• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Anicroches et double-croches

Anicroches et double-croches

Festival de LOIRE 2013

Quand les mariniers restent loin du quai.

1274216_10200734129537133_297787133_o.jpg

À deux jours de l'ouverture du Festival de Loire, le marinier qui use ses guêtres à longueur d'année sur le pierré et la rivière, n'a plus guère sa place en ce moment. Il devrait montrer patte blanche ! L'exigence n'est pas simple pour celui qui venait mettre les dernières touches à son bateau. La paluche est rugueuse, pas de celle dont on use pour passer de la pommade dans le dos. La paume est crasseuse, de quoi rebuter les zélés administrateurs qui décernent le laisser-passer réglementaire et qui les arborent depuis bientôt une semaine en prétendant, narquois, qu'ils ne servent à rien.

1065038_10200731798518859_1451260726_o.jpg

Le marinier s'en retourne bougon, il ne peut ni écoper, ni peaufiner, ni même humer la fête à venir. La ruche laborieuse a franchi un cap. Seuls les professionnels de la profession ont place sur le quai ; le bénévole, bien naïf déjà dans ce rôle si grotesque, ne l'a plus Il lui restera la possibilité de jouer à faire semblant quand la fête sera lancée. Il deviendra ce qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être, un pauvre prétexte, une toile de fond, un décor en carton pâte. L'essentiel est ailleurs, loin de l'eau et de ces bateaux illusoires.

1262734_548996798488362_1554029346_o.jpg

Le marinier pourtant peut comprendre les obligations de la logistique, il est capable de ne pas s'approcher de la grue quand celle-ci est à l'œuvre. Il peut encore s'écarter quand les ouvriers passent, se pousser pour faire place aux cerbères aquatiques. Mais ce n'est pas ça qu'on attend de lui, on désire ne plus le voir, l'effacer du décorum qui se monte et où, à l'heure dite, il devra prendre sa place comme une gentille marionnette qui ne débordera pas de son rôle de figurant.

1268162_548996775155031_1689689802_o.jpg

Désormais, ce n'est plus le costume, la pratique, l'ancienneté, l'expérience ou le rôle tout au long de l'année qui feront foi. Seule l'accréditation fixera la hiérarchie dans cette vaste comédie. Plus le coupe-fil donnera accès à tous les lieux de cette belle et grande animation, plus le personnage qui en sera doté sera estampillé marinier d'honneur le temps du Festival. Qu'importe si l'Important n'a jamais mis les pieds sur un bateau de l'hiver, s'il n'a jamais rendu le moindre service, il est élevé au rang distinctif par une pieuvre administrative absurde et sans mémoire.

1277841_548996695155039_747134415_o.jpg

Je me réserve des jours délicats à dire une fois encore l'absurdité d'un Festival de Loire qui repousse à sa périphérie, qui rejette à l'eau ceux qui toute l'année, ont servi la Loire de bien des manières. Le photographe dont les clichés circulent sur toute la rivière, n'obtiendra pas son sésame quand d'autres, nouveaux venus, auront ce privilège. Le capitaine qui transporte des passagers en toute saison est prié lui aussi de dégager. Votre serviteur qui écrit à longueur de billet sur sa rivière ne réclamera même pas cette étiquette de la servitude !

1266136_10200731749077623_1520138440_o.jpg

J'en oubliais de vous narrer la fort belle fête improvisée et sans grimaces qui se tint à Combleux dimanche. Nous étions là dans un autre monde, celui qui se moque de l'étiquette et de la pompe, des courbettes et des discours, des rubans à couper et des remerciements à égrainer. Il n'y avait que les mariniers et leurs bateaux, les gros et les petits, les vieux retapés pour la circonstance et les tout nouveaux. Chacun libre de ses agissements et des ses envies.

1267366_10200731732157200_635933548_o.jpg

Nous avons hissé la voile, chanté, raconté des histoires, mangé et levé nos verres à la santé des gueux d'autrefois. Nous ne nous sommes pas pris la tête avec le cahier des charges, la charte de bonne conduite, le protocole et le planning tiré au cordeau. Pourtant, ce ne fut ni l'anarchie, ni une honteuse fête bachique, bien au contraire. Il y avait de la dignité et du bonheur, de la fierté et de la fraternité. Un idée qui sonne faux désormais dès qu'un pouvoir quelconque étend son ombre sur une manifestation.

1268426_10200729406539061_1397236303_o.jpg

Il y aurait bien des anecdotes à vous narrer. La première sortie à la voile de l'Étienne Burry, fraîchement baptisé de la veille et qui voulait hisser la voile en dépit d'un équipement encore incomplet. L'impressionnant train de bateaux superbement improvisé par nos amis de Jargeau , la surprenante tentative de navigation à couple et à la voile, l'engravage d'un gros bateau secouru par un plus petit …

1266931_10200729040689915_89822854_o.jpg

Mais si je vous racontais tout ça, nous aurions immédiatement sur le dos les trissotins de la réglementation, les délateurs zélés, les services idoines des autoritaires portuaires, les représentants de la bienséance locale, les corps constitués et les compagnies d'assurance. Je dois garder le silence ou bien je passerai à mon tour pour un affreux délateur. Tout ce que j'écris sera retenu contre moi et mes amis …

893246_10200728800963922_623376757_o.jpg

Nous allons rentrer dans le rang, mettre le petit doigt sur la couture du pantalon, sourire aux beaux messieurs et aux grandes dames, bouter notre chapeau à leur passage, les prendre à bord quand ils en exprimeront la demande alors que les manants devront faire la queue et prendre un ticket à la caisse. Nous ferons bonne figure car notre seul but sera une fois encore de faire aimer notre rivière. Mais il faudra bien serrer les dents pour supporter ce ballet d'hypocrites, cette armada de grimaciers !

JPEG - 176.8 ko

Une bonne pluie rebutera ce joli monde. J'en viens à espérer la colère des cieux pour retrouver l'authenticité et la simplicité. Nous mouillerons nos liquettes quand d'autres resteront au sec. Voilà bien ce qui pourrait apaiser mon courroux, dû sans doute à l'exaspération et à l'incompréhension devant tant de rebuffades absurdes, d'obstacles stupides et de barrières plus symboliques encore que réelles !

Anarchiquement leur.

1279021_548767131844662_649924323_o.jpg

Photographies de

Alain Pavard-Doisneau

et 

Adrien Richard

Merci à eux ...

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Algunet 18 septembre 2013 10:03

    Tout est dis avec la pointe d’amertume compréhensible !

    Un bon boycott du marinier ferait peut-être réfléchir...


    • Algunet 18 septembre 2013 10:14

      « dit » ! smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 18 septembre 2013 13:04

      Algunet


      Il a eu lieu il y a 4 ans sans que ce soit ni compris ni efficace

      La machine est trop grande désormais pour laisser place à la liberté
      C’est un opération presque guerrière et c’est au pas qu’il faut avancer

      Je n’aime pas ça !

    • oncle archibald 18 septembre 2013 11:40

      Le jour du 14-juillet Je reste dans mon lit douilletLa musique qui marche au pasCela ne me regarde pas

      Je ne fais pourtant de tort à personne En n’écoutant pas le clairon qui sonne Mais les braves gens n’aiment pas que L’on suive une autre route qu’eux Non les braves gens n’aiment pas que L’on suive une autre route qu’eux Tout le monde, me montre au doigt, Sauf les manchots, ça va de soi

      Allez hop : une bonne grosse averse sur cette fête trop policée qui va tremper les jolis costumes de tous ces administrateurs zélés et vous pourrez avec vos potes les regarder en riant depuis le bistrot du coin en levant un verre de Vouvray à la santé de leur teinturier ....

      • C'est Nabum C’est Nabum 18 septembre 2013 13:05

        Mon Oncle


        Merci

        Je suis de ceux qu’on montre du doigt parce que je pense pas comme la masse

        Et c’est tant mieux ...

      • brindfolie 18 septembre 2013 12:19

        Les importants importuns importunent !

        Les plus belles fêtes sont celles improvisées par le bouche à oreille,cela évite les mesquins.

        La simplicité,tout est là.

        La fête passée,adieu le saint.

        Cordialité aqueuse


        • C'est Nabum C’est Nabum 18 septembre 2013 13:06

          Brindefolie


          La grandeur de la manifestation l’écarte toujours de l’idée de Fête !

          C’est autre chose et ce n’est que très rarement plaisant

        • TSS 18 septembre 2013 13:17

          Faites une fete tous les 2 ans à Meung s/loire(ou ailleurs) en decalage d’un an avec l’officielle... !!


          • C'est Nabum C’est Nabum 18 septembre 2013 13:32

            TSS


            D’autres fêtes gardent une dimension humaine La Possonnière en est à ce titre le plus bel exemple !

          • oncle archibald 18 septembre 2013 14:40

            La fête c’est quand on veut et où l’on veut pourvu qu’on soit quelques potes qui apprécient les mêmes choses .. De passage dans un CAUE ou j’ai force amis je trouve le saucisson sur la table et tout le monde verre en main .. Benoitement je demande ce que l’on fête ce jour là et la secrétaire me répond : « on fête que Bob (un des architectes du CAUE) a apporté deux belles bouteilles ». Ces fêtes là ont un goût à nulle autres pareil.


          • C'est Nabum C’est Nabum 19 septembre 2013 07:08

            Mon Oncle


            Vous avez bien raison 

            Le rare vient toujours de l’inattendu !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès