• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > André VALADIER L’Aubrac au cœur

André VALADIER L’Aubrac au cœur

« André VALADIER

L’Aubrac au cœur »

Livre de Daniel Crozes

Editions Rouergue

Février 2017

308 pages

 

 Terroir, tradition et modernité

 

L’Aubrac regroupe une région montagneuse qui s’étend aux confins des trois départements : la Lozère, le Cantal et l’Aveyron, au centre sud du Massif Central et sur 1300 km2.

L’auteur, à travers l’histoire d’un personnage qui a joué un rôle important dans le développement économique de ce territoire raconte comment une zone rurale vouée au déclin a pu, contre vents et marées connaître un renouveau et un développement.

André Valadier, éleveur modeste, né en 1933 a tout de suite voulu réfléchir à l’avenir de ce territoire, plutôt pauvre, non en s’offrant un destin personnel mais en participant comme acteur central à un combat collectif.

Créateur d’une coopérative « Jeune Montagne », il s’investit comme responsable paysan localement puis à l’échelle départementale et régionale.

Détenant très vite des mandats électifs, de Maire d’un petit village où il organise le remembrement pour aller jusqu’au Conseil Régional, il veut promouvoir une agriculture de qualité qui s’appuie sur le savoir- faire ancestral avec les méthodes d’aujourd’hui. 

L’aligot, plat traditionnel consommé les jours « maigres » dans cette parcelle régionale catholique va connaître un destin hors du commun.

Lorsque Vatican II va décider de passer de 52 journées maigres -sans viande-, c’est-à-dire tous les vendredis à 7 limitées à la période du carême, beaucoup ont pensé que la consommation allait baisser….

C’est la logique, certes, sauf que les hommes et là, ceux de Jeune montagne ont des ressources d’intelligence : ce plat de substitution va devenir un mets d’accompagnement pour toutes les journées de l’année…..Dans l’Aubrac et ailleurs.

L’Aubrac va aussi exporter ses vaches, pourtant donnant moins de lait que d’autres…..

Le génie fut de valoriser le caractère particulier de cette race, à la fois résistante et donnant moins de lait que d’autres mais du lait riche……

On trouve aujourd’hui des vaches d’Aubrac en Irlande, au Canada et même et Russie.

André Valadier va, par choix et parce que le flambeau doit être donné à une autre génération, abandonner de nombreux mandats tout en continuant à agir.

En 2013, l’Aubrac, quelque peu étendu devient un PNR (Parc National Régional), ce qui permet de valoriser le territoire et de bien fixer les appellations de nombreux produits : la tome, le couteau de Laguiole, le vin, l’aligot.

Les bâtisseurs paysans comme Valadier ont compris  : « que se spécialiser dans le domaine où on est les meilleurs-ou parmi les meilleurs-permet de mieux affronter la concurrence ».

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 10 août 12:09

    Bonjour, Chalot

    André Valadier - qui fut longtemps maire de La Terrisse, près de Laguiole - est un personnage incontournable dans l’histoire du pastoralisme de l’Aubrac : sans lui, la race aurait pu définitivement s’éteindre. On lui doit le renouveau de ces belles vaches aux yeux bordés de noir que j’ai si bien connues dans ma jeunesse. Et c’est également à lui que l’on doit l’AOP qui a permis de protéger les productions locales.

    Je ne connais pas ce livre, mais il va de soi que je vais me le procurer sans délai : j’y retrouverai avec plaisir une évocation de mon enfance.

    En 2012, j’ai consacré un article à cette région magnifique et préservée : Aubrac : du granit, des vaches, et une incomparable sérénité. Il y manque toutefois une référence à André Valadier ; je plaide coupable. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès