• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > André Pousse, un artiste...

André Pousse, un artiste...

J’aime pas trop les nécros, c’est pour ça que j’en fais rarement, pourtant il y a des fois où je ne peux pas me permettre d’y couper :

André Pousse fut d’abord un très bon cycliste. Spécialiste des Six jours cyclistes au Vel d’Hiv puis aux US, il devint ensuite imprésario de Joséphine Baker et d’Eddie Constantine. A cette époque, il rencontre Marcel Cerdan, a une liaison avec Edith Piaf qui décèle ses talents de comédien, devient directeur artistique pour le Moulin-Rouge et crée La Locomotive, place Blanche.
Parti faire fortune en Haïti, il trouve finalement "le métier d’acteur plus marrant". Ami de Michel Audiard, personnage audiardien, donc, par excellence ; ce dernier lui permit d’exprimer dans les films un langage fleuri qu’il reprit ensuite dans la vie, tel le dernier des vrais titis parisiens.

André Pousse a joué des seconds rôles marquants dans une cinquantaine de films dont Ne nous fâchons pas (1965), Fleur d’oseille (1967), Le pacha (1967), Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages (1968), Une veuve en or (1969), Le Clan des Siciliens (1969), Le Drapeau flotte sur la marmite (1971), Quelques messieurs trop tranquilles (1972), Elle cause plus, elle flingue (1972), Un flic (1972), Flic Story (1975)...

 

Ensuite et enfin, il se reconvertira dans la restauration, dans le XVe à Paris, pendant plus de vingt ans, avant de se retirer à la Garde-Freinet (Var), à quelques kilomètres de Saint-Tropez, où il vivait depuis plusieurs années. Il avait 85 ans.

 

André Pousse - crédit : Telerama_1

 

En complément, vu et lu sur http://andrepousse.free.fr :
"Le fait qu’Alain Delon, Charles Aznavour, Georges Lautner, Eddy Barclay ou Darry Cawl [...] témoignent de leur amitié pour lui et de leur respect pour son parcours en dit long sur la dimension du personnage. N’oublions pas qu’alors André était champion cycliste au Vel d’Hiv, Alain Delon y gagnait sa vie en portant les vélos ; que durant l’année de sa liaison avec Edith Piaf, le jeune Aznavour peinait à imposer son talent ; qu’André apparaît en tant qu’invité de marque dans les films de Georges Lautner ; qu’il a été un pilier de la vie festive de Saint Tropez, incarnée par Eddy Barclay et que le pianiste de bar qu’était Darry Cawl a ses débuts a croisé André, directeur artistique du Moulin Rouge.
Il est révélateur que ces hommes unanimement respectés dans leur domaine avouent avoir un jour pris André pour modèle et le citent toujours comme une référence."


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Scipion (---.---.135.240) 18 mai 2006 19:27

    On dirait qu’il n’était pas assez zintellectuel pour captiver les profonds penseurs d’AgoraVox. Ca doit plutôt le rassurer, là où il est...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès