l’ auteur psy saura mieux vous apprécier une autre fois au lieu de tape sur l’ épaule.

        Je viens de voir (grâce à Agoravox) »au bas de l’ échelle« , un »fils à papa" découvre l’ humanité des petites gens... salariées


      • Jean 16 novembre 2010 23:49

        Mais chose rare, bien plus d’ accord avec votre premier commentaire

        rare, très rare...

        (j’ aime pas les « forts », les « ya qu’ à » ; les « c’ est moi l’ meilleur », les j’ me suis fait tout seul" etc.)

        Et la sagesse à trois sous.


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 novembre 2010 08:11

        Bonjour  la vie , 


        Jean , 


        Je préfère les Jean bons de Bayonne .

        Bonne suite à tous .

      • jack mandon jack mandon 17 novembre 2010 08:21

        Jean,

        Entre la tyrannie de la collectivité et celle de l’individualité, nous allons et venons tout au long de la vie en nous efforçant de trouver notre place.
        Votre argumentation est entendue par une foule de gens, celle du capitaine l’est aussi par des gens plus silencieux et bien sur solitaires. Tout le monde a raison.
        Au fond nous avons tous tellement besoin d’être reconnus.

        Merci de votre éclairage.


      • Dominitille 16 novembre 2010 13:37

        Bonjour Jack Mandon,
        Vos papiers sont magnifiques, parfois sortant trop de l’ordinaire d’ AV.
        Ils demandent de la réflexion car sinon la tentation est grande de faire des réponses laconiques.
        Vous m’avez peu à peu fait penser à Jonathan. A vous lire aujourd’hui j’ai la désagréable impression de lire la mort du cygne.
        Il y a sur AV des lecteurs silencieux.
         Bonne journée


        • jack mandon jack mandon 16 novembre 2010 14:04

          Dominitille,

          La mort est le début d’une autre vie.

          Votre commentaire est comme une caresse de l’âme, dans le contexte valorisé.

          Merci


          • Dominitille 16 novembre 2010 14:40

            La mort peut attendre, car même chez elle tout n’est pas interessant.
            Qui vous dit que vous serez accueilli à bras ouverts par Saint-Pierre ?
            Qui vous dit que vous ne serez pas coincé entre deux mondes et condamné à errer dans les
            couloirs sinistres d’une maison habitée jusqu’ à votre rédemption ?
            Je regarde en ce moment depuis quelques semaines, une émission sur la chaîne planète,
            sur les maisons hantées.
            Comme le dit le commentateur de sa jolie voix canadienne « sommes nous seuls ? »
            Il ne suffit pas de vouloir mourrir, il faut des garanties d’une mort sereine et constructive pour l’avenir
            Re-bonne journée 




            • jack mandon jack mandon 16 novembre 2010 16:50

              Domi

              C’est sur qu’elle attendra, d’ailleurs je viens de faire mon circuit vélo quotidien.

              Dans le vent et le froid, j’ai affronté la nature comme David Goliath.

              Pas de vainqueur mais un bien être qui permet à ce qui me sert de neurones

              de répondre à vos encouragements bienveillants.

              Pierre ne m’attend pas, il n’est pas mon genre.

              Vous êtes victime de votre imaginaire et vous regardez de vilaines images.

              Vous me rappelez la confession du « père » François, le curé de ma paroisse.

              En confession, il me posait toujours la même question :

              « Regardez vous des vilaines images ? »

              Plus tard, dans l’adolescence, j’ai compris ce qu’il voulait dire.

              Seulement, à ce moment là, je préférais regarder les femmes en nature

              non pas en image.

              Pour rester dans le thème qui nous préoccupe, j’ai toujours préféré le territoire

              à la carte...et pourtant je croyais avoir de la sympathie pour Aristote.

              D’autre part, Domi mon amie, ce n’est pas uniquement pour la rime,

              avec tout le respect que je vous dois,

              je me sens éternel...c’est sans doute un effet d’adrénaline.

              " La conception aristotélicienne de l’homme influença le christianisme dès son origine à travers St Paul, Saül de Tarse, qui lui transmit sa vision infériorisée de la sexualité  : "Il est bon pour l’homme de s’abstenir de la femme. Toutefois, à cause de ses débauches, que chaque homme ait sa femme et la femme, son mari. Mais s’ils peuvent se contenir, qu’ils se marient : mieux vaut se marier que de brûler."(I, Corinthiens, VII, 1-2, 9).

              Fâcheux mélange entre le paganisme et le christianisme. Hélas toujours d’actualité.

              En attendant merci de votre visite

              A bientôt 


            • Jean 16 novembre 2010 23:08

              Nous sommes seul en nous-même mais nous avons un héritage de la « création (?) » : la joie d’ ETRE qui n’ est pas notre « je ». (et la solitude souffrante n’ est plus qu’ illusion du mental livré à lui-même, désemparé face à sa propre existence, angoissé par le vain « pourquoi », « que suis-je »)

              Le « je » n’ est que partie de l’ être et la joie n’ a pas besoin d’ explication, de rationalité, elle se suffit à elle-même, elle est sa propre justification etc. « la joie est l’ air du monde nouveau »

              encore quelques extraits :

              « Le nouvel élément entre Ciel (Coeur) et terre (mental) est
               Co-naissance (raison éclairée par le Coeur ou union du »Ciel et de la terre« ... en nous, lumière
               intérieure et joie d’ être insouciante, sans raison etc.)

               En bas, l’ »enfer« et le cimetière.
               En haut le Ciel où IL est cencé demeurer.
               Entre les deux est couché le nouveau-né, celui qui unit.
               Il n’ y a plus ni mort, ni »enfer« , ni cimetière,
               il n’ y a plus de Ciel inaccessible
               quelque part là-haut,
               ... »

              « Le royaume des cieux est en vous » (Jésus)
              « Vous êtes votre propre refuge » (Bouddah)
              « Connais-toi toi-même » (Socrate)

              Le buisson ardent c’ est l’ Homme lui-même... ici et maintenant pour « qui s’ élit » (A. Huxley)

              Que suis-je ? Feu.


            • Gollum Gollum 16 novembre 2010 15:05

              Bonjour Jack. smiley


              Bien d’accord avec vous sur cette critique de la logique d’Aristote. Je dirais même qu’il n’y a rien de plus fondamental. Je me suis exprimé déjà souvent là-dessus plusieurs fois sur Av, j’y reviens à l’occasion de votre texte. 


              La logique d’Aristote est essentiellement binaire. A, non-A, et aucune communication possible entre les deux. C’est une logique du non-vivant, ce pourquoi elle est employée dans nos actuels ordinateurs, avec le langage binaire 0 et 1... Sa généralisation et son abus dans notre monde nous transforme de ce fait en robots.


              La logique de la Vie est au contraire une logique à 4 éléments. Celle du Taoïsme chinois. Le Yang et le Yin se scindant en deux, Jeune Yang et Vieux Yang, Jeune Yin et Vieux Yin. Chaque pôle en « vieillissant » se transforme en son contraire et permet de ce fait un échange entre Yin et Yang ce que n’autorise pas la logique d’Aristote. Chaque pôle contient l’autre pôle en germe, de façon latente.


              Celui qui a le mieux étudié cette logique de la double contradiction croisée est Raymond Abellio, ingénieur polytechnicien, amateur d’ésotérisme.


              On peut signaler aussi Stéphane Lupasco auteur d’une logique à 3 éléments, qui insiste sur les notions d’actualisation/potentialisation des pôles énergétiques, avec un troisième état, d’équilibre entre les deux, dit état T.


              Je ne peux malheureusement pas détailler beaucoup plus ici. Av n’est pas l’outil idéal pour cela, mais je ne peux qu’encourager les curieux à méditer sur ces auteurs et ces questions fondamentales.


              J’avoue ne pas connaître par contre Korzybski.


              Cordialement.



              • Diogene 16 novembre 2010 16:52

                Je préfère la formulation :


                La carte n’est pas le territoire qu’elle représente.

                A titre personnel, je regrette le succès qu’a eu cette formule, ne serait ce que par son usage pour solliciter le Goncourt , j’aurais préféré l’exposé d’une relation non- biunivoque :

                Une carte (parmi les cartes) n’est pas le territoire qu’elle(s) représente(nt)

                Si la réalité (le territoire) est unique, la vérité(=la carte) est le plus souvent multiple.

                L’inverse est plus rare :

                La carte(unique) -est la vérité- des territoires  (rare et peu fructifere.)


                La réalité n’a pas de sens
                Le sens n’existe que dans l’ oeil de l’observateur.
                Ce n’est qu’en regardant les choses que je donne du sens au choses.
                Tous les observateurs (différents) sont légitimes simultanément.

                Le SGBD (base de donnée relationelle, ex : Oracle) est une abomination.
                L’existence précède l’essence.
                Le sens des choses n’existera que quand je poserai la question.
                Ranger quelque chose -a la bonne place- est castrateur et empêche d’inventer l’avenir.

                Bénis soit Google dans lequel personne n’a jamais rien rangé !!!


                • jack mandon jack mandon 16 novembre 2010 17:24

                  Diogène,

                  Comme vous avez raison, google est un vrai bordel, c’est comme dans la genèse, selon une version Darby, « Au commencement, il y avait un grouillement grouillant »
                  Tout reste à faire, c’est inespéré !

                  « ÔTE TOI DE MON SOLEIL » répondiez vous au grand Alexandre qui vous rendait visite courtoisement...vous aviez déjà beaucoup de courage.

                  En attendant vos remarques sont pertinentes, je vous en remercie

                  Au plaisir


                • jack mandon jack mandon 16 novembre 2010 17:07

                  Bien d’accord avec vous sur cette critique de la logique d’Aristote. Je dirais même qu’il n’y a rien de plus fondamental. Je me suis exprimé déjà souvent là-dessus plusieurs fois sur Av, j’y reviens à l’occasion de votre texte.

                  NOUS TROUVONS CE QUE NOUS CHERCHONS

                  La logique d’Aristote est essentiellement binaire. A, non-A, et aucune communication possible entre les deux. C’est une logique du non-vivant, ce pourquoi elle est employée dans nos actuels ordinateurs, avec le langage binaire 0 et 1... Sa généralisation et son abus dans notre monde nous transforme de ce fait en robots.

                  AINSI L’ORDINATEUR CONTRÔLE L’HUMANITÈ

                  La logique de la Vie est au contraire une logique à 4 éléments. Celle du Taoïsme chinois. Le Yang et le Yin se scindant en deux, Jeune Yang et Vieux Yang, Jeune Yin et Vieux Yin. Chaque pôle en « vieillissant » se transforme en son contraire et permet de ce fait un échange entre Yin et Yang ce que n’autorise pas la logique d’Aristote. Chaque pôle contient l’autre pôle en germe, de façon latente.

                  OUI ET CELA VIENT DE L’INTéRIEUR

                  Celui qui a le mieux étudié cette logique de la double contradiction croisée est Raymond Abellio, ingénieur polytechnicien, amateur d’ésotérisme.

                  OK JE VAIS M’INFORMER

                  On peut signaler aussi Stéphane Lupasco auteur d’une logique à 3 éléments, qui insiste sur les notions d’actualisation/potentialisation des pôles énergétiques, avec un troisième état, d’équilibre entre les deux, dit état T.

                  CURIEUX LE TAU EST LA CROIX CHRISTIQUE QUI S’IMMOBILISE EN TERRE

                  Je ne peux malheureusement pas détailler beaucoup plus ici. Av n’est pas l’outil idéal pour cela, mais je ne peux qu’encourager les curieux à méditer sur ces auteurs et ces questions fondamentales.

                  ENTRE OMBRE ET LUMIÈRE, LA LUMIÈRE JAILLIT

                  J’avoue ne pas connaître par contre Korzybski.

                  CELA ME SURPREND DE VOUS, EN ATTENDANT MERCI POUR VOTRE INTERVENTION.


                  • jack mandon jack mandon 16 novembre 2010 18:48

                    Diogene

                    La carte n’est pas le territoire qu’elle représente.

                    Intéressant votre remarque, mais ça peu se discuter

                    La carte est la représentation du territoire mais le mode de représentation se fait sur un autre plan, limitant dans la platitude de sa géométrie plane, relativement à la complexité du territoire.
                    Ce qui pourrait sous entendre que la carte est fausse, ce qui n’est pas exact, elle est simplement insuffisante, une première indication, une première piste...le chemin est long qui conduit au territoire.

                    Il me vient à l’esprit que les femmes en général ont quelques difficultés à déchiffrer un plan, mais sont spontanément en phase avec les choses dans un espace de vie.

                    Dans un raccourci un peu facile, cela veut peut être signifier que les femmes en général, hormis celles formées à la lecture des plans, c’est à dire déformées, n’entre pas volontiers dans un certain aspect de la philosophie binaire d’Aristote ?
                    Seraient elles plus...intuitives naturellement, enfin différemment intuitives des hommes ?

                    En final, personnellement je ne modifierais pas la formulation originelle, de plus elle est autre
                    « UNE CARTE N’EST PAS LE TERRITOIRE » ça c’est peut être plus juste

                    Merci de votre remarque.


                    • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 16 novembre 2010 19:57

                      Grand Dieu, il existe des pages, sur ce media, où on parle avec courtoisie, intelligence et où les échanges se font feutrés, obligeants et aimables. Quelle merveille ! Aussi quel plaisir de faire halte un instant dans ce territoire accueillant.


                      • Jean 16 novembre 2010 22:41

                        Il paraît que Bouddah disait que les Hommes sont comme les nénuphars :

                        certains sont (encore) dans la boue, d’ autres entre deux eaux, d’ autres frôlent la surface, d’ autres sont des fleurs au-dessus de l’ eau.

                        Et il n’ y a (donc) pas à juger ? juste attendre...


                      • jack mandon jack mandon 17 novembre 2010 08:36

                        Bonjour Armelle,

                        Oui, c’est reposant.

                        Comme dit le poète « parle moi, j’ai des choses à te dire »

                        Nous avons tous besoin de nous confier, ce n’est peut être pas le lieu.

                        Ceux qui vraiment s’abandonnent prennent certains risques.

                        C’est précisément le premier élan de communication.

                        Merci de votre passage


                      • jack mandon jack mandon 17 novembre 2010 08:56

                        Tout à fait Jean,

                        Belle image. Je crois dans la vie nous ne cessons de croitre et de décroitre entre la boue, l’eau, l’air et le soleil.
                        Selon notre humeur et notre état de santé.

                        Merci de la métaphore, c’est bien là le langage pédagogique le plus universel.

                        Néanmoins force de constater que les mots sont des armes de manipulation délicate.

                        Au fond écrire, c’est plus se parler à soi même qu’à l’autre.

                        Il manque à l’auditif que constitue l’écriture, le visuel et le sensoriel pour donner à la communication une véritable existence. Ce qui n’empêche pas le dialogue intérieur qui s’oppose naturellement à la conscience extérieure qui elle est communication.

                        Ce n’est pas un hasard si dans les moments de crise entre état on a recours à des spécialistes de la communication. Les diplomates.

                        Je reste cependant un peu triste, les états unis compte en leur sein les plus grands savants
                        et pourtant la politique américaine comporte des facettes détestables qui ne contribuent pas à éclairer le monde des plus déshérités.


                      • Jean 17 novembre 2010 09:40

                        « Ecrire c’ est se parler à soi-même », ou « besoin d’ être reconnu » etc.

                        Je n’ ai pas la prétention de dire le vrai (je cherche) ; vous avez cité Camus dans un autre article quelque chose comme « la vérité aveugle, le mensonge est crépuscule qui met en relief »

                        Pour rester dans l’ allégorie Il semble que l’ Homme soit fait pour être soleil.

                        Le soleil est-il éblouï par lui-même ? mon idée est qu’ un Homme doit être brûlant et passif, seul en lui-même, chacun pour soi ; mais qui veut venir à son contact se chauffe et surtout s’ allume lui-même, mais qui veut rester dans l’ ombre... « L’ animal centre tout sur lui-même, l’ Homme (nouveau) rayonne », et c’ est contagieux... (encore que difficilement)

                        Il n’ y a pas de crépuscule pour le soleil, lui-même.

                        Sur l’ Homme : mon idée, vous avez un rocla qui « se fait lui-même », un battant, méprisant les « défileurs professionnels » etc. : un poids du côté de la balance.

                        Il se veut l’ idiot du village, du site, ...rouler tourné à l’ envers sur son vélo : autre poids de l’ autre côté de la balance.

                        Tout cela fait un équilibre artificiel, compensation

                        rocla est anonyme aussi peu importe la personne, je généralise

                        Mais quand l’ Homme devient « soleil », le poids lui-même....

                        Le bois mort est léger, ce qui est mort est léger, l’ arbre plein de fruits est lourd

                        Et il n’ y a plus besoin de « considération », de tape sur l’ épaule, de bons-points... l’ éveillé se suffit à lui-même et rayonne

                        Je cherche....


                      • Jean 17 novembre 2010 10:01

                        Pour ce qui est des « savants » des intellectuels, le mental même ultra puissant, s’ il n’ est pas associé à une vraie sagesse, un Coeur humble, éveillé.... etc.

                        Pour que l’ Amour dans le cosmos devienne conscience de lui-même, il faut en passer par là

                        Extrait d’ un texte de moi (pour cette fois)

                        « Malheur au monde à cause des scandales ! Il n’ est pas possible qu’ il n’ y en ait point, il est nécessaire qu’ ils arrivent ; ... », précise l’ Evangile : il semble que, dans un processus de création, le passage par un mental livré à lui-même, isolé (inconscient) de sa Source soit inévitable, « Eve » et « Adam » deviennent d’ abord conscients.

                        Et l’ Amour est à l’ état d’ enfance : « si vous ne redevenez comme des petits enfants, vous n’ entrerez pas dans le royaume des cieux »

                        le « comme » est important : conscience en plus
                        le « royaume des cieux » c’ est notre intériorité, ici et maintenant et pas l’ enfantillage d’ un au-delà qui n’ est pas notre souci (joie insouciante de l’ enfant et même de l’ animal repu (conscience en plus)

                        Le Bouddhisme n’ enseigne pas autre chose, ni le taoïsme, ...


                      • Dora-Rafaella Dora-Rafaella 16 novembre 2010 20:29

                        Mais alors, si la carte n’est pas le territoire qu’elle représente, qui est Descartes, la carte ou le territoire de la carte ??!! UNE Carte, LA carte ou DES cartes... un jeu de carte ou un Je De carte ??!! Carte de pique ou As de trèfles ??!!!
                        Enfin, moi je ne sais plus...et je suis perdue en plus. Je ne retrouve plus mon latin, et je n’arrive plus à mettre la main sur ma boussole. Tellement perdue que j’ai confondu ma carte avec mon GPS, et que je me suis retrouvée à PARIS au lieu de GENEVE...

                        Sourire. 
                        Merci Grand Mage pour cet heureux article, soulignant évidemment les pertinents principes et analyses actuels de la PNL.
                        Si chacun pouvait garder plus souvent à l’esprit que l’on a tous une vision différente des choses et des éléments en fonctions de notre vécu et connexions neuronales cela permettrait plus de tolérance et d’empathie, au-delà des conflits et des jugements de valeurs.
                        Buona serata
                        Dora

                         


                        • jack mandon jack mandon 17 novembre 2010 09:16

                          Chère Dora

                          Dora et Mercure au pouvoir.

                          Energie de communication, de liaison, d’échanges et de mouvement.

                          Je pressens un zeste d’Esculape ou peut être d’Hippocrate...

                          Assermentée peut être mais dans l’espace du soleil assurément.

                          Merci...petit génie de la Bastille.


                        • Jean 16 novembre 2010 22:35

                          Quelques extraits « mystiques » sur le mensonge, à votre usage, que chacun en fasse ce qu’ il en veut !

                          « Un merveilleux calice est descendu du ciel. (Amour/Feu dans le Coeur)
                           L’ Homme-enfant (mythe d’ Adam) l’ a attrapé, l’ a laissé tomber,
                           il s’ est cassé en mille morceaux,
                           en éclats d’ argile grinçants : en mots.
                           Une quantité de mots, cela n’ existe pas,
                           seul le calice existe.
                           Il descend toujours et toujours du Ciel.
                           Il n’ y a pas beaucoup de mots-
                           il n’ y a que le mot, le calice »

                          « Un mot te ferme. Tu as dit »je« . C’ est fini.
                           Un rideau s’ est tiré entre toi et la vérité éternelle.
                           ...
                           le rideau s’ appelle »je« 
                           ... »
                          (A Pilate qui demandait au Christ : « qu’ est-ce que la vérité ? » celui-ci ne répondit rien.
                          La vérité est sans doute nous-même, sans le blabla interminable de la pensée rationnelle, qui n’ est que partie de nous-même, et pas notre ETRE.)
                          « Le pigeon parle et c’ est vrai.
                           Mais ce qui sort de la bouche de l’ homme,
                           tout cela est mensonge, bavardage, plainte, consolation tiède.... »

                          « LUI est silence, LUI qui est toujours avec vous.
                           Son enseignement est aussi silence.
                           Ce qui est silence ne peut être dénaturé.
                           Ainsi celui qui se cache derrière tous les mensonges
                           ne peut s’ y glisser... »

                          « Ecoutez bien ! Tout cela, tout ce qui a été annoncé,
                           SE PASSE EN VOUS-MEME
                          ...EN VOUS-MEME »

                          (extraits des « Dialogues avec l’ ange »)

                          ...Et la vérité était là devant Pilate, silencieuse : la vie elle-même, en soi, nous-même, nous Tous, êtres vivants !


                          • jack mandon jack mandon 17 novembre 2010 09:44

                            jean

                            Bien sur le silence est l’attitude sage,

                            Surtout devant cette question qui n’en est pas une « qu’est ce que la vérité ? »

                            Aristote en toile de fond avec sa carte dérisoire, qui vient de poser innocemment l’incommunicabilité universelle qui engendre aujourd’hui encore la monstruosité du conflit armé, le terrorisme, le capitalisme...et tous les isme à la bonne conscience.
                            Ce n’est pas une question, c’est l’expression d’un doute qui ne laisse pas d’espace à l’interlocuteur.

                            Votre intervention est au centre du problème

                            Merci de votre participation.


                          • Jean 17 novembre 2010 10:12

                            Avec... joie, et humour en filigrane j’ espère.

                            Avec ses mots, ses dogmes, ses croyances, ses certitudes, etc. (produits du mental) l’ humanité se complique vainement et dangereusement la vie.

                            Amicalement à tous.


                          • jack mandon jack mandon 17 novembre 2010 11:49

                            Jean

                            Et l’ Amour est à l’ état d’ enfance : « si vous ne redevenez comme des petits enfants, vous n’ entrerez pas dans le royaume des cieux »

                            C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux. Matthieu 18.5
                            Il ne s’agit pas de régresser, c’est à dire re devenir, il s’agit de devenir, de s’inspirer de la confiance de l’enfant.

                            Je me demande de quels enfants l’on parle, plongés qu’ils sont dans un monde de plus en plus difficile...il s’agit des nouveaux nés sans doute

                            J’ai une bonne nouvelle, Socrate lui même se plaignait des enfants arrogants et irrespectueux, donc tout n’est pas perdu, c’est un problème de communication.

                            Cela nous ramène à la logique archaïque d’Aristote, c’est de cela qu’il faut nous affranchir pour nous libérer des vieux schémas ...à moins que l’on veuille s’identifier définitivement à nos ordinateurs.
                            Dans ce cas il ne nous reste plus que quelques décennies à vivre.

                            bon appétit les amis !

                            Uncle Ben’s


                            • Jean 17 novembre 2010 12:29

                              Il me reste peu de temps avant de quitter mon écran

                              Peut-être plus « physiquement » (la science), plus scientifiquement, plus primordialement...

                              ...C’ est la matière elle-même qui est Amour dense ? ...devient vivante puis pensante (si elle n’ est que pensante et non encore « brûlante » alors c’ est la brêche en nous, le « péché originel », la déprime, le questionnement, le mental désemparé, ...)

                              Concernant vos propos plus haut (je fais vite)

                              Considérez que la joie est UNE, et dans le temps aussi (surtout), plus de « haut » et de « bas », plus de réveil en broyant du noir, la joie qui ne finit jamais, sans raison (on se demande même pourquoi), plus de brêche (temporelle)

                              A vivre, c’ est notre héritage, notre dû et à notre portée

                              ......


                            • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 novembre 2010 19:48

                              Re , 


                              En fait j’ ai rien compris à l’ article mais j’ ai bien aimé la photo .

                              Bon crépuscule , qui chacun le sait , est la lumière incertaine qui succède au coucher du soleil .



                              • Jean 17 novembre 2010 22:31

                                Le mental en effervescence, le bouillonnement des pensées, les croyances, les certitudes, la « compréhension », l’ intellectualisme pédant, ... troublent l’ intériorité.

                                Le mental qui se calme apaise l’ intériorité.
                                (« Ne chérissez pas les opinions » (Bouddah))

                                Rien à comprendre, mais la paix, la sérénité à vivre.

                                Des illetrés saisissent ce que des savants ne peuvent comprendre.

                                La lumière vaincra car seule, elle est. Existe-t-il des particules de ténèbres ? mesure-t-on la ténèbre ? les ténèbres sont non-existence.

                                « Les ténèbres ne peuvent croître, seule la lumière peut faiblir »

                                Brûlez ! la « compréhension » est vaine.


                              • kéké02360 23 novembre 2010 12:34

                                Désolé d’entrer sans frapper dans votre univers feutré ,douillet, mais j’avais besoin de me confier à vous , comme un soupir dans la nuit qui rompt le silence , << le silence est l’attitude des sages  >>…….

                                << La mort est le début d’une autre vie >>, peut-être ! Mais est-ce bien équitable quand pour vous c’est l’autre qui choisit ! Chacun sa vérité ,mais qu’est ce que la vérité quand l’homme-animal centre tout sur lui-même ! Et à quoi bon traiter l’amnésie si l’histoire occulte le présent !

                                A quoi servent les philosophes et intellectuels au-delà de leurs échanges jouissifs, s’ils ne peuvent amener du sens aux choix politiques du monde, du sens à partager avec le  plus grand nombre pour  la vie…..

                                << La carte n’est pas le territoire qu’elle représente >> << une carte n’est pas le territoire >> prend ici http://culturebox.france3.fr/all/29623/gaza-2010-regards-sur-une-terre-meurtrie-par-kai-wiedenhofer/#/all/29623/gaza-2010-regards-sur-une-terre-meurtrie-par-kai-wiedenhofer tout son sens et nous confronte à la réalité des trois principes d’Aristote : << d’identité ,de contradiction, du tiers exclu  >>


                                • jack mandon jack mandon 24 novembre 2010 10:37

                                  Kéké 02360

                                  Bien reçu votre message,

                                  Quand j’avais 20 ans, j’étais en Algérie, les deux dernières années de guerre.

                                  Dans l’armée de l’air, j’aurai pu participer au combat...pour tuer.

                                  Comme je n’entend rien à la guerre, il se trouve que j’ai fait de la météorologie,

                                  pendant deux ans à Maison Blanche, près d’Alger, puis à Aïn-el-bey,

                                  près de Constantine, j’étais dans la guerre, et pourtant je ne l’ai pas vu.

                                  La violence ne m’habite pas vraiment.

                                  Je ne peux pas changer le monde, alors j’ai changé de monde.

                                  Il existe une interaction de violence entre arabe et musulman depuis

                                  les frasques d’Abraham, leur père commun.

                                  Seulement, Sarah, la femme légitime a enfanté Isaac,

                                  le père des hébreux.

                                  la servante Agar a enfanté Ismaël, elle fut congédiée.

                                  Ismaël est l’ancêtre des arabes.

                                  Ce conflit est un drame de famille séculaire.

                                  Ils appartiennent tous à la grande famille sémite,

                                  La famille est malade, quand ils seront adultes ils règlerons peut être

                                  leurs comptes...j’ai beaucoup de sympathie pour les deux camps

                                  Ai-je répondu à votre question ?

                                  Bien amicalement


                                • jack mandon jack mandon 25 novembre 2010 18:32

                                  KéKé 02360

                                  Pardon, je voulais dire entre arabe et juif.

                                  Puisqu’il s’agit de la même famille, on ne peut comprendre

                                  ce conflit ancestral qu’en acceptant le fait incontournable

                                  des haines fratricides aux racines génésiaques,

                                  Avez vous essayé de vous mêler des affaires familiales ?

                                  Ce problème se règlera de l’intérieur.


                                  • kéké02360 18 décembre 2010 19:50

                                    Doit-on comprendre << Il existe une interaction de violence entre arabe et musulman depuis les frasques d’Abraham, leur père commun. >> comme un lapsus révélateur d’une part de réalité, un conflit entre le féminin et le masculin, un conflit entre le père et le fils, à moins que ce soit l’expression d’une partie de votre inconscient , .......

                                    Oui j’ai approché très modestement d’assez près les affaires familiales ; l’approche systémique , la thérapie familiale, la médiation familiale ne me sont étrangères ...

                                    Les conflits familiaux ne se règlent pas toujours de l’intérieur malheureusement, l’aide d’un thérapeute , d’un médiateur sont parfois nécessaires.

                                    La grande famille du Moyen Orient bien qu’elle ait à n’en pas douter les personnes ressources pour y parvenir, aura du mal à régler ses problèmes seules . Les politiques qui s’en mêlent ne serait-ce qu’à cause des conflits d’intérêts n’ont ni la neutralité , ni la distance nécessaire pour aider à trouver la voie de la paix......

                                    Je regrette profondèment l’abandon des intellectuels pour la chose politique, à moins que ce soit l’inverse dans ce monde où il est suspect de penser ......

                                          <<- un mot n’est pas ce qu’il représente,

                                          - un mot ne représente pas tous les faits,

                                          - le langage est auto-réflexif. >>



                                    Les mots peuvent-ils soigner les maux !? je crois que oui !

                                    Moi aussi j’ai beaucoup de sympathie pour celles et ceux des deux camps qui désirent la paix

                                    << Je ne peux pas changer le monde, alors j’ai changé de monde.>>

                                    Votre phrase me fait penser à ses jeunes désespérés de changer le monde qui se replient, se marginalisent pour vivre dans leur monde ....

                                    Je crois que nous pouvons changer le monde de par nos actes au quotidien et par l’expression de nos convictions. Les mots ont quand même un sens ...................


                                           


                                    • jack mandon jack mandon 19 décembre 2010 16:54

                                      kéké02360

                                      Votre phrase me fait penser à ses jeunes désespérés de changer le monde qui se replient, se marginalisent pour vivre dans leur monde ....

                                      Cela peut être créatif, ce peut être aussi l’indice d’un désespoir, d’un isolement maladif.
                                      Les sages ne sont pas étrangers à cette attitude
                                      Où commence l’un et où finit l’autre ?

                                      Nous sommes tous en recherche.

                                      "comme un lapsus révélateur d’une part de réalité, un conflit entre le féminin et le masculin, un conflit entre le père et le fils, à moins que ce soit l’expression d’une partie de votre inconscient

                                      Bien sur tout est possible

                                      Je crois que nous pouvons changer le monde de par nos actes au quotidien et par l’expression de nos convictions. Les mots ont quand même un sens

                                      Absolument, cet interaction est permanente.

                                      Merci de votre intervention

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès