• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Albert Camus et Jean-Paul Sartre : une relation tumultueuse

Albert Camus et Jean-Paul Sartre : une relation tumultueuse

Jean-Paul Sartre et Albert Camus sont deux figures majeures de la vie intellectuelle française du XXème siècle. Romanciers talentueux (L’étranger, Camus ; La Nausée, Sartre), mais aussi dramaturges (Caligula, Camus ; Huis Clos/Les Mouches, Sartre), ils s’investissent également dans des journaux de référence (Combat pour Camus et Les Temps Modernes pour Sartre), et enfin, ce qui explique sûrement le mieux l’intensité de leur amitié, de leur rivalité puis de leur brouille, ils sont tous les deux philosophes, des penseurs engagés, membres de la résistance intellectuelle, ils sont proches des communistes et croient en la révolte.

 Camus pourtant ne se revendiquait pas philosophe, il se qualifiait bien plus aisément d’artiste :« Pourquoi suis-je un artiste et non un philosophe ? C’est que je pense selon les mots et non selon les idées »disait-il à ce sujet.

Cependant sa vision de l’absurde relève bel et bien de la philosophie, Le Mythe de Sisyphe est un essai bien plus qu’un roman. Camus n’est pas un théoricien, c’est un homme passionné qui a besoin d’exemple, il parle à travers d’autres hommes, même lorsqu’il écrit ce qu’il ressent au plus profond de lui-même, même dans La Chute. Mais dans ses autres romans aussi, l’on retrouve un fond philosophique, une idée qui serait comme un tableau que l’on peint au fur et à mesure de la lecture, il en était conscient, bien sûr ; selon lui « un roman n’est jamais qu’une philosophie mise en images ».

Cette vision, Jean-Paul Sartre ne la partageait pas, c’est la raison pour laquelle il n’a jamais considéré Camus comme un vrai philosophe. Il faut se rappeler que Sartre a un statut de philosophe si l’on peut dire « officiel », il sort de l’Ecole Normale Supérieure, il est reçu premier (en vérité premier ex-æquo avec Simone de Beauvoir) à l’agrégation de philosophie (à sa deuxième tentative ; il fut collé la première fois car il avait, dit-il, « essayé d’être original »). Il est un des chefs de file de l’existentialisme, c’est un phénoménologue et de surcroît ses talents d’essayiste sont largement reconnus en France et même à l’étranger, notamment grâce à son essai phare L’Etre et le Néant.

Il était certes inévitable qu’ils se rencontrent mais qu’ils deviennent amis, rien n’était moins sûr. Au-delà de leur différence en tant qu’auteurs, leur vie personnelle et notamment leur enfance respective n’avaient pas beaucoup de points communs. Camus est né à Alger dans une famille plutôt modeste, tandis que Sartre est issu d’une famille alsacienne, protestante et bourgeoise. A ce niveau-là, leur plus grand point commun est sans doute le fait qu’ils n’ont tous les deux jamais connu leur père.

Nous arrivons donc à Paris en 1943, Camus prend la direction du journal Combat. En 1944 se tient un rendez-vous emblématique, le 16 juin chez Michel Leiris. Le groupe de lecture de la pièce de Pablo Picasso, Le Désir attrapé par la queue, travaille à la mise en scène. Et sont présents, Albert Camus, Jean-Paul Sartre, Pablo Picasso, Simone De Beauvoir. C’est le début de l’amitié entre les deux hommes, même si Camus et Simone de Beauvoir ont eu un léger accrochage. En effet, Camus a pris la liberté de critiquer de façon ironique et explicite le costume du Castor (c’est ainsi que Sartre la surnommait) pour la pièce. Elle ne l’oubliera jamais. Simone de Beauvoir est tout de même la figure de proue du mouvement féministe, elle est l’auteur du Deuxième Sexe : la bible des femmes libres. Son intelligence n’a rien à envier à celle de son mari et elle jouit au sein de la « famille intellectuelle » de Paris d’une réputation relativement honorable.

Mais cet incident n’entachera pas les relations entre Camus et Sartre. Camus fait entrer Sartre à Combat, en échange de quoi ce dernier intègre Camus à la « famille intellectuelle » de Saint-Germain-des-Prés et du Café de Flore. Le tandem a alors un poids considérable tant en littérature qu’en politique. Leur morale est alors une référence connue et reconnue.

Même si la rivalité qui se doit d’exister entre deux esprits aussi brillants semblait s’estomper, en 1947 vient la première « brouille ». Elle est causée par une critique de Maurice Merleau-Ponty (existentialiste et phénoménologue) publiée dans Les Temps Modernes, critique dans laquelle des opinions de Camus sont remis en cause.

A partir de là, les divergences politiques des deux hommes commencent à apparaître plus clairement. L’élément qui relancera le débat sera un témoignage des déportations dans les goulags soviétiques. Sartre qui est fortement attaché au communisme, se sert du modèle soviétique (bien qu’il le sache totalitaire et cruel) pour critiquer le gouvernement français. Camus ne cautionne pas ce procédé et veut dénoncer les atrocités commises en U.R.S.S. (rappelons que la révolte fait partie des thèmes essentiels et récurrents de la pensée de l’écrivain, nous ne citerons qu’une phrase de lui-même « Je me révolte, donc nous sommes »).

La situation devient donc assez frictionnelle, et L’Homme Révolté qui paraît fin 1951, provoque le mécontentement des communistes. Les premières critiques viennent d’André Breton, le « pape » du surréalisme, elles touchent aussi bien l’œuvre : « fantôme de révolte. », que l’auteur : « révolté du dimanche ». Sartre n’a pas encore réagi publiquement, mais il fait savoir à Camus que leur amitié est corrompue et qu’il ne peut pas le suivre sur la voie qu’il a choisie. Le malaise est déjà présent et le coup fatal est porté par un philosophe sartrien, Francis Jeanson qui publie dans Les Temps Modernes (donc avec l’accord de Sartre), un article qui dénigre de façon peu élégante, voire injurieuse, le livre et son auteur, Camus.

Suite à cela, Camus adresse à Sartre une lettre qu’il titre : Lettre au Directeur des Temps Modernes. Le ton est donné, ce n’est plus un ami qui écrit à un autre, mais un écrivain mécontent qui écrit au directeur d’un journal qui l’a injurié. Il engage donc sa lettre par « Monsieur le directeur, » et parmi les reproches de Camus, l’on pouvait relever celui-ci : « [Je suis las d’être critiqué par des gens] qui n’ont jamais mis que leur fauteuil dans le sens de l’Histoire » (qui fait allusion à la position de Sartre sur les goulags).

La réponse de Sartre ne se fera pas attendre, mais il commence sa lettre en exprimant la déception et les regrets que lui cause cette brouille :

« Mon cher Camus,

Beaucoup de choses nous rapprochaient, peu nous séparaient. Mais ce peu était encore trop : l’amitié, elle aussi, tend à devenir totalitaire. »

Cependant ayant été attaqué et estimant que la réaction de Camus était démesurée et témoignait d’un trop grand ego, Sartre lui adressa des attaques plutôt violentes telles que « D’où vient-il, Camus, qu’on ne puisse critiquer un de vos livres sans ôter ses espoirs à l’humanité ».

Comme la rupture entre deux hommes de cette importance ne pouvait pas passer inaperçue dans le paysage intellectuel, politique et même populaire, les deux lettres sont publiées dans le numéro des Temps Modernes du 30 juin 1952. Il s’agit pour chacun des deux hommes, et peut-être un peu plus pour Sartre, de ne pas perdre la face aux yeux des français. Et au mois d’août de la même année, l’on peut lire à la une de plusieurs journaux « Sartre, Camus : la rupture est confirmée ».

Ils n’iront plus jamais dans le même sens, sauf à la mort d’André Gide lorsque Les Temps Modernes et Combat diront tous deux de lui, qu’il fut sans doute « l’écrivain le plus libre du siècle ».

Cinq ans plus tard, le prix Nobel de Littérature fut décerné à Albert Camus qui l’accepta à contrecœur, estimant qu’André Malraux le méritait plus que lui. Le 10 décembre 1957, lors de la remise de son prix Nobel, en Suède, il prononça un discours, qui dépeint avec une lucidité qui relève du génie, la situation de l’humanité depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale : « Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. « . En toute humilité il dédia ce discours, qui est d’ailleurs toujours d’actualité, à Louis germain, son instituteur à Alger qui lui permit d’obtenir une bourse d’étude.

Camus nous quitta trois ans plus tard, le 4 janvier 1960 à 13h55, lorsque la Facel Vega conduite par son ami Michel Gallimard sortit de la route pour aller s’écraser contre un arbre ; privant ainsi la France et même le Monde de tout ce qu’aurait encore pu accomplir l’homme qui, à travers l’absurde avait finalement mieux compris le monde que beaucoup d’autres.

En 1964, Jean-Paul Sartre se vit à son tour honoré du prix Nobel, mais le refusa. Il essaiera sans relâche jusqu’à la fin de sa vie de changer le rapport que les intellectuels entretenaient avec le peuple, mais sa tentative, bien qu’utile, ne peut être considérée comme un succès. Il s’est éteint le 15 avril 1980 d’un œdème pulmonaire, après avoir souffert pendant cinq ans de l’aggravation de la maladie qui affectait ses yeux. Ses écrits sont encore aujourd’hui considérés comme des références aussi bien en philosophie qu’en littérature.

V.Moreau

AUTRES ARTICLES SUR HTTP ://WWW.ACTUREVUE.COM
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • sisyphe sisyphe 12 janvier 2010 13:24

    Bon article.

    Sur la brouille Sartre-Camus, effectivement déclenchée par la dénonciation de Camus des goulags soviétiques (alors que Sartre préférait les taire, au nom de l’idéologie marxiste), il faut ajouter leurs positions respectives à propos de la guerre d’Algérie, où Camus, après avoir longtemps dénoncé les abus de la présence coloniale, et plaidé pour une Algérie multiconfessionnelle, où tous les habitants auraient le même statut, dénonça également la violence terroriste du FLN, quand Sartre prenait leur parti sans équivoque et sans nuance.

    Il reste qu’aujourd’hui, l’histoire donne largement raison à Camus, opposé à toutes les idéologies, dénonçant aussi bien le communisme que le capitalisme, le nazisme (il fut résistant actif), le fascisme, le terrorisme, la violence, et prônant un humanisme fait de justice, de liberté, et, également (point essentiel) de révolte  ; seule justification à l’absurdité de la condition humaine.
    Libertaire révolté ; voilà la seule position justifiable en ces temps ; d’où l’extrême modernité de la pensée visionnaire de Camus, son apport vital à la conscience contemporaine.

    Ici, un excellent résumé de la vie de Camus, et son influence sur la pensée contemporaine.


    • sisyphe sisyphe 12 janvier 2010 13:32

      Une interview de Michel Onfray sur Camus.

      Mais le mieux est encore de relire Camus lui-même : L’étranger, La peste, Le mythe de Sisyphe, L’homme révolté, La Chute, L’exil et le royaume, L’Été, Noces,  ; ainsi que Réflexions sur la peine capitale, Chroniques algériennes, et ses correspondances et articles pour Combat, pour avoir une idée de l’homme et de ses idées.

      Vital.


      • Pale Rider Pale Rider 12 janvier 2010 14:51

        Excellent article ; mais au sujet de Camus, il eut été souhaitable d’éviter de multiples fautes de français (« reproches » —> CELUI-ci et pas celle ; « aggravation » et non « aggravement », etc.
        Sur le fond : Camus n’était pas d’une famille « plutôt modeste » mais d’une famille carrément misérable. Cela comptera énormément dans sa carrière.
        Pour le reste : très bel article, bien documenté, et rendant justice à Camus, qui demeure mon auteur préféré. Non panthéonisable, surtout de la part de quelqu’un qui ne lui ressemble pas et dont je n’arrive pas à croire qu’il l’ait lu autant qu’il le prétend...


        • ZEN ZEN 12 janvier 2010 15:59

          Bon article
          Il nous est difficile aujourd’hui de nous replonger dans le climat politique et intellectuel de l’époque et dans les problèmatiques d’engagement de le fin et de l’après guerre où les passions n’empêchaient pas parfois une certaine « mauvaise foi » (au sens sartrien)
          Sartre est plus conceptuel que Camus, plus cérébral, centré sur la notion de conscience et ses modalités, même si la fibre littéraire le caractérisait aussi (« Huis clos » reste une oeuvre majeure),sa pensée dérivant de la phénoménologie allemande, Husserl et surtout Heidegger.
          Faux débat que de les opposer
          On peut avoir ses préférences, mais on peut aussi les associer sur bien des points.


          • Radix Radix 12 janvier 2010 21:51

            Bonsoir Chanteclerc

            « Il vaut mieux avoir tort avec Sartre que raison avec Aron »

            Pas pour moi !

            Radix


          • Phil Phil 12 janvier 2010 19:46

            ENFIN !
            Et voilà le résultat du politiquement correct SATRES ! PARTOUT ET TOUT LE TEMPS
            et CAMUS on l’enterre on n’en parle plus (je parle du monde culturel et de la presse)
            Pas beau de critiquer les cocos,« il ne faut pas désespérer billancourt ! »
            Sartre et ses disciples sont des collabos et des traitres ! meme BHL ne se réclame plus de lui
            c’est dire !


            • jack mandon jack mandon 13 janvier 2010 12:13

              @ Acturevue

              Le mode artistique, voir intuitif, donne à Camus une vision sensible et percutante.
              Le bruit et le chaos gauchisant, constituait l’arrière plan chez les penseurs des années 50
              La vision à long terme en était affectée, Sartre en est le bel exemple.
              Sisyphe-Camus, au coeur du silence fait jaillir quelque chose de neuf et de créatif.
              Quelque chose que les mots ne sauraient transmettre.
              La philosophie sans les mots...

              Merci à l’auteur.


              • jack mandon jack mandon 13 janvier 2010 13:50

                @ Acturevue

                A. Camus avait naturellement le coeur à gauche et la tête libre.

                J.P. Sartre avait théoriquement la tête à gauche et le coeur en attente.


                • Michel Frontère Michel Frontère 9 juillet 2012 11:16

                  Bel article de synthèse, j’ajouterais que le lendemain de la mort de Camus la réaction de Sartre fut d’une grande dignité et qu’il écrivit : « nous étions brouillés lui et moi, une brouille ce n’est rien, etc. » ce qui réduit considérablement la portée de leur contentieux.


                  • Paul Leleu 28 juin 2016 17:39

                    Aujourd’hui tout le monde est bien-sûr camusard. Ben... il faut se méfier des unanimismes. 


                    Il est plus facile de se voir en « grand résistant modéré » qu’en « vilain sectaire de salon »... 


                    Le paradoxe va plus loin. Quand on discute avec un « camusard » contemporain (je parle pas de nos pères et grands-pères, mais bien de nous), il est courant qu’il se réjouisse du retour de la violence dans la pensée, contre le « bisounours des 68 arts ». 

                    En clair, il est courant de voir un interlocuteur tout à la fois reprocher à Sartre sa violence (communiste) et se réjouir du retour de la violence (réactionnaire) dans la pensée contemporaine ! 

                    C’est un tour de passe-passe classique. Reprocher au communisme sa violence pour disqualifier le communisme. Légitimer le capitalisme. Puis relégitimer la violence comme « nécessité » sociale, cette fois-ci au profit du capitalisme... 

                    Bref... il ne s’agit pas de dénoncer la violence, mais de dénoncer le communisme. Il ne s’agit pas de dénoncer la violence, mais de dénoncer la révolte. La violence apparait légitime quand elle est le fait du système. 
                    C’est au fond, exactement ce qu’un Sartre pouvait reprocher à un Camus. Votre dénonciation de notre violence (communiste) servira surtout à relégitimer leur violence capitaliste... et en aucune façon de faire reculer la violence en elle-même. 

                    Je ne suis pas un zélateur de la violence. Je constate juste les faits. La violence est dans le monde : la question est de savoir qui a la légitimité à s’en servir. Est-ce que la révolte justifie la violence ? Est-ce que le maintien de l’ordre justifie la violence ?

                    On a le sentiment que Camus est surtout utilisé pour dire du mal de Sartre. Aimons Camus pour lui-même, et relisons Sartre avec plus d’humilité.


                    Plus personnellement, un très beau commentaire d’un lecteur : 


                    dixit : jack mandon

                    « A. Camus avait naturellement le coeur à gauche et la tête libre.

                    J.P. Sartre avait théoriquement la tête à gauche et le coeur en attente. »


                    Je trouve des défauts à la forumlation (évitons les acusations de « théorique » et « cérébrale », c’est creux et vindicatif). Mais j’aime beaucoup cette idée de « coeur en attente »... Il faudrait explorer cette idée pour percer le mystère de Sartre, plutôt que d’en faire un diable de comodité. 


                    Je ne connais pas grand chose de Sartre. Mais sa phrase « l’existance précède l’essence » me semble d’une profonde sagesse. (et magnifiquement complétée par « l’existantialisme est un humanisme »...)

                    Je pense que cette phrase apporte un grand accueil de la vie dans le monde contemporain. Une sagesse qui se rapprocherait de la poésie chinoise. 



                    Enfin, n’oublions pas qu’il y eu des maoïstes de droite bien planqués (comme J-P Raffarin), et que le stalinisme continue d’exercer une grande facination sur la droite réactionnaire (Zemmour et cie.). 




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

actu


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès