• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Adresse en forme d’hommage à Patrick Besson, l’homme qui écrit (...)

Adresse en forme d’hommage à Patrick Besson, l’homme qui écrit vrai

Pierre Desproges a dû aimer Patrick Besson ; il détestait les écrits vains, lui qui se voulait écriveur. Je partage son goût. Patrick Besson fait plaisir à lire. L’humeur parfois mauvaise, souvent bonne, jamais bonasse, l’humour vachard, comme il se doit, il fait passer sa pilule avec entrain, dans un style TGV. Il nous embarque souvent, même quand il fait parler Pouchkine, dans sa propre croisière. Elle n’a pas toujours été amusante et il s’en distrait aujourd’hui pour faire oublier des chagrins. On les devine quand il raconte les pères et mères de ses héros et donc son enfance. Il a la malchance pour lui et c’est une chance pour nous de n’être pas un de ceux qui regardent sans voir, écoutent sans entendre.

Besson, lui, à leur contraire est prolixe et protée. Il s’intéresse à tout : les voyages, le ciné, la télé, les livres de ses confrères, surtout les malheureux, ceux qui ne savent pas écrire.

Graphomane surdoué, il ne tire pas à la ligne. Sa plume court rapide, légère, opportune, pas slave pour un sou. Grâce à lui le Point devient majuscule. Sa dégaine rapide, sa haute taille font de lui un personnage de l’Ouest, plus près de l’Eastwood d’Impitoyable que du Wayne de L’Homme tranquille. Le sang avec lui coule facilement.

Cette hyperactivité est due, j’imagine, à une maladie d’enfance qui n’a pas trouvé son remède ou à un Bercy trop avide ou à quelques belles gourmandes.

Il nous dit beaucoup sur lui. Quoique encore jeunot, il se sent vieillir, se plaint-il dans La Paresseuse. Le visage s’élargit, se met à ressembler au père. Il est vrai qu’entre le Besson de la 4e de couverture de Dara (1985) et celui de Saint Sépulcre (de Points 2005), il y a comme une poperisation du massif facial, manque la grande barbe. Mais rassurez-vous, M. Patrick, vous ne serez jamais pépère.

Sa manie de toucher à tout et, semble-t-il, à toutes satisfait certainement des exigences gourmandes en énergie. Il la renouvelle sans effort avec une fécondité qui doit rendre jaloux les cercles qu’il fréquente.

Même si je le sens du genre à ne pas les exaucer, je ferai une prière : s’il vous plaît, prenez une année sabbatique, des arrangements avec le percepteur, résistez à vos rédacteurs, à l’éditeur, isolez-vous dans une datcha, en Sibérie, où vous voulez, et mijotez une grande pièce de théâtre – sans entracte car je vais à Paris entre deux trains – pour y mettre tout ce qu’on aime chez vous : de la tendresse, de l’amertume, du vitriol, des regrets, des amitiés et des amours en partance mais qui reviendront, etc. Enfin, des choses qui changent des bons sentiments, de la philosophie à l’eau de rose, des idées à la mode, du théâtralement correct. Ce n’est pas trop vous demander. Sans vous forcer vous le pouvez.

Avec toute l’admiration d’un lecteur qui vous lit avec bonheur.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • SANDRO FERRETTI SANDRO 10 juillet 2008 12:11

    Bonjour, Docteur

    Besson est en effet brillant, conçis et vitriolesque dans la litote. Du moins l’était, car ses dernières productions ( à partir de "les Brabant" )sont plus dilluées et moins percutantes.

    Son meilleur roman reste , à mon sens, "la femme riche". Un bijou stylistique, court et puissant.


    • Dancharr 10 juillet 2008 15:42

      Bonjour Sandro,

      Oui, il doit être victime de sa facilité et de son activité car sa production en tout genre est hallucinante.

      P.S. Dans mon texte il faut lire « popérisation » et non « paupérisation ». Le correcteur automatique n’aime pas les néologismes.

      Bien cordialement.

       


    • Yannick Harrel Yannick Harrel 10 juillet 2008 14:19

      Bonjour,

      Pour moi Patrick Besson c’est l’auteur du roman d’aventures Les frères de la consolation. Superbe ouvrage de cape et d’épée où les deux protagonistes sont deux frères Serbes promenant leurs désillusions au sein le Paris enfiévré de 1830.

      Quasiment inconnu du grand public mais tellement jouissif.

      Cordialement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires